Arts et spectacles

  • Pour qui les musées existent-ils ? Toutes les institutions muséales sont confrontées à cet enjeu fondamental qu'est la relation avec les publics. Pour remplir adéquatement leur mission, elles doivent analyser les comportements des visiteurs, s'interroger sur la portée de propositions culturelles, préciser leurs intentions... L'évaluation muséale s'est ainsi imposée de soi dans le monde muséal. Ses méthodes se sont affinées, ses terrains, diversifiés, ses problématiques, élargies.

    Cet ouvrage propose un bilan des connaissances accumulées par la pratique de l'évaluation et dégage des axes de réflexion clés :

    Il dresse un bilan historique et critique des préoccupations et des problématiques qui ont alimenté le champ des recherches en évaluation depuis les premiers travaux de Gilman en 1911.
    Il illustre les savoirs produits par l'évaluation au cours des 30 dernières années.
    Il remet en question l'usage de l'évaluation dans les institutions muséales et, surtout, l'utilisation des résultats par les concepteurs et les décideurs.
    Il expose l'incidence du numérique sur la pratique muséale, l'expérience muséale - celle de la visite - et les techniques d'évaluation.
    Il jette un éclairage sur la sociologie des publics et les nouveaux indicateurs de la satisfaction.
    L'ouvrage est enrichi d'un glossaire des concepts et des termes spécialisés les plus fréquemment utilisés en évaluation. Il permettra aux chercheurs en évaluation de mettre en perspective leurs travaux et aux praticiens du milieu muséal de s'interroger sur leurs opérations, sur leurs rapports avec la recherche, sur leurs savoirs et sur leur raison d'être.

  • Que veut dire «s'informer» à une époque où l'information-spectacle domine les bulletins de nouvelles? Fait-on place à tous les points de vue? Quel est le poids réel de la télévision en cette matière?



    Cet ouvrage offre des pistes de réflexion pour répondre à ces questions, en s'intéressant aux liens qui unissent médias et gouvernement américains, aux interactions entre ces acteurs et l'opinion publique et aux explications des spécialistes en communication sur l'influence de la télévision en politique étrangère.

  • Ces études mettent en lumière l'articulation entre l'art et le politique dans la création contemporaine. Écrites tant par des littéraires que des historiens ou des politicologues, elles sont consacrées soit à la littérature, au théâtre, au cinéma ou aux arts visuels et performatifs.

  • L'espace urbain a toujours été synonyme de densité, de vitesse et de foisonnement. Toutefois, le phénomène d'urbanisation qui s'intensifie depuis la révolution industrielle s'étend aujourd'hui à une échelle inédite. Alors qu'elle semble se déployer sans fin, cette urbanisation produit en même temps les limites de sa propre expansion - pollution des écosystèmes et de la biosphère, congestion, surpopulation, etc. Devant l'ampleur de la crise, de plus en plus de grands centres prennent l'initiative de s'imposer comme modèles de villes faisant preuve d'« intelligence ».

    Le présent ouvrage se penche sur ce grand projet technologique, en explorant les défis que la « ville intelligente » pose à la démocratie et à l'écologie, l'emprise de la « gouvernementalité algorithmique » et de la culture technologique sur nos vies, la menace qui pèse sur nos libertés en tant que citoyens et citoyennes ainsi que nos droits de réclamer une ville juste et inclusive. L'élan de ce livre est certainement critique, mais non au sens d'une dénonciation ou d'un simple refus : l'ensemble des contributions cherche plutôt à remettre en question les discours et les idées qui prévalent avec une évidence de plus en plus hégémonique, et selon lesquels il serait possible de résoudre les crises contemporaines grâce à la « ville intelligente ». Destiné à un lectorat désillusionné par les discours technocentrés, l'ouvrage cherche à ouvrir l'espace des possibles en imaginant d'autres trajectoires.

    Emmanuelle Caccamo est docteure en sémiologie, chercheuse en communication et professeure à temps partiel à l'Université d'Ottawa. Ses recherches portent sur l'imaginaire et les discours entourant les nouvelles technologies médiatiques numériques. Elle développe une approche technocritique et décroissantiste du numérique. Elle est également cofondatrice et directrice générale de la revue d'exploration sémiotique Cygne noir.

    Étudiant au doctorat, Julien Walzberg s'intéresse à la modélisation des comportements humains lors de la phase d'utilisation d'un produit ou service en analyse du cycle de vie. Il a également été consultant junior en analyse du cycle de vie. Il détient par ailleurs un diplôme d'ingénieur en matériaux ainsi qu'un mastère spécialisé en management de l'environnement.

    Tyler Reigeluth est docteur en philosophie de l'Université Libre de Bruxelles où il a défendu sa thèse dans le cadre du sein du projet interuniversitaire «Gouvernementalité algorithmique». Il s'intéresse généralement aux relations politiques qui lient techniques et corps, et plus particulièrement aux questions éthiques et épistémologiques qu'impliquent une connaissance de l'apprentissage machine (machine learning).

    Nicolas Merveille est docteur en anthropologie sociale et ethnologie de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris) et professeur au Département Stratégie, responsabilité sociale et environnementale à l'ESG-UQAM. Il est titulaire d'un mastère spécialisé en ingénierie et gestion de l'environnement de l'École nationale supérieure des Mines de Paris.

  • La tenue récente de méga-événements sportifs au Brésil entraîna, dans bien des villes du pays, la conclusion de vastes campagnes de régénération urbaine dont les conséquences demeurent incertaines à ce jour. Entre autres choses, l'importance accordée à l'image dans la gestion du patrimoine urbain fut maintes fois critiquée et nous fournit aujourd'hui une occasion de réfléchir à la question du spectacle du patrimoine. Comment valoriser les actifs patrimoniaux alors que leur survie dépend de plus en plus de leur visibilité dans le flux d'images qui nous assaillent ? Dans cet ouvrage, les délicates questions entourant la spectacularisation du patrimoine urbain sont abordées à l'aide d'exemples tirés de l'expérience du Brésil, mais aussi de celles de diverses villes à travers le monde. The recent sporting mega-events held in Brazil have given rise to widespread urban regeneration strategies, the consequences of which remain uncertain. In particular, it is the image-centric approach to urban heritage, the much-critiqued notion of spectacle in urban space that gives us cause for comment and reflection. How do we valorize heritage sites when their survival is increasingly contingent upon their visibility on an already crowded stage ? With examples drawn from Brazil, as well as from other cities around the world, this collection investigates the sometimes difficult questions raised by the spectacularization of urban heritage.

empty