• Les notifications, les alertes, les messages courts, les scores de publication sollicitent notre attention de façon permanente et accélérée. Tout cela renforce notre attachement aux réseaux numériques et à notre portable et provoque un stress et une baisse de la vigilance et de la réflexion. Ces plates-formes sont conçues pour encourager notre " engagement ", c'est-à-dire la propagation à haute fréquence de tout message qui sera à la fois nouveau et saillant (donc souvent choquant ou étrange). Il en va de leur intérêt économique.
    Dominique Boullier travaille sur ces questions depuis une quinzaine d'année et analyse ce mécanisme économique, technique et cognitif a une incidence fondamentale sur nombre de domaines liés à l'espace public et à la finance.
    L'amplification par les réseaux numériques se traduit par une mobilisation personnelle de tous les instants et un encombrement de l'espace public par la propagation accélérée d'informations non désirées. Les fake news sont moins un problème de véracité que de viralité incontrôlée.
    L'ouvrage démontre que les designs choisis par les plate-formes visent à capter l'attention permanente de leurs utilisateurs et nous rendent incapable de traiter les enjeux de long terme comme le réchauffement climatique. Des solutions techniques et comportementales pour ralentir ce " réchauffement médiatique " existent et avant tout, il est nécessaire de contrôler le rythme de réplication (like, retweets, partages).
    Dominique Boullier propose une approche multidisciplinaire du numérique (" user experience ", sciences cognitives, linguistique, sociologie) du numérique et renouvelle en profondeur notre conception de ces plate-formes qui dominent notre monde.

  • Le numérique au sens large (informatique, réseaux, médias, Internet) a envahi l'ensemble des activités humaines, des plus personnelles aux plus collectives, et a profondément modifié notre rapport aux autres, à l'espace, au temps. Porteur d'innovations permanentes, il fascine et effraie tout autant, et fait l'objet de multiples débats, analyses, controverses.
    Cet ouvrage de référence en présente les cadrages théoriques et les concepts clés ainsi qu'une synthèse critique des travaux réalisés sur le sujet en sciences sociales. Cette nouvelle édition fait le point sur les évolutions récentes (le Machine Learning, la blockchain, le RGPD) et sur les enjeux contemporains (appels à la régulation, rôle croissant de la Chine, inflation des fakes news). Elle dresse un panorama des dernières avancées dans les domaines de la recherche : sociologie des algorithmes, des propagations et des makers ; économie de l'attention, plateformisation, économie comportementale à base de traces et de digital labor ; analyse politique du numérique dans la justice, la sécurité, le militaire ou la santé ; ou encore nouvelles méthodes des « humanités numériques ».

  • La ville se reconfigure lors des grands événements (festival, manifestation, match de foot, etc.), les foules sont contenues par le cadre bâti urbain et s´en emparent, les publics vibrent au rythme des attracteurs proposés par les organisateurs ou créés par eux-mêmes. Un climat s´installe, qui doit toujours être unique pour faire événement, qui attire ou qui repousse, qui se prépare, qui va crescendo mais qui doit aussi savoir progressivement descendre pour revenir au calme puis laisser des traces dans les mémoires et dans les médias. Les spécialistes de la sécurité urbaine et du maintien de l´ordre, qu´ils soient publics ou privés, ont appris à anticiper sur ces états toujours instables, à pré-positionner des forces et des moyens opérationnels, mais aussi à réviser leurs plans car des incidents viennent toujours ponctuer ces grands événements urbains. Trois événements (un match de foot, un festival de musique, une manifestation syndicale) ont été suivis grâce à des méthodes d´observation originales et minutieuses permettant de restituer tous les points de vue, sans jamais les totaliser mais en montrant leurs articulations. L´ouvrage permet ainsi de restituer « l´art du bon moment » (le kairos) qui fait l´expertise de ces professionnels du climat urbain et de leurs équipements.

  • C'est beau, une ville, la nuit ; mais c'est aussi étrange, une ville, lorsque des événements importants modifient la population rencontrée, l'occupation des espaces et des transports, les relations entre habitants, passants et public. Tout le climat urbain en est affecté. Cette mutation toujours plus fréquente de la ville en « ville événement » est ici explorée à travers trois observations de terrain (festival de musique, manifestation syndicale de masse, match de football à fort enjeu). Lors de ces événements, chacun a pu faire l'expérience d'une modification de ses propres états affectifs (excitation, peur, frustration...) qui dépasse les individus mais aussi les professionnels : la ville événement fait de nous des êtres urbains modifiés, l'espace d'un instant.

