• Le livre qui répond aux questions des jardiniers

    Le potager est une source intarissable de questionnements. Chaque légume, herbe aromatique ou fleur comestible possède des caractéristiques qui lui sont propres et qu'il est important de connaître afin de cultiver des plants en santé et en abondance.

    Le jardin potager répond à plus de mille quatre cents questions susceptibles de germer dans l'esprit des jardiniers au gré des graines qu'ils sèment, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur, en pot ou en pleine terre. Ce guide pratique offre de précieux conseils sur toutes les étapes de jardinage, de la préparation du sol à la conservation, en passant par les semis, la plantation, l'entretien et la récolte.

    Comment aménager un jardin potager? Comment cultiver l'ail, les pak-choïs, les tomates, ou encore les fleurs comestibles? Pourquoi les carottes se fendent-elles? Quelles sont les plantes compagnes et les parasites du basilic, des épinards, des radis? Qu'est-ce que le repiquage? Pourquoi tailler les tiges de certains légumes? Quels apports d'engrais fournir ? Quand entamer les semis à l'extérieur ?

    Les réponses à ces questions, parfois générales, parfois très spécifiques, sauront ravir ceux qui s'initient au jardinage tout comme les jardiniers plus expérimentés.

  • Des arbres pour les jardins paysagers est un guide qui s'adresse aussi bien aux nouveaux propriétaires de résidences, qu'aux personnes concernées par l'agrile du frêne, qu'à tous ceux et celles qui s'intéressent aux arbres.
    Après une nouvelle construction, les arbres sont le meilleur moyen de créer de l'ombre afin de profiter en toute quiétude des belles journées d'été. En purifiant l'air, en apportant de l'humidité dans l'atmosphère et en procurant de l'ombre, les arbres participent à la qualité de vie d'un lieu.
    Depuis quelques années, les frênes de la forêt urbaine sont menacés par un petit insecte importé d'Asie : l'agrile du frêne. Même s'il existe un traitement, il faut, sans attendre, commencer à remplacer les arbres qui ne pourront être traités.
    Par des informations simples et précises, Des arbres pour les jardins paysagers éclaire les propriétaires de jardins dans la sélection, la planification, la plantation et l'entretien de leurs arbres.
    Ce guide incite à la redécouverte des bienfaits que les arbres procurent et qui sont si indispensables à notre bien-être.

  • Saviez-vous que les tomates étaient des lianes tropicales dont les fruits n'ont pas toujours été rouges?
    Que les choux poussaient en buisson?
    Que les haricots étaient jadis toxiques?

    Explorer l'histoire des plantes que nous mangeons révèle leurs étonnantes évolutions. Puisque leur environnement d'origine se situe en bonne partie sous les latitudes tropicales, on comprend que nos légumes et nos fines herbes ont énormément voyagé dans les bagages des explorateurs et des horticulteurs.
    On découvre ainsi, sous un jour différent, le parcours de plus d'une cinquantaine d'espèces végétales telles que la tomate, la pomme de terre, le maïs, la roquette et le basilic. Cette incursion inusitée dans le passé des plantes comestibles donne tout son sens à l'intérêt sans cesse grandissant pour les variétés patrimoniales.

    Il faut aussi saluer le travail des jardiniers d'antan, à qui nous devons la remarquable diversité des fines herbes et des légumes présents aujourd'hui dans nos assiettes.

  • Le livre idéal pour les balcons et les terrasses.

    Vivez le micro-jardinage! Planter, semer et faire pousser légumes, fines herbes ou fleurs comestibles dans des contenants n'a jamais été aussi facile et accessible. Vous pouvez en placer partout : sur votre balcon, sur votre terrasse ou sur votre toit!

    Le potager en pot vous fournit des informations pertinentes, inédites et très utiles sur le choix des végétaux, la plantation, l'entretien, la lutte aux parasites, la récolte ou la conservation. Pour chaque espèce de plantes comestibles que vous choisissez de jardiner, que ce soit de la roquette, du basilic ou des hémérocalles, le livre vous précise, par exemple, le diamètre et la profondeur minimale du pot à utiliser ainsi que le volume de terreau. Il propose une abondance de conseils qui vous aideront à réussir vos cultures et à profiter du goût inégalé d'aliments frais et sains.

    Ce guide pratique vous invite à laisser aller votre inspiration et votre créativité. Il vous promet de grands plaisirs horticoles et... gastronomiques.

