• Et si l'on retrouvait l'essence de la poésie ; un art de la création...
    Désenchanter les affres du passé est un recueil de poèmes qui touche l'homme et l'Homme. Il le fait pour l'homme car celui-ci est à la croisée des chemins, tumultueux et parsemés de bribes de bonheur. Des tumultes qui l'ont perdu sur les chemins des quêtes inachevées où il devient une proie face à l'adversité de ceux qui courent pour rester à leur place. Perdu aussi entre maître et esclave dans un monde défiguré et qui effrite les émotions qui, elles-mêmes, se banalisent au fur et à mesure que le temps preste la séquence des jours. Des tumultes qui désagrègent l'Homme à la course des mondes en l'absence de lui-même. Les quêtes encore, idéologique et chaotique qui déconstruisent la paix pour hululer les guerres inutiles qui remplace le bonheur par les bonheurs qui s'illuminent pour désarçonner les peuples tranquilles.
    C'est une invocation de l'humanité pour la liberté ;
    C'est une invocation de la fraternité pour l'union des peuples ;
    C'est une invocation de l'amour pour l'espérance ;
    C'est une invocation de l'humanité pour la vie ;
    Entre le passé et le présent,
    Entre le présent et l'avenir.
    Découvrez ce recueil de poésie portant un regard fort sur notre humanité et la place de l'Homme parmi les siens.
    EXTRAIT
    Moi, je suis.
    Lui, il est.
    Et qui sommes-nous ?
    Peuple, Mon peuple !
    Qui sommes-nous ?
    Des gens de dernier rang
    Qui mendient les miettes !
    Ou
    Ceux-là qui ne savent rien
    Et qui quémandent le savoir.
     
    Qui sommes-nous ?
    Des enfants aux multiples gazouillis
    Et qui attendent le retour du père
    Dont les amantes mangent le coeur !
    Ou
    Ceux-là qui importent dans le tas
    Et épousent les saletés des « civilisations sans hommes ».
     
    Qui sommes-nous ?
    Des femmes aux perversités innombrables
    Qui reçoivent ces hommes mesquins
    Aux multiples souillures diaboliques acculturées !
     
    Ou
    Ceux-là qui parlent comme Hélène
    La langue du pouvoir sans consolation.
    Et qui attendent le retour du père
    Dont les amantes mangent le coeur !
    Ou
    Ceux-là qui importent dans le tas
    Et épousent les saletés des « civilisations sans hommes ».
     
    Qui sommes-nous ?
    Des femmes aux perversités innombrables
    Qui reçoivent ces hommes mesquins
    Aux multiples souillures diaboliques acculturées !
    Ou
    Ceux-là qui parlent comme Hélène
    La langue du pouvoir sans consolation.
    - Je suis
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Doune Barbo est né en 1978 à Garoua au Cameroun. Il est Ingénieur de conception en sciences sociales pour le développement, spécialisé dans le domaine de la Gestion Administrative des Reformes et de la Décentralisation. Il écrit des romans, des recueils de poèmes et des ouvrages de recherches dans le domaine de l'ingénierie du social avec une incidence sur le développement des populations. Il démontre une grande facilité à pouvoir écrire dans tous les domaines de l'écriture au regard des projets d'écriture qu'il chérie chaque jour.

