• On croyait connaître Charles Tillon : mutin de la mer Noire en 1919, chef des Francs-Tireurs et Partisans pendant la Résistance, ministre communiste à la Libération, exclu du Bureau politique après « un procès de Moscou à Paris ». Voici qu'avec ce livre, on découvre l'un des témoins principaux de l'histoire de notre temps. Voici qu'à suivre cette vie commencée en Bretagne, comme ouvrier, on parcourt toute la mémoire de ce siècle et on pénètre au coeur de. ses drames. Non pas seulement la mémoire politique, les enchaînements qui font de Tillon un leader syndicaliste qui dirige dans les années 20 les grandes grèves des marins pêcheurs, puis le membre de la direction du Parti communiste - il en sera le délégué au cours des sombres jours de Prague à l'heure de Munich et en avril 1939, en Espagne, le dernier Français solidaire des vaincus ; enfin de chef de guerre des Partisans pendant la Résistance, puis le ministre de l'Air du général de Gaulle. En fait, les mémoires de Charles Tillon sont l'une de ces oeuvres rares où un acteur de premier plan est aussi un écrivain à la plume forte, au regard tour à tour acéré et sensible. Un écrivain qui sait faire surgir devant nous événements et personnages et se met au service de l'histoire pour nous en montrer les coulisses. Chaque chapitre - ainsi celui sur l'attitude des communistes en juin 1940, après la débâcle - contient une révélation à toutes les lignes. Des dirigeants politiques, et non des moindres, que l'on croyait définitivement campés par tant de chroniqueurs, surgissent tout à coup différents. On chantait rouge est donc une contribution essentielle à la connaissance de notre temps. Mais c'est plus encore. Tillon sait en quelques lignes camper une situation, des personnages. Qui pourra oublier les soldats sur les quais d'Alicante alors que s'effondre l'Espagne républicaine ? Livre de passion et de vérité, livre d'acteur qui apporte sur le mouvement ouvrier, sur le Parti communiste, sur l'attitude du Kremlin, des faits ignorés, On chantait rouge est un livre d'émotion. Avec lui tout un pan de notre histoire - une histoire profonde - se trouve ramené au jour. A l'heure des choix, le livre irrécusable d'un homme droit qui porte devant nous le témoignage de sa vie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • On croyait connaître Charles Tillon : mutin de la mer Noire en 1919, chef des Francs-Tireurs et Partisans pendant la Résistance, ministre communiste à la Libération, exclu du Bureau politique après « un procès de Moscou à Paris ». Voici qu'avec ce livre, on découvre l'un des témoins principaux de l'histoire de notre temps. Voici qu'à suivre cette vie commencée en Bretagne, comme ouvrier, on parcourt toute la mémoire de ce siècle et on pénètre au coeur de. ses drames. Non pas seulement la mémoire politique, les enchaînements qui font de Tillon un leader syndicaliste qui dirige dans les années 20 les grandes grèves des marins pêcheurs, puis le membre de la direction du Parti communiste - il en sera le délégué au cours des sombres jours de Prague à l'heure de Munich et en avril 1939, en Espagne, le dernier Français solidaire des vaincus ; enfin de chef de guerre des Partisans pendant la Résistance, puis le ministre de l'Air du général de Gaulle. En fait, les mémoires de Charles Tillon sont l'une de ces oeuvres rares où un acteur de premier plan est aussi un écrivain à la plume forte, au regard tour à tour acéré et sensible. Un écrivain qui sait faire surgir devant nous événements et personnages et se met au service de l'histoire pour nous en montrer les coulisses. Chaque chapitre - ainsi celui sur l'attitude des communistes en juin 1940, après la débâcle - contient une révélation à toutes les lignes. Des dirigeants politiques, et non des moindres, que l'on croyait définitivement campés par tant de chroniqueurs, surgissent tout à coup différents. On chantait rouge est donc une contribution essentielle à la connaissance de notre temps. Mais c'est plus encore. Tillon sait en quelques lignes camper une situation, des personnages. Qui pourra oublier les soldats sur les quais d'Alicante alors que s'effondre l'Espagne républicaine ? Livre de passion et de vérité, livre d'acteur qui apporte sur le mouvement ouvrier, sur le Parti communiste, sur l'attitude du Kremlin, des faits ignorés, On chantait rouge est un livre d'émotion. Avec lui tout un pan de notre histoire - une histoire profonde - se trouve ramené au jour. A l'heure des choix, le livre irrécusable d'un homme droit qui porte devant nous le témoignage de sa vie.

  • Ce témoignage sur la Résistance armée que présente aujourd'hui Charles Tillon s'appuie non seulement sur une documentation minutieuse et de première main, mais aussi sur la lancée de quelques idées et de quelques mises au point d'un intérêt capital. Après avoir établi que les premières organisations de la Résistance entrèrent en activité clandestine dès l'été 1940, Charles Tillon s'applique à mettre en lumière le rôle important joué par les F.T.P. (Francs Tireurs et Partisans Français), créés par les communistes, dans la formation des Forces Françaises de l'Intérieur, puis dans les combats de la Libération. Une solide étude du plan insurrectionnel conçu et réalisé par la Résistance, de la conduite de cette insurrection et de la contribution stratégique des forces de la Résistance à la libération du sol national ; des études particulières sur les opérations des Glières, du Vercors, de Bretagne, de Marseille et sur l'insurrection parisienne ; enfin une analyse de la politique du général de Gaulle et de ses bureaux londoniens vis-à-vis des principaux groupements de la Résistance font que ce livre important et passionnant complète, et sur de nombreux points, renouvelle entièrement notre connaissance de l'histoire de la clandestinité entre 1940 et 1944.

empty