• Souvenirs amoureux d'un homme de quarante ans, Les Confessions du comte de *** occupent une place importante dans la tradition du roman de moeurs, du roman mondain et du roman de séduction. Duclos a su y écrire un chapitre de l'histoire des démêlés qui opposent et réunissent, d'un bout à l'autre du dix-huitième siècle, le couple inévitable du coeur et de l'esprit : le coeur du comte est bon, mais se laisse égarer par un esprit léger. Un roman plein de cette vivacité qui seule a du prix pour ses personnages, vivacité du style, de l'ironie, de l'esprit qui jamais ne pèse.

  • Charles Pinot-Duclos a vécu sous la Régence. Dans les Mémoires pour servir à l'histoire des moeurs du XVIIIe siècle il peint les moeurs de la société qui l'entoure, à cette époque déliée où l'esprit était vif, apte à saisir toutes les faces les plus diverses de la mobile vérité. De là ce perpétuel feu d'artifice de paradoxes, de sophismes, d'impertinences, d'irrespects.
    Dans cet ouvrage plein de finesse et d'intelligence (« L'âme seule fait la physionomie, la nature ne donne que les traits ») Charles Pinot-Duclos nous conte, dans la meilleure tradition du roman psychologique, inaugurée par madame de La Fayette, continuée après lui par Laclos et Stendhal, ce que Sainte-Beuve appelait les modes de sensibilité de l'époque.

empty