  • Un étudiant, qui a immigré du Bavard pour le Nerveux pour y poursuivre ses études, est soudainement arrêté pour des raisons politiques qui semblent le lier inéluctablement à l'un de ses amis, Gonga, devenu rebelle pour ses opinions contradictoires envers l'État du Nerveux.
    BRIBES DÉMOCRATIQUES est un roman qui relève avec profondeur la question poignante de la démocratie en Afrique principalement dans Le Nerveux, un pays frontalier avec le Bavard.
    Le narrateur, étudiant qui a immigré du Bavard pour le Nerveux pour y poursuivre ses études à l'Université de la Discipline, est arrêté pour des raisons politiques qui semblent le lier inéluctablement à l'un de ses amis du nom de Gonga, devenu rebelle pour ses opinions contradictoires envers l'État du Nerveux. Des agents sont à ses trousses jour et nuit, même son oncle qui l'héberge semble en faire partie pour des raisons qui lui sont propres. Il s'en suit alors des tumultes alléchants et déshumanisants, l'État utilisant tous les moyens pour retrouver les traces de Gonga pour résorber la rébellion.
    Un accord de paix signé finalement entre les rebelles et le gouvernement ne vient pas à bout de la question car les acteurs extérieurs n'ont pas été satisfaits des avancés produites par les parties, malgré des élections libres et transparentes, une transition espérée et le ras-le-bol des populations. Ces populations pauvres, fatiguées des interminables mêmes situations qui les obligent à fuir, encore fuir et toujours fuir leur espace sociologique pour s'humilier sur les terres d'errance.
    Une grève d'étudiants arrive à point nommé pour s'interposer entre les belligérants en chantant la paix et l'espoir, y arriveront-ils?? Toute la question reste posée quand on sait qu'en Afrique certaines armées n'ont pas hésité à tirer sur les peuples qui voulaient juste aimer leur pays.
    Un roman profond qui présente avec justesse le ras-le-bol des populations pauvres, fatiguées des interminables mêmes situations qui les obligent à fuir. Une grève d'étudiants arrive à point nommé pour s'interposer entre les belligérants en chantant la paix et l'espoir, y arriveront-ils??
    EXTRAIT
    À destination au stationnement Maouli, après avoir payé le car, j'ai voulu descendre, c'est alors que je me suis senti retenu. Je me suis retourné. Je vis un homme grand. Sa tête était couverte de turban blanc, son visage ne se voyait presque pas, et avec ses mains fortes, gantées en plus il me tenait la taille. J'ai voulu lui poser une question et juste à ce moment une voiturette est arrivée à toute vitesse. Elle s'arrêta à notre niveau. Subitement, tout devin noir et je me suis senti assit dans une voiture. L'on m'avait fermé les yeux et jeté dans la voiture, certainement pour que je ne reconnaisse point la route que nous empruntions. Je me suis mis à poser des questions auxquelles je n'ai reçu qu'une seule réponse : «?calmez-vous tout se passera bien?».
    Un temps passa. La voiturette s'arrêta. L'on me fit sortir et je marchais entre deux hommes - c'est sûr car une main me tenait de chaque côté - qui me tiraient par moment. Cela a pris une trentaine de minutes de marche en fin de train, puisque j'étais traîné comme un vulgaire machin. Un machin sans volonté de mobilité. Au gré des autres je glissais simplement.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1978 à Garoua au Cameroun, Doune Barbo est Ingénieur de conception en sciences sociales pour le développement en poste au ministère de la Santé publique du Cameroun, depuis 2007. Il écrit des romans, des recueils de poèmes et des ouvrages de recherches dans le domaine de l'ingénierie du social avec une incidence sur le développement des populations. À son actif, on compte deux romans, deux recueils de poèmes et un livre documentaire classé sociologie et sciences administratives.

  • La problématique de la gouvernance va au-delà du simple fait de l'implication des acteurs dans le processus de prise de décision. Il est un questionnement sur la perspective du bien-être des populations à travers les institutions chargées des diverses missions aussi noble que l'équilibre structurel et dual entre institution/population (une institution n'existe pas pour elle-même). Ce questionnement s'inscrit ainsi dans un cadre plus voulu que soutenu du développement global ; d'où l'importance de la performance pour donner un sens utile aux institutions publiques tant dans le champ international que national, surtout africain où elles souffrent de l'absence de rigueur pour s'accommoder habituellement du clientélisme, du favoritisme, du tribalisme etc., qui aboutit à la production ou à la fabrication malheureusement des hommes forts plutôt que d'institutions fortes comme le souligne fort bien le Président Barack Obama. Les institutions camerounaises n'échappent pas à ce questionnement, tant le gouvernement a mis en place des institutions ayant pour mission l'établissement de la gouvernance comme mode de gestion, mais la performance de celles-ci reste balbutiante. Le cas de la Communauté Urbaine de Garoua, comme institution de développement urbain et local avec une forte interaction de divers acteurs dont les populations semblent faire école pour comprendre et retracer non seulement la gouvernance comme pilier de performance institutionnelle, et aussi trouver le modèle de gouvernance et de performance spécifique et surtout scientifiquement reconnu et reconnaissable pour atteindre l'objectif du bien-être commun pouvant se résumer comme étant le développement.

empty