  • Pas besoin d'être un expert pour apprécier ce livre. Bien au contraire. Les personnes qui souhaitent cultiver des plantes comestibles saines y trouveront des conseils simples et faciles à utiliser.

    Le potager urbain, facile et naturel aborde l'espace potager sous plusieurs formes : en contenant, à la verticale, en façade, pour les enfants, à l'intérieur, avec des graines germées, ou encore avec du matériel de récupération.

    Ce guide original, à la fois inspirant et pratique, brosse le tableau de légumes, fines herbes, petits fruits et fleurs comestibles incontournables. Pour sortir des sentiers battus, Bertrand Dumont propose aussi des plantes comestibles à découvrir. Les bienfaits de ces plantes, les clés du succès et les délices de la récolte y figurent. Dans la plupart des cas, une recette est proposée. L'auteur donne aussi de nombreux trucs pour simplifier l'entretien, pour contrôler les insectes ravageurs et les maladies de manière naturelle et efficace afin de rendre la culture facile et ainsi prolonger le plaisir de la récolte.

    Le potager urbain, facile et naturel sera une source d'inspiration et d'informations essentielles pour tous ceux qui veulent cultiver et mettre des aliments sains dans leurs assiettes.


  • Depuis le milieu des années 2000, l'élevage fait l'objet de vifs débats en raison de ses impacts sur le climat et l'environnement, accentués par la hausse de la consommation mondiale en viandes et produits laitiers. Les impacts et services issus des élevages sont ici étudiés à l'échelle de l'Europe, en examinant leurs effets sur les marchés, l'emploi et le travail, la consommation d'intrants, l'environnement et le climat, ainsi que les enjeux sociaux et culturels associés à l'élevage. Puis les interactions entre ces volets ou « bouquets de services » sont analysées simultanément. Ces bouquets sont déclinés dans une typologie et cartographiés selon six classes de territoires d'élevage européens à partir de deux critères : la densité en animaux et la part de prairies permanentes dans le paysage agricole.
    Cet ouvrage reprend les enseignements d'une expertise scientifique collective conduite par 26 experts de disciplines scientifiques complémentaires et coordonnée par l'Inra, réalisée à la demande conjointe des ministères en charge de l'Environnement et de l'Agriculture, et de l'Ademe.

  • Un mode d'emploi original, facile à utiliser qui s'inscrit parfaitement dans le grand courant mondial de l'agriculture urbaine !

    La culture en rotations et les associations sont les deux piliers d'un potager écologique. Généralement utilisés dans les grands jardins, ces principes permettent d'obtenir des récoltes de légumes plus sains et peuvent parfaitement s'appliquer aux tout petits espaces urbains.

    Potager productif : associez vos légumes facilement explique comment planifier et entretenir un petit jardin. Il nous indique pourquoi il est important de recourir aux fines herbes et aux fleurs, comestibles ou non, comme plantes associées tout en soulignant les bénéfices de cette pratique.

    Le rôle que chaque plante joue vis-à-vis de ses compagnes est décrit avec précision. L'auteur identifie aussi les insectes ravageurs qu'elle sait repousser et les insectes bénéfiques qu'elle peut attirer ! Ce guide présente également la marche à suivre afin de pratiquer des jumelages et des rotations pour les potagers en bac surélevé, à la verticale, en pleine terre ou en pot.

    De plus, l'auteur introduit un tout nouveau concept de potager qu'il suggère aux jardiniers urbains avant-gardistes.

  • Plusieurs espèces d'arbres et d'arbustes fruitiers peuvent parfaitement être cultivés en milieu urbain et trouver leur place dans le plus simple des aménagements paysagers. Une initiative qui en vaut la peine, puisque les fruits et petits fruits sont bourrés d'antioxydants, de vitamine C et d'oligoéléments.

    En créant votre propre jardin fruitier - petit ou grand - et grâce à de nouvelles approches horticoles, vous pouvez obtenir poires, pommes, fraises, cassis, framboises ou bleuets comme en cultivaient nos aïeuls. Le jardin fruitier, facile et naturel vous invite à renouer avec cet art potager en fournissant de précieux conseils :

    sélectionner les variétés les mieux adaptées à notre climat - dont certaines peuvent être patrimoniales ;
    planter, entretenir et tailler simplement les arbres et les arbustes fruitiers ;
    contrôler les parasites naturellement en évitant, dans la mesure du possible, l'usage de biopesticides ;
    récolter les fruits et cuisiner des recettes familiales.
    Fruits charnus, petits fruits, fruitiers grimpants, bonne récolte !

