• Nina

    Catherine Enjolet

    Orpheline à onze ans, Katiane a fondé une association pour venir en aide aux enfants privés de leurs parents partout dans le monde. Lorsqu'elle se rend à Moscou pour soutenir l'action d'un orphelinat, son chemin croise celui de Nina, enfant mutique et violoniste prodige. Sans que Katiane parvienne à se l'expliquer, cette rencontre l'émeut profondément, car il lui semble l'avoir toujours connue. Quand la jeune surdouée obtient une bourse pour étudier à Paris, Katiane entrevoie la possibilité de revoir Nina... Quelques fois, les sentiments ont le pouvoir de fertiliser les âmes. De Moscou à Paris, à travers le parcours salvateur d'une femme blessée par la vie, Catherine Enjolet explore la complexité des liens filiaux.

  • Prix Amic de L'Académie Française 2011 Préfacé par Boris Cyrulnik Nabisouberne, un drôle de nom pour une drôle de vie. Depuis la disparition de son père, celle que l´on surnomme « Bisou » s´est enfermée dans un silence de mort. La peur de la sépar

  • Ariane s'installe dans un immeuble neuf au coeur du quartier latin et s'aperçoit, à la suite de rencontres et d'indices troublants, que son appartement est habité...
    Monteuse au cinéma, la jeune femme découvre que ses choix de vie, professionnels ou amoureux, semblent déterminés par une histoire familiale qu'elle ignore. Coupée de tout repère par des placements à la mort de son père, elle va devoir affronter les non-dits mortifères, affronter les malédictions et faire face aux ombres du passé avant de donner la vie à l'enfant qu'elle attend.
    Entre quête et enquête, une histoire vraie où l'on retrouve les héroïnes du quotidien chères à Catherine Enjolet et la légendaire rue Mouffetard.


    Auteur de romans et d´essais, Catherine Enjolet conjugue littérature et engagement. Universitaire, elle écrit contre l´indicible et ses ravages. Au travers de son action et de ses livres, elle développe son concept de « liens du sens », crée en 1990 le parrainage d´enfants en France et lance « l´adoption affective ». Dès son premier roman Rousse comme personne, elle est saluée par la critique pour son écriture sobre et intense.

  • « Le droit d'affection, premier des droits de l'enfant. » Catherine Enjolet milite pour que chacun, petit ou grand, puisse avoir des liens affectifs.0500LE DROIT D'AFFECTION, premier des droits de l'enfant Enfant isolé ou orphelin, tout enfant s'alimente de nourritures affectives et a besoin d'un lien équilibrant pour se construire. En France, près de trois cent mille enfants et jeunes S.A.F. (Sans Affectif Fixe) dépendent de l'aide sociale, trois millions vivent avec un parent isolé, cent mille sont en danger. Tout enfant a droit de vivre des liens affectifs dont aucune autorité, parentale ou institutionnelle, ne peut le priver.Contre la privation affectivequi condamne des générations à l'exclusion.Contre le gâchis des solitudesqui se croisent, pour que tous ceux et celles qui sont aptes à s'impliquer puissentdevenir quelqu'un pour celui qui n'a personne.Contre le blocage de l'adoption en France.Pour que tout enfant compte pour quelqu'un.des formes d'engagements affectifs et éducatifs à la mesure de chacun.  Titre disponible en version numériqueINÉDIT0300Enfant isolé ou orphelin, tout enfant s´alimente de nourritures affectives et a besoin d´un lien équilibrant pour se construire. Le droit d´affection, plaide Catherine Enjolet, est le premier des droits de l´enfant. En France, près de trois cent mille enfants et jeunes Sans Affectif Fixe, dépendent de l´Aide Sociale, trois millions vivent avec un parent isolé, cent mille sont en danger. Insécurisés affectivement, ils grandissent sur des sables mouvants et sont majoritairement désignés à gonfler le rang des exclus alors que, parallèlement, on assiste à l´organisation institutionnelle d´une fuite des coeurs de millions d´adultes, « recalés de l´affectif » tenus d´exporter vers le bout du monde leur capacité à s´impliquer dans le devenir d´un enfant et l´avenir social de chacun. Tout enfant, juridiquement adoptable ou non, a droit de vivre des liens affectifs dont aucune autorité, parentale ou institutionnelle, ne peut le priver. Contre le gâchis humain des solitudes qui se croisent, contre la privation affective et le déterminisme qui condamnent des générations à la fatalité de l´exclusion et pour un joker de vie, l´auteur propose des formes d´engagements affectifs et éducatifs à la mesure de chacun. Pour que tout enfant compte pour quelqu´un. Pour que tous ceux et celles, par milliers, aptes à s´impliquer dans le devenir d´un enfant ou d´un jeune du bout de la rue, puissent devenir quelqu´un pour celui qui n´a personne. La reconnaissance de l´adoption affective est une urgence. Une priorité d´écologie humaine. Un enjeu d´économie sociale.

