• De retour en Bretagne avec sa fille, le temps d'un été chez ses parents, l'auteur se souvient du début des années 90. La guerre du Golfe et le départ de son père, médecin militaire, pour l'Arabie saoudite. Une époque qu'il avait balayée de son esprit. Remplacée par les fiancées éphémères, la griserie des nuits, les écrivains fantaisistes. Relisant les lettres que son père envoyait depuis le Moyen-Orient, il retrouve les traces d'une adolescence perdue. Tout lui revient par petites touches : ses camarades de lycée, la moustache de Saddam Hussein, les actrices et mannequins à la mode, la peur que son père ne revienne pas.Dans Une jeunesse en fuite, Arnaud Le Guern fait résonner sa musique intime, entre quête du père et éducation sentimentale. Une touchante invitation à la flânerie romanesque.
    /> Éditeur et écrivain, Arnaud Le Guern vit entre Paris, le Finistère et les rives du lac Léman. Il aime ses chats, Paul Gégauff, les filles de la rue du Douanier-Rousseau et Roger Vadim (liste non exhaustive). Son précédent roman, Adieu aux espadrilles, paru en 2015, a été salué par la critique.

  • Une partie de plaisir, voilà ce qu'aura été la vie de Paul Gégauff (1922-1983), le dandy surdoué du cinéma français des années 60-70. Ses amis s'appellent Maurice Ronet, Roger Vadim et Françoise Sagan. Ses romans, il les publie, à la hussarde, aux éditions de Minuit. S'il se moque de la " Nouvelle vague ", il écrit des films cultes pour Clément, Chabrol et Rohmer, entre autres : Plein Soleil, Que la bête meure ou Docteur Popaul. De Saint-Tropez aux nuits de Chez Castel, en passant par les îles de la fin de la terre, Paul Gégauff se fait surtout une certaine idée de la dolce vita. Il aime les jupes des filles et les terrasses ombrées, les ivresses en bord de mer et les bars d'hôtel. Il mourra, en feu follet, une nuit de Noël, poignardé par sa jeune épouse.
    Toute la flamboyance de Paul Gégauff et le parfum d'une époque légendaire, à revisiter au gré d'une flânerie signée Arnaud Le Guern.

  • La première et unique biographie de Frédéric Beigbeder, brillant feu follet aux mille facettes et enfant terrible de la télé et de la littérature. Cet ouvrage est la première biographie de Frédéric Beigbeder, rédigée par un jeune auteur qui a su capter l'esprit de ses rencontres avec lui et retranscrire les confidences de son cercle rapproché. C'est un portrait conçu comme une flânerie à travers les mots, les éclats de vie de ce personnage virevoltant, ses hauts, ses bas, ses passions, ses femmes, ses films... Frédéric Beigbeder, c'est bien plus que le publiciste génial dont les affiches Wonderbra avec Eva Herzigova avaient aimanté tant de regards. Bien plus que l'écrivain provocateur de 99 francs, devenu romancier à succès, lauréat des prix Interallié et Renaudot. Ce n'est pas uniquement, non plus, comme certains le pensent, la fête, la drogue, l'alcool et les jolies filles. L'enfant terrible de la littérature est aussi cinéaste, acteur, DJ, publicitaire et mannequin, présentateur TV, patron de presse, parolier, chroniqueur mondain... Beigbeder est un homme élégant qui, de son enfance à son dernier film, L'idéal (sortie le 15 juin 2016), en passant par le Caca's club créé dans les années 80, ses aventures télévisuelles, ses best-sellers en librairie, et même ses échecs, a fait de sa vie une partie de plaisir. À travers une succession de chapitres drôles, pertinents et impertinents, surprenants, se jouant parfois de la chronologie, cette biographie offre aux lecteurs l'esprit d'un godelureau brillant, un feu follet entre deux siècles. Un style... Rédigée dans une prose claire et délicate, au style diablement élégant, cette biographie documentée offre une promenade fascinante dans l'univers d'un touche-à-tout de génie. L'ouvrage contient également un cahier photo, et un abécédaire bonus.

  • L'été 2010, sur les rives du lac Léman, un homme et sa fiancée, Mado, réinventent une dolce vita à la française : petits luxes, douceur des choses et volupté. Ils s'aiment, flânent au bord du lac, passent de longues heures plein soleil à la plage, trinquent en terrasse. A la manière de héros d'un film de Rohmer, ils n'en font qu'à leur fête. Mais la fête parfois se teinte de tristesse. Les chansons de Sinatra, les volutes et les plaisirs de saison peinent à masquer les stigmates du passé, les incertitudes des lendemains : un oncle suicidé, des grands-parents qui meurent lentement, une petite fille qui manque à un père. Il faudrait ne jamais quitter les bords de lac, suspendre le temps. L'homme et sa fiancée y parviendront-ils ? Rien n'est moins sûr. Finalement, il n'y a toujours eu que nos étés. Adieu aux espadrilles est un roman d'amour, de légèreté et de mélancolie, où passent les ombres de Sagan (les battements de coeur comme des bulles de champagne), Modiano (le pedigree familial) et Fitzgerald (la touche de désastre).

empty