• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • "... Sur l'écran, les maisons pointues du ghetto-labyrinthe de Prague, les bonnets pointus des juifs, grimpant et descendant avec fébrilité des escaliers vertigineux et sans fin, ressemblaient aux figures de mes cauchemars les meilleurs. La créature d'argile créée par le rabbi Loew avait un visage de paysan slave. Un texte sacré placé dans un trou foré dans sa poitrine lui donnait une espèce d'existence, l'animait : c'était un automate sans machinerie mais que le Verbe mettait en activité. Les silhouettes, esquissées dans le film, du pont Charles et du Hradschin suscitèrent en moi une telle nostalgie d'un passé inconnu que je décidai de partir pour Prague... ...Après le film, un barbu chauve vint donner des informations sur la Kabbale et le mythe du Golem. Il inscrivait, tandis qu'il discourait, des formules sur un panneau de feuilles blanches qu'il avait disposé. Il m'ennuyait. Mécaniquement je jouais dans ma tête avec l'une des formules que je tournais dans tous les sens. Alors le Kabbaliste fit une grimace et s'écroula foudroyé. A ce moment, je me levai satisfaite." La narratrice, après avoir découvert son mystérieux pouvoir, se rend à Prague et c'est dans l'ancien cimetière juif qu'elle rencontre madame Shoshanska Klein. Madame Klein ne veut pas rejoindre, dans le caveau funéraire, son époux et la mère de celui-ci. Elle a décidé de mettre entre celui-ci et elle-même l'Atlantique. Flanquée, dans sa fuite picaresque, d'un juif noir, Benjamin Baldwin, en quête de racines, et de la narratrice, atteinte d'un mal étrange, la vieille dame passe ainsi sans effort du tohu-bohu des tombes historiques au Metropolitan Museum de New York. On ne dira pas ici comment chacun est bizarrement exaucé ni la narratrice guérie. Au lecteur de parcourir le chemin et de se laisser emporter. Il retrouvera l'envoûtement des films expressionnistes, plus un humour discret, puisé aux meilleures sources de l'Europe centrale.

empty