• Qu'est-ce que l'inceste ? Pourquoi toutes les sociétés humaines l'interdisent-elles, alors que, paradoxalement, ce que l'une définit comme incestueux ne l'est pas forcément chez d'autre ? Que vise donc la prohibition de l'inceste: interdire la relation sexuelle ou le mariage avec un proche, ou bien favoriser un besoin vital aux groupes humains et, en particulier, aux familles - celui de se relier, pour survivre, à d'autres groupes ? Publié en 1897, seize ans avant le Totem et Tabou de Freud, La Prohibition de l'inceste et ses origines est un texte profondément novateur qui met à mal les explications communes de l'interdit de l'inceste. Emile Durkheim (1858 - 1917) est le père de la sociologie française. Parmi ses ouvrages les plus célébres, figurent Les Règles de la méthode sociologique (1894) et Le Suicide (1897).

  • L'ouvrage constitue une anthologie commentée de textes d'Émile Durkheim. Il vise à faire mieux connaître la portée politique de sa sociologie, souvent occultée derrière son ambition scientifique. Le fondateur de la sociologie française a beaucoup travaillé à la reconnaissance de la dimension politique des faits sociaux. Les principaux textes publiés ici sont des extraits de manuscrits de cours consacrés à l'État, à Rousseau ou au socialisme. S'y ajoutent des articles indépendants (« L'individualisme et les intellectuels » ou « L'élite intellectuelle et la démocratie ») ; des comptes rendus d'ouvrages ou la restitution de débats, et des extraits de ses deux thèses (sur la division du travail et sur Montesquieu). Chaque extrait est accompagné de notes et d'une courte présentation visant à le resituer dans l'oeuvre du sociologue et à en éclairer la spécificité. L'ensemble est précédé d'une introduction de Florence Hulak et suivi d'une postface d'Yves Sintomer.

  • « Une religion est un système de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, croyances et pratiques qui unissent en une même communauté morale, appelée Église, tous ceux qui y adhèrent. Le second élément qui prend ainsi place dans notre définition n´est pas moins essentiel que le premier ; car en montrant que l´idée de religion est inséparable de l´idée d´Église, il fait pressentir que la religion doit être une chose éminemment collective. » À partir d´une analyse du totémisme australien défini comme forme élémentaire de la vie religieuse, Durkheim entreprend une étude originale de la religion et met à jour les aspects symboliques de l´intégration sociale par la religion.

  • Pourquoi les femmes se suicident-elles moins que les hommes ? Les célibataires, plus que les gens mariés ? Les personnes âgées, plus que les jeunes ? Pourquoi, contrairement à une idée reçue, choisit-on de mourir à la belle saison plutôt qu'en hiver ? C'est à ces questions et à quelques autres que tente de répondre Le Suicide (1897), monument de la littérature sociologique, et plus particulièrement le livre II, au cours duquel Durkheim établit une typologie restée célèbre, distinguant les formes de suicides : égoïste, altruiste, anomique ou fataliste.
    Plus encore que l'étude d'un phénomène social, Le Suicide est avant tout la mise en application de principes essentiels tirés de la méthode expérimentale. Utilisant de façon exemplaire l'outil statistique, Durkheim y jette les bases de la science du social.

  • « Traiter les faits sociaux comme des choses » et poser les fondements d'une nouvelle science de la société qui, sur le modèle des sciences expérimentales, permette de mieux la décrire et l'expliquer : tel est le projet d'Émile Durkheim lorsqu'il publie Les Règles de la méthode sociologique, en 1895. Refusant l'explication du fait social par le biologique, la confusion de la sociologie avec la psychologie, théorisant l'influence du milieu social sur les individus, posant une série de règles méthodologiques, ce texte est un véritable défi lancé par Durkheim à ses contemporains.
    Pourquoi et comment lire encore ce grand classique aujourd'hui ? C'est la question à laquelle répond Laurent Mucchielli dans cette édition. Articulant de façon inédite les approches historique et sociologique, celle-ci s'adresse aussi bien aux historiens des sciences et des idées qu'aux enseignants et aux étudiants en sociologie.
    Cet ouvrage s'accompagne également d'un article de Durkheim contemporain des Règles (« L'état actuel des études sociologiques en France »), qui éclaire le contexte polémique dans lequel l'ouvrage fut écrit.


  • «

    Si j'ai pris pour sujet de cours le problème de l'éducation morale, ce n'est pas seulement en raison de l'importance primaire que lui ont toujours reconnue les pédagogues, mais c'est qu'il se pose aujourd'hui dans des conditions de particulière urgence. En effet, c'est dans cette partie de notre système pédagogique traditionnel [...] que l'ébranlement est peut-être le plus profond, en même temps qu'il est le plus grave

    ; car tout ce qui peut avoir pour effet de diminuer l'efficacité de l'éducation morale, tout ce qui risque d'en rendre l'action plus incertaine, menace la moralité publique à sa source même. Il n'est donc pas de question qui s'impose d'une manière plus pressante à l'attention du pédagogue.

    »
    L'éducation morale est le premier cours de Durkheim donné à la Sorbonne sur la science de l'éducation en 1902-1903. Il illustre l'affirmation d'Halbwachs pour qui « la sociologie n'a pas été admise d'emblée à la Sorbonne, mais elle s'y est introduite par la porte étroite de la pédagogie. » Posant que tout fait moral est d'abord un fait social, Durkheim fait de l'éducation le principal vecteur d'une morale envisagée comme une tradition à transmettre, à s'accaparer et à renouveler ; et l'éducateur est son instrument.

