• Dégager ce roman, capital pour la littérature contemporaine, du silence bavard dont il n'a cessé d'être entouré depuis ses premières éditions, tel est l'objectif de cet essai qui tente de développer le dialogue que Musil a tenté d'engager avec ses lecteurs.

  • Interroger la rencontre de la littérature et du texte musical avec la célébration des grands événements ou des hommes illustres, tel fut l'objet du colloque international organisé en 1989 à l'université de Rennes II par le centre d'Histoire et d'analyse des textes (C.H.A.T.). Les quinze communications qui composent ce recueil ouvrent, selon des perspectives multiples, une réflexion sur les hommages, éloges, épitaphes et autres "tombeaux", ces monuments de paroles ou de notes musicales, pièces dites "de circonstance", révélatrices de bien des ressorts cachés de l'imaginaire artistique et du jeu social dans lequel il s'inscrit.

  • Supplice : le livre brûlé, la page censurée, la parole jugulée. Face à l'interdit, qu'il ressortisse au fait du Prince, à l'ordre de la loi ou au tabou fondateur, les littératures ont inventorié tous les registres de la transgression, de l'affrontement outrancier aux contournements les plus subtils - et, parfois, les plus douloureux. Délice : car toute écriture qui, au terme de ce face-à-face, demeure, ne garde le souvenir de l'interdit que pour mieux déployer la puissance de son texte. Au point, parfois, de fonder sur cette trace sa qualité d'oeuvre littéraire. Si les 29 études de ce recueil, présentées au XXVe Congrès de la Société française de littérature générale et comparée à Rennes en 1995, ouvrent tout grand l'éventail des littératures du monde entier, c'est pour mieux scruter, du Japon à l'Afrique noire, de l'Europe aux Antilles, les formulations infiniment variées du même paradoxe : dire l'interdit, c'est toujours, en littérature, contraindre la contrainte, en l'acculant à ses propres significations.

  • Louis Guilloux se trouve ici observé de manière quelque peu insolite. Hors de tout manichéisme, les observateurs montrent la complexité de sa situation et de son engagement, ses relations littéraires et sa réflexion sur la littérature. L'accent est mis sur la valeur esthétique de l'oeuvre, ses thèmes entrelacés, les grandes configurations de l'imaginaire, le jeu subtil du récit et du style.

  • « L'intelligence d'un seul est un don pour tous. » Telle est la pensée qui jaillit en songeant à Jérôme Lejeune, un homme hors du commun qui mit son immense talent au service des enfants handicapés mentaux. Pionnier de la génétique moderne, ébloui par la beauté de chaque vie humaine, le Professeur Lejeune a marqué l'histoire en prenant la défense des sans-voix. Suivant sa conscience de médecin fidèle au serment d'Hippocrate et de chrétien fidèle à son baptême, il a montré avec brio comment la science et la foi se font grandir mutuellement. Son histoire est celle d'un homme qui est resté profondément libre malgré les honneurs reçus dans le monde entier puis les attaques violentes dont il a été l'objet.
    Pour écrire cette biographie, l'auteur a travaillé onze ans à consulter des milliers d'archives, longuement rencontré son épouse, premier et indispensable soutien, ses proches, les familles de patients et ses collaborateurs français et étrangers.Elle nous invite à découvrir aujourd'hui le portrait fidèle et inédit d'un Jérôme Lejeune découvreur génial, plein d'humour, époux et père de cinq enfants, proche des grands de ce monde, et défenseur des plus petits. 
    Aude Dugast, philosophe de formation, est postulatrice de la cause de canonisation de Jérôme Lejeune, depuis 2012, au sein de l'Association des Amis du Professeur Lejeune. Elle était vice-postulatrice de l'enquête diocésaine, de 2007 à 2012. 

  • Paul-Émile Victor fait partie de ces rares hommes qui, au XXe siècle, ont contribué à changer notre vision de la planète.
    Le 10 juillet 1934, ce jeune Jurassien que tout prédestinait à reprendre l'entreprise paternelle de pipes et de stylos embarque sur le trois-mâts du commandant Charcot, en partance pour le Groenland. En quelques années, il va devenir l'incarnation de l'exploration polaire française, vivant avec les Eskimos, cartographiant des zones encore inexplorées, organisant des missions scientifiques extrêmes. Toujours en avance sur son temps, il va aussi s'engager très tôt en faveur de l'écologie.
    Vingt ans après sa disparition, cette première grande biographie, écrite par sa fille Daphné et par le journaliste Stéphane Dugast, retrace le destin exceptionnel de ce voyageur dans son siècle, de cet aventurier hors normes.

  • Partir, le choix de l'euthanasie Nouv.

