• Hotmail

    Dhombres Patrick-P.


    Continue à bander en pensant à moi, j'aime ! Jeanne


    De : PIGNOL Christian


    Envoyé : vendredi 28 mai 2005


    A : SARLAT Jeanne


    Objet :

    ...Mes propos t'auraient-ils choquée, que tu tardes à me répondre ? Pour ma part, j'estime que nous devons tout nous dire, nous lâcher...et dans les mots qui nous conviennent ! Parler, écrire, est toujours témoignage de confiance. Et puis, foutre dieu ! Je revendique le droit d'être mécréant ! Et j'aime le cul, prout-prout, et les doigts, la langue, la main entière dans la foufoune ! J'aimais nos ahans à deux dos, du temps où j'entrais et sortais dans ton con magnifique. Je revendique tout cela et encore et encore, contre tous les trompe-la-mort aseptisés, culs bénis, patentés intégristes ; pour l'éternité, la nôtre ! Et ce avant que le grand repassage nous amidonne définitivement.


    De : SARLAT Jeanne


    Envoyé : mardi 1 juin 2005


    A : PIGNOL Christian


    Objet :

    Mais non, mon Chris, je n'ai nullement été choquée.
    Chris, contrairement à la vindicte populaire, j'ai tendance à faire confiance aux obsédés sexuels, en tout cas ceux qui s'assument, ce qui a le mérite de me rassurer quant à l'étalage de mes déviances. Rien que ce soir ma vision baisse à force de lire et relire ton message. ! (...)Si tu étais là, chenapan, je ne te laisserais t'échapper sous aucun prétexte !!!
    Jeanne

  • Les pas

    Dhombres Patrick-P.

    Elle était devant lui LA FEMME, dans la troublante intimité devenue
    Il leva les yeux. Elle venait de s'asseoir à deux tables de la sienne, sur la droite. Il avait perçu ce frôlement d'une présence, alors qu'il était plongé dans sa lecture. La nuque dégagée par un chignon, légèrement inclinée, elle prenait connaissance de la carte pour formuler sa commande. La nuque était blonde, quelques duvets brouillés y folâtraient. Elle était fine et contrastait avec l'ensemble des consommateurs. Elle sortit un livre de son sac et se mit à lire, intensément. Dis-moi qui tu lis, je te dirai qui tu hantes. (...) Il eut soudain envie d'elle, qu'elle le distinguât, le découvrît ! Lui parler !!!

empty