• La fatigue nous sculpte et nous façonne. Il y a par exemple ces désirs qui nous agitent et nous exténuent. Ou au contraire cette ambivalence qui nous lasse à n'entreprendre rien. Il y a ces faiblesses du corps qui nous freinent jusqu'à parfois garder le lit. Il y a encore nos ravissements, nos élans sans retour qui nous laissent désemplis. Quelques fois, il y a cet effondrement où nous tombons en morceaux, à la fois rompus et dégagés... En neuf suites, ce livre nous invite à prendre la mesure de nos fatigues. Dans un siècle fatigué, il questionne ces expériences qui nous transforment, changent nos paysages, à la manière des grandes marées.

  • Conçu en quatre actes, comme la tragédie, ce nouveau livre d'Isabelle Dumais nous fait entrer sans compromis dans la honte d'être, en proie à toutes les petites compromissions de la vie même : gestes quotidiens et réitérés, dérisoires. Et, tout de même, méritants, dans ce combat avec soi-même pour exister comme chose réelle parmi les choses. Il y a une certaine ironie à plonger ainsi dans les jours perdus, quand un matin on s'éveille avec des objets pendus à ses bras, et jamais les gestes n'échappent-ils à ce gâchis, au déchoir de notre avancée dans le temps. Nous sommes des « machines à mourir » et la poète nous y conduit avec élégance.

empty