• Johannes, le narrateur, naît à Vienne en 1927. LHistoire a tôt fait de venir se mêler de sa vie ordinaire, et de celle de sa famille. Johannes devient un partisan enfiévré dAdolf Hitler : parce quil est soumis, à lécole, à un lavage de cerveau permanent, mais aussi, sans doute la suite le laisse supposer , parce quil est instinctivement porté vers le Mal. Il revient très vite du combat, défiguré et manchot à 17 ans.

    Cest alors quil découvre que ses parents, antinazis, cachent au grenier une jeune Juive, Elsa. Lui, lantisémite farouche, est dabord séduit par lidée de contrôler le destin dun de ces êtres quil a appris à haïr. Puis il se laisse toucher par le regard de la jeune fille, qui nexprime aucun dégoût pour son infirmité. Commence alors une passion dévorante, et une cohabitation qui durera toute une vie : la mort frappe la famille de Johannes, jusquà ce quil se retrouve seul avec sa proie. À la fin de la guerre, il lui fait croire que les Nazis ont gagné, et quelle ne peut sortir de la maison sans courir à sa perte...

    Tout Le ciel en cage est dans cette relation étrange, dune ambiguïté vertigineuse entre les deux héros. Qui trompe lautre ? Johannes qui, par amour mêlé de haine, retient la jeune femme prisonnière ? Ou Elsa que lon devine forcément complice de ce jeu de masques, manipulatrice suprême sous ses airs de victime ? Le monologue de Johannes, la description de la vie à Vienne durant ces années noires, la narration dun huis clos de cauchemar mènent le lecteur au bord du précipice. Car le dégoût et la fascination se mêlent, irrésistibles, signe dun livre dune puissance très rare.

  • La soixantaine alerte, le verbe haut, le conseil toujours prompt, surtout quand il n'est pas sollicité, et la coiffure aussi raide que le genou, Edith McLoughlin frôle la caricature de la belle-mère de comédie. En fait sa tyrannie, légère et tissée de bonnes intentions, serait plutôt drôle si elle n'était à l'origine d'un drame épouvantable - la mort de son fils - qui pèsera évidemment à jamais sur la vie de Nancy, sa belle-fille.
    Restée veuve, avec une petite Chloé de sept ans, Nancy - professeur d'astrophysique à Wellington, où, en New-Yorkaise bon teint, elle se sent toujours un peu en exil -, va devoir affronter une existence d'autant plus compliquée qu'Edith entend plus ou moins la régenter. Après l'échec d'une tentative de cohabitation, et le remariage de Nancy avec un opticien philosophe, Edith paraît s'effacer. Pour réapparaître brièvement et, jouant un instant au jeu de la vérité, s'expliquer enfin sur son attitude.
    Ruptures maladroites et rapprochements émouvants rythment ainsi le récit du long chemin d'amitié que ces deux femmes vont parcourir, liées non seulement par le souvenir d'un être follement aimé mais en réalité par une extraordinaire et peu commune tendresse. Qu'elles ne s'avoueront qu'à mots couverts, sous la menace d'une mort annoncée dont l'épisode final organisé par Nancy - le départ d'Edith pour les rivages de l'amour et de la mort - est propre à tirer les larmes des coeurs les plus blasés.
    Suivez-nous

  • A zany growing up novel with an unforgettable ending set inFlorida

empty