JC Lattès

  • Tous les présidents font des cauchemars. Celui-ci va se réaliser.  Matthew Keating, ex-Navy SEAL et ancien président des États-Unis, a toujours ardemment défendu sa famille et son pays. Lorsqu'un terroriste kidnappe Melanie, sa fille adolescente, il se lance dans une opération qui sera l'épreuve de sa vie - celle d'un chef politique, d'un soldat et d'un père.
    Tout est exact, jusque dans les moindres détails...car l'un des auteurs est le président Bill Clinton.
    Le suspense ne retombe jamais... car l'autre auteur est le grand James Patterson.
    Le Président a disparu, première collaboration du tandem Clinton Patterson et numéro un des ventes aux États-Unis en 2018, a été largement salué par la critique.
    Traduit de l'anglais par Dominique Defert 
    « Clinton et Patterson forment une équipe de choc. »  Michael Connelly
    « Captivant dès la première page. Une lecture incroyable !  »  Mary Higgins  Clark
    « On tourne les pages sans même s'en rendre compte et surtout, on se régale des détails fournis par Clinton. Un roman maîtrisé de la première à la dernière ligne. »  Le Parisien

  • LES TROIS JOURS QUI ÉBRANLÈRENT LES ÉTATS-UNIS
    Il y a des secrets que seul un président peut connaître, il y a des décisions que seul un président peut prendre, et parfois il doit envisager l'impensable...
    LE THRILLER VISIONNAIRE QUE SEUL UN PRÉSIDENT POUVAIT ÉCRIRE
    Bill Clinton, 42e président des États-Unis, allie son expérience du pouvoir à l'art du suspense de James Patterson, l'auteur de thriller le plus vendu à travers le monde.
    «  Oui,  Le Président a disparu  relève de la fiction - c'est un thriller - mais James Patterson et moi avons imaginé trois journées parmi les plus terrifiantes de l'histoire de la présidence. Et qui pourraient véritablement avoir lieu.  »  Bill Clinton
      « Ce livre se déplace comme Air Force One. Il est rapide et puissant. »  Michael Connelly
    « Captivant dès la première page. Une lecture incroyable ! »  Mary Higgins Clark
    « On tourne les pages sans même s'en rendre compte et surtout, on se régale des détails fournis par Clinton. Un roman maîtrisé de la première à la dernière ligne. »  Le Parisien

empty