  • « Nous nous connaissions, bien avant de nous rencontrer. » Boris apparait dans ma vie comme une mystérieuse évidence, il incarne le mystère de la rencontre. Boris, je le connais depuis toujours. Avant de devenir amis, nos routes s'étaient étrangement croisées plusieurs fois. J'ai voulu interroger ces énigmes qui nous ont conduits jusqu'à cette fraternité de « résilients ». J'ai voulu donner à voir l'homme pudique et rendre hommage à celui qui dénonce la fatalité de la souffrance. Grâce à Boris, les béances de mon histoire se sont comblées. "L'enfance sous silence" peut alors se dire, s'écrire. Les quêtes et enquêtes de mon grand frère de sens ouvrent la voie et éclairent nos parcours ; à la lumière du sien j'ai pu retrouver les archives du Service des enfants secourus : admissions, placements et même photo de mon collier au matricule gravé. - Je suis le numéro 93 10. - ...et toi Boris? Catherine Enjolet. La collection Duetto invite écrivains et critiques à évoquer leur grande passion littéraire, à parler d'un auteur qu'ils admirent, qu'il s'agisse d'un aîné disparu depuis longtemps ou d'un contemporain qu'ils ont eu la chance de rencontrer.

  • Une jeune femme, Anne, va remettre au monde sa mère - morte dans ses bras - en écrivant sa vie... Portrait de Geneviève. D'une femme de tous les jours. D'un coeur simple. D'une âme complexe. Geneviève est de ces héroïnes du quotidien que l'on croise, mais que l'on ne sait pas voir. Femme solaire, elle illumine de sa chevelure rousse la grisaille des jours, rousse comme personne... Sous son regard, le banal se transforme, les horizons les plus sombres s'évadent au-delà des réalités étriquées de la mansarde familiale. La « nomade du réel » élève seule Anne et ses frères, affronte l'épreuve des jours et des solitudes. Qu'importe, Geneviève métamorphose les manques, « plie mais ne rompt point ». Geneviève attend. Jusqu'au bout de l'illusion, elle espère un amour entrevu... Elle reverra Pierrot, un jour... c'est sûr... Une figure populaire d'exception. Un portrait de femme à contre-courant, qui manquait à la littérature. Un roman qui bouleverse. Une écriture rare, qui donne à voir au-delà des apparences du banal. Un hommage à ces femmes, ces mères au coeur de chacun, ressuscitées par la plume de l'auteur « pour que tout recommence, pour que rien ne meure ».

  • Une jeune femme, Anne, va remettre au monde sa mère - morte dans ses bras - en écrivant sa vie... Portrait de Geneviève. D'une femme de tous les jours. D'un coeur simple. D'une âme complexe. Geneviève est de ces héroïnes du quotidien que l'on croise, mais que l'on ne sait pas voir. Femme solaire, elle illumine de sa chevelure rousse la grisaille des jours, rousse comme personne... Sous son regard, le banal se transforme, les horizons les plus sombres s'évadent au-delà des réalités étriquées de la mansarde familiale. La « nomade du réel » élève seule Anne et ses frères, affronte l'épreuve des jours et des solitudes. Qu'importe, Geneviève métamorphose les manques, « plie mais ne rompt point ». Geneviève attend. Jusqu'au bout de l'illusion, elle espère un amour entrevu... Elle reverra Pierrot, un jour... c'est sûr... Une figure populaire d'exception. Un portrait de femme à contre-courant, qui manquait à la littérature. Un roman qui bouleverse. Une écriture rare, qui donne à voir au-delà des apparences du banal. Un hommage à ces femmes, ces mères au coeur de chacun, ressuscitées par la plume de l'auteur « pour que tout recommence, pour que rien ne meure ».

empty