    Comment fait-on le choix de l'euthanasie ? A quel moment en prend-on la décision ? Faut-il un courage héroïque pour aller au-devant de la mort, la souhaiter, la programmer ? Comment, alors, la famille parvient-elle à accepter un tel choix ? Un récit sans tabou, qui relate les ultimes étapes d'une vie devenue invivable. Mais aussi une déclaration d'amour à l'être aimé et à la vie.

  • L'étude des écrits relatifs au Mexique, publiés en France entre l'Indépendance de celui-ci, en 1821, et l'Intervention française de 1862, permet de dégager l'image contrastée qui en est proposée à l'opinion publique française. Cette image apparaît comme un véritable mythe politique : le "mythe mexicain". Cet ouvrage fournit un exemple significatif des rapports pouvant être relevés entre les représentations collectives - l'image de l'Autre - et les relations internationales. Il apporte un éclairage sur l'une des grandes affaires du Second Empire.

  • L'étude des écrits relatifs au Mexique, publiés en France entre l'Indépendance de celui-ci, en 1821, et l'Intervention française de 1862, permet de dégager l'image contrastée qui en est proposée à l'opinion publique française. Cette image apparaît comme un véritable mythe politique : le "mythe mexicain". Cet ouvrage fournit un exemple significatif des rapports pouvant être relevés entre les représentations collectives - l'image de l'Autre - et les relations internationales. Il apporte un éclairage sur l'une des grandes affaires du Second Empire.

  • Cet ouvrage est issu du colloque de Cerisy qui s´est déroulé autour d´Annie Ernaux en 2012 et a rassemblé des chercheurs internationaux issus de divers champs disciplinaires. Chaque article est suivi d´un texte de l´auteure et d´une discussion critique, ce qui donne à l´ensemble l´allure d´une libre conversation.
    Le temps et la mémoire constituent les deux fils conducteurs de l´ouvrage. Ils sont abordés selon plusieurs problématiques : les évolutions des groupes sociaux, la question de l´humiliation et les problèmes de hiérarchies culturelles, ou encore la constitution d´une mémoire des femmes. Écrire, pour Annie Ernaux, c´est tenter de saisir les multiples dimensions du réel en conjuguant la pression de l´Histoire et la puissance de la mémoire dans la restitution de la vie collective, comme dans celle de la vie intime.Renouvelant l´approche de l´oeuvre par une attention apportée au travail de l´écriture, parfois occulté au profit de la seule dimension sociologique, ce livre permet d´en mesurer toute la richesse et la puissance.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Nicole Bothorel, maître-assistant de littérature française à l'université de Haute-Bretagne depuis 1965. Elle travaille sur des problèmes de technique romanesque dans le roman moderne et contemporain. Elle assure des cours de méthodologie critique et des cours sur le Nouveau Roman. Francine Dugast-Portes, maître-assistant de français, elle enseigne à l'université de Haute-Bretagne depuis 1966. Elle assure des cours sur le Nouveau Roman, des cours de méthodologie critique et de stylistique. Elle prépare une thèse traitant de certains aspects du roman au 20e siècle. Jean Thoraval, agrégé, docteur ès lettres, est professeur de littérature française contemporaine à l'université de Haute-Bretagne. Outre des éditions d'oeuvres classiques et contemporaines et des ouvrages de méthodologie, il a publié aux éditions Bordas "Les grandes étapes de la civilisation française". L'ambition de cet ouvrage sur le roman contemporain est d'abord de faire le point sur le renouveau des conceptions, des techniques et des lectures de ce qu'on a appelé de façon générale "Le Nouveau Roman" ; c'est également de faire une recherche de ses thèmes privilégiés, des obsessions et peut-être même des fantasmes qui s'en dégagent ; c'est enfin de porter une appréciation sur les entreprises si diverses de ce roman d'avant-garde, décrié et loué tour à tour. Un des mérites évidents de l'ouvrage est le recours constant aux textes des écrivains : l'illustration systématique par de larges extraits vise à éclairer le propos critique, mais veut également inciter à lire dans leur intégralité des oeuvres nouvelles qui ne sont "difficiles" que parce qu'on leur applique, peut-être, un mode de lecture qui ne leur convient pas.

  • Les pouvoirs de l'écriture chez Colette, c'est l'art « décrétal » de susciter la présence dans les portraits, de ressusciter les souvenirs d'enfance et leur charge de « sauvageries », mais aussi de créer ou recréer des silhouettes délibérément fictives - Claudine, Gigi, Don Juan - alliant charme et scandale. Au fil des lettres, des reportages, des chroniques d'un temps pour nous révolu, le monde se peint dans un regard ; l'extrême recherche du style unit indissolublement les volutes esthétiques à une éthique, quelque peu nietzschéenne, qui fonde sa loi propre dans la nécessité de l'écriture, et irradie en sagesse ultime.

empty