• Dans ses quatuors, le génie de Beethoven apparaît dans ce qu'il a de plus visionnaire. Le compositeur multiplie les innovations compositionnelles et stylistiques, avec un registre sans précédent de sentiments et d'émotions.
    Bernard Fournier invite le lecteur à l'ascension de cet « Himalaya musical », aux contrastes extrêmes, avec ses sommets vertigineux, ses à-pics profonds et ses vastes points de vue.
    Dans un parcours en seize stations, quatuor par quatuor, suivant l'ordre chronologique de leur composition, l'auteur rend compte de l'esprit de chaque oeuvre, de l'inventivité de l'écriture et de la diversité expressive de chaque mouvement, de chaque grande section.
    Un compagnon précieux pour découvrir toute la beauté de ce chef-d'oeuvre.
    Ingénieur de formation, Bernard Fournier a enseigné la musicologie à l'université Paris-VIII. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence sur l'histoire du quatuor à cordes ainsi que sur l'oeuvre de Beethoven.

  • Le génie de Beethoven

    Bernard Fournier

    • Fayard
    • 5 Octobre 2016

    Personnalité hors du commun  et puissant génie créateur, Beethoven est une de nos plus grandes figures artistiques. C'est à lui qu'on fait appel dans les grandes circonstances, face aux événements tragiques pour ramener l'espoir mais aussi pour célébrer fastueusement les grandes causes. Depuis deux cents ans, son humanisme fraternel et son sens de la grandeur nous poussent à avancer et à regarder vers le haut. En même temps peu d'artistes ont aussi profondément scruté leur monde intérieur en y cherchant l'universel. Populaire dans certaines pages symphoniques, il est par excellence un musicien visionnaire dans ses quatuors à cordes et ses sonates. Témoin de son temps, il a su recueillir l'héritage du passé tout en anticipant l'avenir. Il n'a cessé jusqu'à nos jours d'être le contemporain de toutes les générations qui l'ont suivi et il n'a cessé de parler à chacun. Après bien des études biographiques, Bernard Fournier s'attache à nous faire comprendre son oeuvre. En scrutant les partitions comme avec un microscope et en s'appuyant sur des notions telles que l'énergie, l'espace et le temps, il éclaire l'importance du geste compositionnel et  dégage ainsi ce en quoi la musique représente selon son auteur « une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie ». Beethoven Tondichter (poète en sons) est aussi un Tondenker (penseur en sons) ; la pensée qu'il exprime fait preuve d'une originalité qui, toujours remise en question, explore sans cesse de nouveaux domaines et met en jeu des énergies nouvelles. Bernard Fournier est l'auteur d'une thèse d'État sur la modernité de Beethoven et d'une somme sur le quatuor à cordes (Fayard, 4 volumes, 1999-2010).

  • "Comment dire sa souffrance quand l'autre disparaît ? Bernard Fournier nous donne ici un long poème modulé en diverses stations, dédié à son épouse défunte. Etrangement, ce cri résonne de vie. Plus s'affine et s'exacerbe la douleur de l'auteur, plus la dame à l'écharpe rouge, que j'ai eu le bonheur de connaître, prend du relief. On devine tout ce qui s'est éteint avec elle, et par là même tout ce qu'elle incarnait pour lui." Marie-Louise Audiberti

  • Le diagnostic du désintérêt et du désengagement politique des jeunes est repris ad nauseam et il est maintenant largement accepté que la réalité de l'engagement se conçoit comme débordant les frontières du champ politique à strictement parler. Cet ouvrage propose plutôt d'explorer d'autres voies pour examiner le rapport des jeunes à la politique en partageant les représentations de cette réalité entre universitaires et praticiens-intervenants - ceux-ci étant pour une bonne part engagés dans des activités d'animation au sein d'organismes publics ou d'organisations militantes - et entre jeunes et moins jeunes. Ces «alliances» contribuent à rendre plus vivants les débats autour des modes de formation et d'éducation à la «chose politique». Faut-il privilégier l'information ou les expériences de terrain pour sensibiliser les jeunes à l'importance de la politique? Comment trouver le meilleur équilibre d'autonomie pour les jeunes et d'encadrement par des adultes pour optimaliser l'engagement de ceux-là? Comment assurer que le soutien d'adultes à l'action de jeunes ne soit pas perverti en tentatives de récupération servant les intérêts des premiers? Comment convaincre les jeunes de leur intérêt à s'engager? Quand ils s'engagent, quel intérêt y trouvent-ils effectivement? Même partielle, cette liste de questions laisse déjà apparaître la pertinence d'une collaboration étroite entre universitaires et intervenants dans l'évaluation des efforts investis pour réduire les écarts grandissants entre une citoyenneté définie idéalement et celle vécue par les jeunes générations.

  • Qui connaît Marc Alyn ? Voilà un des poètes les plus originaux du vingt et unième siècle naissant. Aussi précoce que Rimbaud, touché par Mallarmé, "scribe errant" suivant en Orient les chemins de Nerval, partageant "l'image/la magie" avec les surréalistes, Marc Alyn élabore une oeuvre nonpareille, d'un haut lyrisme, dans une langue particulièrement riche, dont il ne cesse de faire jaillir des visions à l'entrechoc des mots. Cet ouvrage, en prise directe avec le désir et la révolte, reflète une démarche constamment en quête de ce qui se cache derrière les apparences.