  • Dix ans après la publication du rapport de la FAO « Livestock’s long shadow », qui fait toujours référence dans les débats sur les impacts de l’élevage et la part des produits animaux dans notre alimentation, quels sont les nouveaux résultats de recherche qui affinent ce panorama mondial ?Pour répondre à cette question, les ministères français en charge de l’Environnement et de l’Agriculture ainsi que l’ADEME ont sollicité l’INRA pour synthétiser les connaissances scientifiques disponibles sur les rôles, impacts et services issus des élevages en Europe. L’exercice a pris la forme d’une Expertise scientifique collective, centrée sur les principaux animaux d’élevage « terrestres », bovins laitiers ou allaitants, petits ruminants, porcs et volailles, et leurs filières à l’échelle européenne.Ce numéro spécial, qui s’appuie principalement sur trois chapitres du rapport complet de l’expertise (http://institut.inra.fr/Missions/Eclairerles-decisions/Expertises/Toutes-les-actualites/Roles-impactset-services-issus-des-elevages-europeens), explore le rôle de l’élevage vis-à-vis de la production de denrées alimentaires, de l’emploi, des dynamiques territoriales et de la construction des paysages, mais aussi comment il peut mieux répondre aux attentes de nos concitoyens en matière de préservation de l’environnement, de bien-être animal et de traçabilité des circuits alimentaires.Pour cela, services et impacts de l’élevage ont été considérés conjointement en utilisant la notion de « bouquets de services » qui constitue aujourd’hui un front de science dynamique. L’analyse des bouquets de services doit aider à sortir d’un débat qui ne considère trop souvent qu’une partie des effets de l’élevage.Les articles de ce numéro mettent l’accent sur la diversité des territoires d’élevage en Europe, en s’appuyant sur une analyse de type socio-écologique et une cartographie qui distinguent les territoires à haute densité animale, les territoires d’élevage herbagers et les territoires de polyculture-élevage.Enfin, les auteurs analysent i) comment certaines filières s’adaptent à des attentes sociétales accrues en matière de qualité de l’alimentation et de bien-être animal, ii) comment l’élevage s’insère aujourd’hui dans les villes et les espaces périurbains, et iii) comment il pourrait mieux répondre aux enjeux du changement climatique et de la sécurité alimentaire mondiale, tout en limitant son empreinte environnementale.

  • Comme en fait foi la polémique qui entoura les Aventures de Télémaque au xviiie siècle, l'expression « poème en prose » apparaît assez tôt dans l'histoire littéraire française. D'abord confondue avec la notion de « prose poétique », l'appellation change de sens pour prendre son acception moderne avec Baudelaire, dont la lettre à Arsène Houssaye marque une date dans l'histoire de la poésie tout court. Le nom de « poème en prose », porteur d'une contradiction essentielle, signale bien sûr le procès du rapport entre le vers et la poésie, mais soulève aussi plus largement la question de l'hybridité. « Impuissance, monstre, bâtard, hybride : la carte d'identité du poème en prose se lit comme un catalogue de troubles de la génération », observe Barbara Johnson. La mémoire du genre se trouve d'ailleurs mise à l'épreuve par plusieurs écrivains : Baudelaire prend ses distances face à son prédécesseur immédiat Aloysius Bertrand, Max Jacob rejette le modèle rimbaldien, Ponge refuse le statut de poète en prose. De façon paradoxale, le genre acquiert ainsi ses lettres de noblesse à travers les ruptures qui jalonnent son histoire. On ne s'étonne pas, dès lors, que le poème en prose continue de résister aux définitions strictes. Dans sa monumentale étude de 1959 qui constitue le premier bilan approfondi sur la question, Suzanne Bernard écrit : « On ne peut évidemment définir le poème en prose de l'extérieur et d'une manière formelle, pas plus d'ailleurs que le roman : il n'obéit pas à des règles a priori comme les genres fixes de la ballade ou du sonnet par exemple, mais à certaines lois qui se sont peu à peu dégagées de nombreuses tentatives ». Les « lois » - par exemple, selon Bernard, la densité et la volonté d'organisation - découlant des tentatives, le genre est voué à une perpétuelle redéfinition, à la lumière de l'histoire.

empty