• Coco

    Charbonneau-Demers A

    Dans son «racoin du monde », un garçon de douze ans est repéré par Marie-Thérèse Lambert, actrice tordue et malheureuse qui décide de le prendre sous son aile. Des années durant, elle lui apprendra à se délecter de son propre malheur et, surtout, à susciter la pitié des autres - comme le faisait son alter ego, l'infâme Kamelia Kaze, du temps où elle se suicidait sur les scènes de New York. Coco est un roman d'apprentissage déjanté et minimaliste dont l'humour caustique se fait tour à tour jubilatoire et inquiétant.

    Une femme se tient debout, dos à moi, au centre d'un cercle d'enfants couchés par terre, les yeux fermés. On entend tout. Les gouttes qui tombent de mes cheveux et la respiration de chacun d'eux, étalés sur le plancher comme des paires de poumons. Je risque de leur faire peur en m'approchant. Ou peut-être qu'ils vont m'ignorer jusqu'à la fin? On n'arrive pas en retard à un cours de théâtre, j'imagine: tout y a l'air si sacré.

  • Daddy

    Charbonneau-Demers A

    "C'est l'histoire d'un jeune homme, ancien acteur devenu écrivain, qui soigne une vilaine chlamydia dans son appartement à Montréal, durant les premières semaines de la pandémie. Avant son confinement, il vivait avec « Daddy », son amant de vingt ans plus âgé que lui, banquier au pénis énorme qui n'aime pas les livres, une aventure torride. Le problème, c'est que Daddy lui a dit « mon amour », puis une autre fois, « je t'aime » ; il s'est excusé après, mais il a récidivé. Ça gâche tout, non ?

    On retrouve dans ce roman L, K et M, les amies fidèles du narrateur, et le souvenir vivant d'une mère morte, et un père qui est son plus grand fan. Et aussi, l'affreux roman de Nabokov, l'ombre de Nelly Arcan, la femme à la cravate de Modigliani, et Marie Kondo."

empty