• Pour un professionnel de santé, la première rencontre avec un patient handicapé mental est toujours une découverte, voire une énigme. Comment l'aborder ? Comment se comporter ? Que lui dire ? Loin de son cadre habituel, effrayé par l'environnement inconnu et parfois inquiétant de l'hôpital, c'est souvent dans un état de grande anxiété quele patient se présente. Aussi la prise en charge anesthésique au bloc opératoire est-elle souvent complexe.

    De plus, les profils sont divers, chaque situation est particulière et implique une prise en charge spécifique. Avec une personne polyhandicapée, les difficultés seront essentiellement d'ordre technique. Face à une déficience intellectuelle isolée, l'équipe soignante sera confrontée à des difficultés de communication, de compréhension, à l'absence de contrôle émotionnel et à des réactions éventuelles d'opposition qui vont gêner les soins.

    C'est donc un véritable défi humain, éthique, technique et organisationnel qui est à relever ici... et l'anesthésiste est en première ligne, car rien n'est possible tant que le patient "ne dort pas".

    Médecin anesthésiste à la Fondation de la Miséricorde de Caen, le Dr Charles Leclerc et son équipe accueillent régulièrement ces patients singuliers. A travers ce guide pratique qui fourmille d'exemples et de situations vécues, il décrit des situations typiques et propose conseils et indications pour mieux communiquer avec ces patients.

    Enfin, au-delà de la clinique pure, il s'attache ici à rappeler les notions essentielles de la relation soignante. C'est un beau voyage sur les rives de l'empathie et une source puissante de réflexion et d'introspection.

  • Talleyrand, homme de pouvoir Français, fascine toujours.
    Talleyrand, surnommé « le diable boiteux » en raison de son pied bot, n'a laissé aucun de ses contemporains indifférent. Qu'on l'admire, qu'on le craigne ou qu'on le déteste, il a été perçu tantôt comme un pervers cynique et manipulateur tantôt comme un homme de pouvoir pragmatique et visionnaire. Il suscite, encore à l'heure actuelle, de nombreuses études à la fois historiques et artistiques.
    Les Mémoires de Talleyrand, parus en 1889, sont depuis leur publication source de nombreuses controverses : est-ce vraiment lui et lui seul qui les a écrits ? Sinon, qui est-ce ? Qu'en est-il des grands secrets de l'Histoire de France dont il semblait être le seul détenteur ?
    Plongez-vous sans plus attendre dans le récit d'un homme plein de mystères et dont les écrits suscitent encore la controverse.
    EXTRAIT
    Aujourd'hui, les principaux auteurs d'ouvrages sur Talleyrand ne semblent plus mettre en doute l'authenticité de ses Mémoires. Tel n'était pourtant pas le cas lors de leur première publication, par le duc Albert de Broglie en 1891 et 1892, il y a donc un peu plus d'un siècle. Historien et homme d'État français, orléaniste et repoussé par les bonapartistes, Albert de Broglie occupa le siège d'ambassadeur à Londres, après quoi il sera nommé membre à l'Académie française. Le Président Adolphe Thiers avait émis de sérieux doutes quant à l'origine des fameux manuscrits. Quant à l'historien marseillais Lacour-Gayet, il ne cachait pas son scepticisme. Pourtant, en 1830, de Broglie nous fournira des renseignements très intéressants sur la vie de Talleyrand, qu'il rédigea en six volumes. Il décrira de nombreux rapports détaillés sur les diverses entrevues entre Napoléon et Talleyrand, la libération du caractère ecclésiastique du grand homme, ainsi que son mariage et sa relation avec Madame Grand1 ou sa filiation avec le peintre Delacroix.
    On sait qu'en l'absence d'un manuscrit original des Mémoires de Talleyrand, le duc de Broglie n'avait livré à l'édition qu'une copie du comte Fourier de Bacourt, secrétaire de Talleyrand. En 1822, Fourier de Bacourt est attaché à la légation française à la cour de Suède auprès de l'ancien général Bernadotte11, devenu roi de Suède. Plus tard, le secrétaire sera attaché à l'ambassade de France à La Haye puis à Londres.
    Talleyrand disait de lui :
    Je connais peu de gens dont l'esprit puisse être comparé à celui de Monsieur de Bacourt, je n'en ai rencontré aucun.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Daniel-Charles Luytens est à la fois historien, conférencier et véritable rat de bibliothèque. Il s'amuse de l'Histoire et nous offre le résultat de ses nombreuses recherches hautes en couleur.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

  • Voici l'édition de décembre 2015 du magazine École branchée!
    18e année, numéro 2.
    Il comprend une foule d'articles et dossiers pertinents pour les enseignants :
    - Le B.A.-BA des technologies mobiles
    - Une vingtaine d'idées testées approuvées
    - Les défis de l'intégration des appareils mobiles à l'école
    - Dix façons d'utiliser l'application Padlet en littératie au primaire
    - Les tendances technopédagogiques émergentes
    - et plus encore!
    Édité par l'organisme sans but lucratif du même nom, l'École branchée propose des témoignages d'enseignants qui osent de nouvelles approches grâce à la technologie, ainsi que des répertoires pratiques d'outils adaptés aux besoins du milieu, visant à varier l'enseignement pour rejoindre les apprenants selon leur propre style.

empty