  • Les technologies de l'information vont-elles envahir notre espace d'écrans et d'ordinateurs ? pas du tout ! C'est le micro-processeur capable de se loger partout, dans nos murs ou dans notre corps, qui porte cette information. Quelle ville cela nous prépare-t-il ? Logements, déplacements, mémoire, création, des idées très concrètes sont proposées dans ce livre, le plus souvent mises en scène à Rennes. En se projetant en 2100, le démenti est probable mais le changement de regard est garanti.

  • Les livres, comme les chats, auraient neuf vies. Leur passage en librairie dure quelques semaines, mais une autre vie commence dans les mains des lecteurs et des lectrices.
    Aimer un livre, c'est le prêter, l'offrir, le recommander, en parler, le commenter sur son blog, le présenter sur YouTube ou dans un cercle de lecture, et puis le poser sur un rayonnage ou le laisser quelque part, en quête d'une autre vie.
    Au travers des témoignages de lecteurs-échangeurs, se dessine tout un panorama des usages du livre, et des changements provoqués par internet et le livre numérique. Le livre-échange met en lumière une écologie de la lecture, dans toute la diversité des pratiques.

  • L´ « opinion mining » est en passe de devenir une véritable industrie, tout aussi stratégique que celle des sondages. Les promesses avancées sont impressionnantes : la puissance de calcul des outils informatiques permettrait de suivre toutes les évolutions de l´opinion sur le web en temps réel, quel qu´en soit le volume. Plus encore, les capacités de traitement linguistique permettraient de détecter les tonalités de tous les verbatims recueillis, grâce aux méthodes dites de « sentiment analysis ». L´état de l´art des offres commerciales et technologiques présenté dans cet ouvrage rend compte de cette effervescence mais en souligne aussi la démesure, en veillant à distinguer les résultats réels des slogans promotionnels quelquefois trompeurs. L´ouvrage écrit par des chercheurs du médialab de Sciences Po, laboratoire spécialisé dans le traitement des masses de données disponibles sur le web pour les sciences sociales, permet aussi de resituer l´intérêt de ces nouveaux moyens techniques pour la recherche, dans le cadre de ce qu´on appelle désormais les « humanités numériques ». Enfin, soucieux de permettre à chaque lecteur de prendre en main ces outils, certes puissants mais aux limites de validité bien réelles, les auteurs décrivent pas à pas toutes les phases d´un projet mobilisant les méthodes d´opinion mining, en précisant les pièges et les impératifs d´intervention de l´expertise humaine, toujours nécessaire. Largement illustré, cet ouvrage devrait encourager les chercheurs, les professionnels de l´opinion et du marketing tout autant que les informaticiens et spécialistes des « web studies » à échanger pour faire progresser ces outils communs.

  • Les sapeurs-pompiers sont toujours admirés et pourtant nous ne savons guère comment ils parviennent à remplir leur mission si particulière et toujours différente. Les photos des engins, les images spectaculaires d'incendies ne nous disent pas tout le travail qu'il faut faire pour être opérationnel au moment-clé, pour se coordonner de façon aussi homogène. Cet ouvrage apporte enfin un regard de sociologues sur ce groupe social divers (militaires, professionnels, volontaires), si profondément enraciné dans toutes les communes françaises. À travers des histoires, des observations précises de leurs outils, de leurs interventions, de leurs activités de prévision et de prévention, de leurs formations, apparaît la capacité extra-ordinaire des sapeurs-pompiers à analyser leur pratique, à la formaliser, à se préparer puis à changer brutalement de rythme pour faire corps dans l'intervention. Passant des soldats du feu aux techniciens du risque, les sapeurs-pompiers viennent de vivre et vivent encore des changements profonds dans leurs façons de faire et dans toute leur culture. En participant pendant plus d'un an à la vie de différents corps de sapeurs-pompiers, les auteurs montrent aussi que faire de la sociologie, c'est avant tout rendre compte de toutes ces compétences des acteurs, des plus ordinaires aux plus savantes.

empty