  • Guillevic est-il un poète lyrique ? Telle est la question paradoxale que se pose l'auteur. Depuis Terraqué (1942), Guillevic s'est affirmé comme un poète à la voix puissante mais rentrés dans la gorge, refusant tout épanchement du moi. La poésie n'est-elle pas pourtant avant tout une voix qui s'élabore au coeur du plus profond silence ? Guillevic s'est enfin engagé, - en gardant des distances -, dans la voie du lyrique avec art poétique (1989) et le chant (1990). Le lyrisme de Guillevic se forme à l'intérieur du cri lancé contre la difficulté d'être, dès 1923.

  • Après avoir donné une somme sur le quatuor en quatre volumes, Bernard Fournier en propose ici une synthèse destinée à faire découvrir ce genre à un large public. Ce livre parcourt l´histoire du quatuor depuis ses origines, au milieu du XVIIIe siècle, jusqu´à nos jours. Il insiste particulièrement sur les périodes charnières de son évolution, scandées en grands moments (la naissance du genre à l´âge classique, son apogée avec Beethoven, son renouveau au début du XXe siècle, sa mutation à partir des années 1950) et met en valeur les principaux chefs-d´oeuvre du répertoire. Ainsi, au fil de l´histoire, en plus des quatuors cités ou rapidement caractérisés, un grand nombre d´entre eux sont commentés de manière plus substantielle : l´objectif est de fournir au lecteur-auditeur des clefs d´écoute, de suggérer le contenu expressif des oeuvres, tout en mettant en évidence certains de leurs aspects formels et esthétiques. Si toutes les oeuvres mentionnées sont définies en relation avec les styles et les courants musicaux, elles sont situées également en rapport avec les mouvements des idées de la période qui les a vus naître. Histoire du quatuor, ce livre est également une traversée de l´histoire de la musique occidentale, vue sous l´angle d´un genre exigeant, continûment pratiqué et prisé.Ingénieur de formation, violoniste-quartettiste, Bernard Fournier est l´auteur de L´Esthétique du quatuor à cordes et de trois volumes d´Histoire du quatuor à cordes (Fayard, 1999, 2000, 2004, 2010).

  • Plus que bien d'autres compositeurs, Beethoven a fait l'objet, après sa mort, d'un culte, qui s'attachait autant à son oeuvre qu'à sa personne.
    À l'occasion du 250e anniversaire de sa naissance, l'empreinte qu'il a laissée est étudiée ici par trois auteurs. Élisabeth Brisson, en déroulant son parcours de vie, expose aussi les enjeux qui ont mobilisé, dès son dernier soupir, bien des volontaires pour écrire sa biographie, et les tentatives de récupération (affectives, esthétiques, nationalistes, idéologiques) auxquelles cette rédaction a donné lieu .
    Bernard Fournier expose la force d'innovation que Beethoven a introduite à son époque, en faisant subir un effet de souffle aux genres existants (sonate, symphonie, quatuor) pour les porter à un apogée.
    François-Gildas Tual développe comment, dès le vivant de leur auteur, ses oeuvres ont connu l'hommage de la transcription, qui permettait une diffusion large. Il aborde enfin les oeuvres de compositeurs qui, jusqu'aujourd'hui, se réfèrent à Beethoven  ; dans la forme, dans le titre ou dans l'utilisation du matériau musical, leurs oeuvres constituent un hommage - une sorte de prolongation du Monument Beethoven édifié à Bonn grâce à une souscription internationale.
     
    Élisabeth Brisson est l'auteur du Guide de la musique de Beethoven  ; Bernard Fournier du Génie de Beethoven et d'une Histoire du quatuor à cordes dont le tome 1 accorde une large place aux quatuors de Beethoven  ; François-Gildas Tual est maître de conférences à l'Université de Besançon.

  • 100 mots, 500 définitions vraies ou fausses, sérieuses ou loufoques, saurez-vous retrouver les bonnes ? Embarquez à bord d'un petit livre pas comme les autres pour un voyage dans les drôleries, les bizarreries et les beautés de la langue française. Un livre drôle et intelligent qui revisite le concept du jeu du dictionnaire ! Découvrez, en vous amusant, 100 mots rares et improbables de la langue française qui désignent des faits, des habitudes, voire des vilaines manies que l'on expérimente tous les jours sans pour autant être capable de les nommer !

  • Les études de cet ouvrage illustrent l'équilibre toujours changeant que les sociétés démocratiques doivent trouver entre deux logiques sociales opposées : celle qui voit dans l'individu le fondement des valeurs d'autonomie et de pluralisme, et celle qui rappelle que l'individu est toujours le produit d'un milieu sociohistorique particulier et qu'il a des responsabilités comme citoyen.
    Les termes individu et citoyen renvoient aux deux logiques à l'oeuvre dans les sociétés démocratiques. La logique universaliste, d'une part, ne cesse d'approfondir les exigences d'autonomie des sujets et de pluralisme des institutions. La logique particulariste, d'autre part, rappelle que l'individu est toujours le produit d'un milieu sociohistorique particulier et que le processus d'individuation est le résultat même de la constitution de l'État moderne. La tension entre ces deux logiques est au coeur des études de cet ouvrage qui illustrent sur quels équilibres se constitue la synthèse concrète et changeante de la société moderne.

empty