• J'espère que la vérité de mes livres est dans l'avenir.
    Michel Foucault

    Dans les sciences de l'organisation et de la gestion, ce livre est le premier à réunir les principaux travaux anglosaxons et francophones sur la pensée de Foucault. Face aux formes actuelles de la gestion des entreprises ou aux courants académiques, y compris les plus critiques, la discussion des concepts foucaldiens permet des prises de distance et des avancées nouvelles. Quatre thèmes sont ici privilégiés : Foucault, théoricien des organisations ?, les instruments de l'action collective, la question de l'autonomie et la gouvernementalité en action. En montrant que les dispositifs de gestion forgent non pas la « vérité », mais le « réel » des organisations, ce livre confirme l'importance insoupçonnée des modes de gestion ou de gouvernement pour l'histoire de la culture et de l'action collective modernes.

  • Les sciences de gestion sont les plus jeunes des sciences humaines. Elles souffrent encore d'un déficit d'image car elles ont eu tendance à se définir par leur champ professionnel ou en empruntant leurs concepts (et leurs crises) à l'économie, à la sociologie ou à la psychologie. Cet ouvrage adopte la perspective inverse : il propose de nouvelles fondations pour les sciences du management. Les spécificités et l'universalité du projet des sciences de gestion sont dégagées au-delà des formes historiques de ces disciplines. Les avancées les plus récentes éclairent désormais un parcours scientifique original et permettent une relecture des sources traditionnelles. Théorie de l'action collective, institutions du management, épistémologie des pratiques et des systèmes de légitimité, validité des concepts, relation à l'action et à la décision, place de l'intervention dans la démarche de recherche : les problèmes fondamentaux sont passés en revue, des solutions sont apportées. Au terme de ce travail, les sciences de gestion disposent d'un coeur théorique spécifique qui leur permet d'occuper une place inédite parmi les sciences sociales.

    Ce livre intéressera directement les doctorants en sciences de gestion et les enseignants-chercheurs. Mais mieux que les livres de management qui promettent le succès, cet ouvrage plongera les managers et les consultants dans ce qui a toujours été l'essence même de leur métier : construire et renouveler collectivement des systèmes d'action efficaces.

  • Longtemps « le marché » a été le lieu public et visible des activités marchandes. Mais avec le développement du commerce, il devint invisible et abstrait. Se forme alors une grande confusion moderne : où le marché est pensé à la fois comme un équilibre naturel et comme un idéal utopique des échanges. Ce livre, issu d´un colloque de Cerisy, invite à rejeter les équivoques et les mythologies du « marché » car elles masquent la réalité et les mutations des activités marchandes. Explorations toujours incertaines du désir et du social, ces activités n´ont pas de « loi naturelle » et ne peuvent s´autoréguler. Elles ne survivent que par l´exercice de compétences et de techniques et grâce à l´intervention de prescripteurs et de pouvoirs adaptés. L´extension surprenante du commerce tient donc avant tout au travail d´étayage que les sociétés modernes ont apporté aux activités marchandes. Et, ce travail est aujourd´hui d´autant plus nécessaire que les révolutions techniques de l´information et du commerce sur la Toile, celles des services et du développement durable, bouleversent les logiques classiques de la valeur, de la transparence et de la confiance. La crise économique récente a apporté une démonstration indéniable à ces propositions. Et cet ouvrage montre comment, hors des équivoques de la notion de marché, les chercheurs de plusieurs disciplines (Économie, Gestion, Histoire, Sociologie...) étudient désormais les instruments et les dispositifs réels des activités marchandes, seule garantie scientifique pour soutenir leur développement ou déjouer leurs crises.

empty