  • Le problème fondamental du Contrat Social peut s'énoncer ainsi : trouver une forme d'association, ou comme dit aussi Rousseau, d'état civil, dont les lois se superposent, sans les violer, aux lois fondamentales de l'état de nature. Par conséquent, pour comprendre la doctrine de Rousseau, il nous faut : déterminer en quoi consiste cet état de nature qui est comme la pierre de touche d'après laquelle doit se mesurer le degré de perfection de l'état civil ; chercher comment les hommes, en fondant les sociétés, ont été amenés à sortir de cette condition première ; car, si la forme parfaite d'association est à découvrir, c'est que la réalité n'en offre pas le modèle ; alors seulement nous serons en mesure d'examiner les raisons pour lesquelles, suivant Rousseau, cette déviation n'était pas nécessaire et comment est possible la conciliation de ces deux états, à certains égards contradictoires.

  • Textes

    Emile Durkheim

    • Minuit
    • 18 Novembre 2020

    Ce premier volume de Textes constitue par lui-même une introduction générale à la théorie durkheimienne. Réunis en trois chapitres, ces écrits - dont plusieurs paraissent pour la première fois en langue française - font le point, d'abord, sur la définition objectiviste du règne social et de ses domaines, ce qui, en son temps, heurta violemment les écoles de pensée établies. Le premier chapitre comprend donc les actes des débats avec Tarde, Simmel, les bergsoniens ainsi que les principaux travaux sur l'état contemporain et l'évolution historique des sciences sociales. Le second s'organise autour de la conception durkheimienne de la sociologie comme discipline de synthèse : la confrontation avec les tenants de l'histoire événementielle ou les économistes classiques démontre l'ampleur de la révolution intellectuelle que représente, face aux disciplines traditionnelles, la mise en oeuvre du point de vue sociologique. Enfin, le troisième chapitre rassemble des documents, d'une importance capitale pour la compréhension de l'oeuvre durkheimienne, attestant l'influence que les « socialistes de la chaire », moralistes, économistes, juristes et historiens allemands ont exercée sur l'École française de sociologie.

  • On a souvent agité la question de savoir si la philosophie était une science, dans quelle mesure elle en était une, et quels étaient ses rapports avec les autres sciences.
    Ce livre permet de répondre à différentes questions sur la philosophie : comment définir de façon complète la philosophie ? Quels sont ses méthodes et principes ? Quelles sont les divisions de la philosophie ?...

  • Qu'est-ce que l'inceste ? pourquoi toutes les sociétés humaines l'interdisent-elles, alors que, paradoxalement, ce que l'une définit comme incestueux ne l'est pas forcément chez l'autre ? que vise donc la prohibition de l'inceste : interdire la relation sexuelle ou le mariage avec un proche, ou bien favoriser un besoin vital aux groupes humains et, en particulier, aux familles - celui de se relier, pour survivre, à d'autres groupes ? publié en 1897, seize ans avant le totem et tabou de freud, la prohibition de l'inceste et ses origines est un texte profondément novateur qui met à mal les explications communes de l'interdit de l'inceste.

  • En 1912, Émile Durkheim publie Les formes élémentaires de la vie religieuse.
    Se fondant sur des études menées au sein des communautés aborigènes australiennes, Durkheim y analyse la dimension structurante du religieux, au travers notamment de l'élaboration des rites.
    Un grand classique que la montée du fait religieux place au coeur des débats les plus contemporains.

  • Les Règles de la méthode sociologique est le texte le plus célèbre de Durkheim, le plus cité, le plus étudié aussi. Il date de 1894, année où Durkheim le publie dans la Revue philosophique, et c'est lui qui jette les bases de la sociologie en tant que science. Il forme un diptyque avec Le Suicide, ce dernier livre se voulant une application des Règles. Dans une préface inédite, Philippe Vienne éclaire non seulement les enjeux de ce texte fondateur, mais aussi la controverse et les fortes résistances qu'il suscita en France comme aux Etats-Unis.

  • On se suicide généralement parce que les liens d'appartenance à un couple, une famille, une profession, une religion, une société, se sont défaits. Le suicide dépend moins des facteurs individuels que des facteurs sociaux. Telle est la thèse de cet ouvrage paru en 1897 et qui est probablement le plus connu d'Emile Durkheim. Sur cette base, l'auteur des Règles de la méthode sociologique élabore une typologie du suicide et indique une voie thérapeutique qui consiste à proposer des groupes d'appartenance substitutifs. Comme le montre Robert Neuburger dans sa préface, outre qu'elle peut, dans certains cas, s'avérer plus efficace qu'une thérapie individuelle, cette thérapie sociale offre aujourd'hui une alternative stimulante à l'explication du suicide par la dépression.

  • On a souvent agité la question de savoir si la philosophie était une science, dans quelle mesure elle en était une, et quels étaient ses rapports avec les autres sciences. Quatre sciences sont donc à distinguer dans la philosophie: la psychologie, la logique, la morale, la métaphysique. En ce qui concerne la Psychologie, son objet, on le rappelle, est de décrire les états de conscience et les réduire à un certain nombre de types généraux. Mais les phénomènes qu'étudie la psychologie ont de fréquentes relations avec d'autres phénomènes dont il faut les distinguer. Sans se demander si le principe intellectuel est matériel ou non, on constate que le corps a d'étroits rapports avec l'âme. On peut presque dire que rien ne s'y passe qui n'ait son écho dans l'âme. Le fait d'ailleurs est réciproque... Emile Durkheim, l'un des pères fondateurs de la sociologie française moderne, a d'abord enseigné la philosophie avant d'entreprendre la rédaction d'ouvrages de sociologie.

empty