• Issue de la puissante et célèbre famille de banquiers florentins, Catherine de Médicis entre dans la maison des Valois par son mariage avec Henri de France, fils de François Ier. Son veuvage en 1559 la lie jusqu'à sa mort, en 1589, aux événements les plus marquants de l'histoire du royaume. Reine de France, régente et mère de monarques, la place qu'elle occupe sur l'échiquier politique du royaume est inédite. Dans ces temps particulièrement troublés, alors que les guerres de Religion secouent la France, Catherine de Médicis tente une politique d'apaisement entre catholiques et protestants. Elle est aussi l'une des plus grandes mécènes de son temps. Et pourtant, elle attire de nombreuses haines. Les romanciers ont contribué à la discréditer et les historiens ne l'ont guère mieux présentée, à l'instar de Michelet qui la nomme « l'immonde Jézabel » dans son Histoire de France. La vie de Catherine de Médicis, riche tant d'un point de vue politique que culturel, a alimenté nombre de rumeurs et de fantasmes, créant ainsi une véritable « légende noire ». La biographie que lui consacre Céline Borello rétablit une vérité historique bien plus complexe et nuancée.

  • Parmi les principes théologiques protestants fondateurs, l'affirmation que la foi seule assure le salut du croyant s'exprime souvent. N'étant plus méritoires, les oeuvres n'en sont pas pour autant interdites : l'action envers les plus démunis, au profit des corps souffrants, s'observe là où la réformation s'implante. Et l'encouragement à diverses entreprises d'entraide communautaire demeure réel. Les oeuvres ne sont plus garantes du salut, comme dans le catholicisme, mais un prolongement de la foi, de l'application de l'amour du prochain et de la reconnaissance envers Dieu. Les oeuvres protestantes en Europe examine cette notion d'oeuvres du XVIe au début du XXe siècle : les institutions qui les encadrent, les organisent ; les figures et les structures qui se singularisent dans le domaine de l'assistance. Cette réflexion s'appuie d'abord sur les écrits qui appellent à prendre soin de son prochain : textes théologiques, cours de formation pastorale, sermons stimulent, chacun à sa manière, l'action charitable. Passer du texte aux actes s'impose alors pour comprendre l'importance, dans la vie quotidienne des fidèles, d'une pratique devenue impératif chrétien et facteur de cohésion communautaire. Dès lors, l'approche du secours matériel et spirituel nécessite de détailler les structures qui, sur quatre siècles, traduisent l'influence d'une conscience accrue de la dimension sociale de l'Évangile.

  • Les enquêtes présentées interrogent les techniques et procédés en matière d'argumentation à l'époque moderne. Elles tentent d'en relever les principes et les évolutions, les réussites ou les échecs, à travers des études de cas.

  • Les Presses Universitaires de France et Frémeaux & Associés proposent cette biographie de Catherine de Médicis par Céline Borello, professeur d'histoire moderne à l'université du Mans et spécialiste du protestantisme.
    Alors que les tensions sont très fortes partout - nous sommes au XVIe siècle, celui des guerres de Religion -, Catherine de Médicis mène une politique d'apaisement entre catholiques et protestants. Reine de France, régente et mère de monarques, la place qu'elle occupe dans l'échiquier politique du royaume est inédite. C'est aussi l'un des mécènes les plus prolifiques de son temps. Accusée des pires atrocités par ses contemporains, l'"immonde Jézabel" (Michelet) traîne derrière elle une légende noire tenace. Céline Borello mène l'enquête et nous apporte ici un éclairage nouveau sur une femme d'État, passionnée par les arts, mère attentive, qui a su marquer son temps par l'ampleur de son action politique et culturelle.
    Claude COLOMBINI FRÉMEAUX
    Partie 1 : LA DAUPHINE DE FRANCE o Partie 2 : UNE FEMME DE POUVOIR o Partie 3 : ARTS ET POLITIQUE o Partie 4 : MORT ET POSTÉRITÉ.

  • Identité nationale, citoyenneté, appartenance, exclusion, exil... tant de mots largement utilisés aujourd'hui dans les discours. Cet ouvrage croise ainsi les questions des identités, fréquemment plurielles, et des appartenances, parfois multiples. Il dégage les éléments saillants d'une histoire, sensible et souvent délicate à appréhender.

empty