• Depuis son origine, l homme est crudivore et toutes ses capacités sensorielles (olfaction, gustation et digestion) ont évolué de concert avec cette réalité pendant des millions d années. Mais nous vivons aujourd hui dans un monde culinaire qui trompe nos sens et nous laisse désarmés face aux problèmes de santé engendrés par ce mode alimentaire. Des dizaines de publications scientifiques de par le monde l attestent : le cru est bon pour la santé et la transformation des aliments est néfaste. Est-il possible d inverser cette tendance sans pour autant se couper de sa culture et de son environnement social, affectif et professionnel

  • Un jeune homme, gorgé de vie, vacille soudain : il vient d'apprendre qu'il est atteint de sclérose en plaques. Cette ignoble maladie va l'amputer progressivement. Tout se passera comme dans un film d'épouvante : l'ennemi frappe n'importe où, n'importe quand. La guillotine est sélective, il ne saura jamais de quel membre, ou de quelle fonction vitale, il sera privé demain. Après une période de désespoir, qui l'emmène aux portes du néant, il décide de fuir le regard des autres, de se perdre à jamais. Il quitte tout, vend le peu qu'il possède, pour s'acheter un petit bateau. Il ne subira plus la pitié, le vague mépris, l'ignorance cruelle. Quand le moment sera venu, choisi par le destin, il sera seul face à l'immensité de la mer, sépulcre de tant d'innocents. Tel la chèvre de Monsieur Seguin, il s'est battu pendant des années, perdu entre cortisone et instinctothérapie, alors qu'on ne sait toujours rien du mal qui le guette. Dominique Guyaux a profité d'une période de rémission, d'un sursis fragile, pour écrire ce livre, alors qu'il n'est pas sûr de son avenir. Il raconte l'irruption du mal, sa fuite, puis le chaotique parcours de son retour parmi les hommes. Il s'est marié, a bâti une maison d'où il voit la mer. La menace ne sera jamais écartée, mais il attend debout, libre... De ce sujet infiniment grave, l'auteur a fait un formidable récit d'espoir. Sa franchise troublante se conjugue à un art de la vie. Il pose, dans son livre, la seule question qui vaille la peine d'être posée : la vie a-t-elle un sens ? Sa réponse est infiniment humaine. Et son combat sera désormais le nôtre.

  • Un jeune homme, gorgé de vie, vacille soudain : il vient d'apprendre qu'il est atteint de sclérose en plaques. Cette ignoble maladie va l'amputer progressivement. Tout se passera comme dans un film d'épouvante : l'ennemi frappe n'importe où, n'importe quand. La guillotine est sélective, il ne saura jamais de quel membre, ou de quelle fonction vitale, il sera privé demain. Après une période de désespoir, qui l'emmène aux portes du néant, il décide de fuir le regard des autres, de se perdre à jamais. Il quitte tout, vend le peu qu'il possède, pour s'acheter un petit bateau. Il ne subira plus la pitié, le vague mépris, l'ignorance cruelle. Quand le moment sera venu, choisi par le destin, il sera seul face à l'immensité de la mer, sépulcre de tant d'innocents. Tel la chèvre de Monsieur Seguin, il s'est battu pendant des années, perdu entre cortisone et instinctothérapie, alors qu'on ne sait toujours rien du mal qui le guette. Dominique Guyaux a profité d'une période de rémission, d'un sursis fragile, pour écrire ce livre, alors qu'il n'est pas sûr de son avenir. Il raconte l'irruption du mal, sa fuite, puis le chaotique parcours de son retour parmi les hommes. Il s'est marié, a bâti une maison d'où il voit la mer. La menace ne sera jamais écartée, mais il attend debout, libre... De ce sujet infiniment grave, l'auteur a fait un formidable récit d'espoir. Sa franchise troublante se conjugue à un art de la vie. Il pose, dans son livre, la seule question qui vaille la peine d'être posée : la vie a-t-elle un sens ? Sa réponse est infiniment humaine. Et son combat sera désormais le nôtre.

empty