• Actéon le chasseur transformé en cerf, Daphné en laurier, Zeus en taureau... les métamorphoses sont partout dans la littérature grecque et latine. Qu'elles expliquent la naissance du monde, l'apparition des plantes ou des astres, elles content une autre histoire naturelle, non biologique mais poétique, nourrie des aspirations humaines les plus essentielles : dieux et hommes se métamorphosent, ou métamorphosent les autres, par vengeance, punition, jalousie ou convoitise. Pourquoi ces métamorphoses nous parlent-elles tant ? C'est qu'elles disent notre secret désir de vivre une autre vie, sous une autre identité. Ces très anciens récits nous plongent dans les origines de nos grands questionnements sur la séparation entre l'homme et l'animal, sur la question des genres masculin et féminin, et sur le dépassement des frontières entre humain et machine. La centaine de textes réunis ici trace un pont entre les métamorphoses grecques et latines et le XXIe siècle du posthumanisme, et nous rappelle que les robots de demain sont les Protée d'hier.

  • Aujourd'hui, en littérature, tout est roman. Autobiographie, récit poétique, essai : le roman les englobe tous. S'il est actuellement le genre dominant, c'est qu'au XXe siècle il a renouvelé son langage et ses formes, en empruntant des voies divergentes, allant de la synthèse encyclopédique à l'éclatement, de l'air pur des grands sommets aux secrets du laboratoire de recherche. C'est ce langage qui est examiné dans cet essai. En classant par grands concepts les différents aspects du roman, les oeuvres apparaissent comme l'illustration d'une description générale : une vision du monde.
    Loin de tout palmarès, sont présents ici moins des oeuvres ou des auteurs que des problèmes : comment, de 1900 à nos jours, le roman met en question l'Histoire, la société mais aussi la tradition littéraire ; les manières de penser le roman comme les manières dont pensent les romanciers dans le roman. En mettant au jour les structures romanesques qui demeurent, s'écrit ici une histoire du roman d'aujourd'hui qui est encore celle d'hier et déjà celle de demain.

  • Tout plaquer pour recommencer à zéro... Qui na jamais rêvé de changer de vie, de se donner une
    deuxième chance ? Ou de prendre une autre identité ? Et pourquoi les agents doubles ou les imposteurs
    nous fascinent-ils tant ? Serions-nous fous de rechercher ainsi linstabilité, qui nous met en danger ?
    Prenant au sérieux nos désirs dailleurs et daltérité, Blanche Cerquiglini répond sans détours : ce qui
    est fou, cest de se contenter de ce que lon croit être. La liberté humaine consiste à pouvoir toujours se
    réinventer, dans une lutte permanente contre limmobilisme. Mais comment y parvenir, et surout à quel
    prix ? Cest tout lenjeu du nouvel imaginaire proposé ici.
    De Dr Jekyll à Sherlock Holmes, de Madame Bovary au vaudeville en passant par les faits divers les
    plus saisissants, Blanche Cerquiglini analyse ces désirs de changement qui nous enrichissent et nous
    maintiennent en vie. À lheure du développement « personnel », il est temps de le reconnaître : la
    construction de soi passe par lacceptation des lignes de fuite, des contradictions, des fantasmes. Cette
    exploration résonne alors comme un engagement nécessaire en faveur de la liberté et de laudace. Non,
    une vie ne nous suffit pas et il faut sen réjouir.

empty