• Le secret du bonheur ? C'est ce que promet Épicure dans la Lettre à Ménécée. N'ayons peur ni des dieux, ni de la mort, ni de la douleur ou de la mauvaise fortune. Recherchons le plaisir, parce qu'il est conforme à la nature. Mais pour ce faire, nous devons nous libérer des idées fausses que produisent en nous les préjugés, les opinions courantes ou les croyances superstitieuses. Il faut donc recourir à la raison et à l'exercice pour suivre la nature. Telle est précisément la tâche de la philosophie : elle définit la discipline rationnelle nécessaire au bonheur. La Lettre à Ménécée, texte fondateur de l'épicurisme, exercera une influence décisive dans l'Antiquité comme dans la pensée moderne et contemporaine : sur le poète romain Lucrèce - qui fait l'objet de notre dossier -, mais aussi sur tous ceux qui revendiquent une éthique réconciliant le plaisir et la raison.

  • Lettres à Ménécée

    Epicure

    • Hatier
    • 15 Avril 2015

    Le célèbre texte d´Épicure, suivi de son analyse critique et d´un dossier sur la notion de bonheur. Dans une édition spécialement conçue pour les élèves de Tle.
    Le texte Le bonheur est la fin de l´existence humaine. Qui le niera ? Mais il est plus difficile de tirer au clair les moyens d´y parvenir. Il faut lire ce texte inoubliable pour découvrir que la pensée et l´amitié sont les seuls vrais havres du sage. Pour être heureux, renouons avec Épicure.
    L´analyse critique Structurée sous forme de fiches, l´analyse qui suit permet de situer le texte et d´en percevoir tous les enjeux philosophiques.
    Le dossier sur la notion de bonheur En lien avec le texte d´Épicure, il permet d interroger une des notions clés du programme, Il comprend à la fois :
    O des textes échos de Diogène Laërce, Lucrèce, André Comte-Sponville, Jean Salem o des sujets problématisés - Peut-on se donner comme règle morale de suivre la nature ?
    - Une vie heureuse n´est-elle qu´une vie de plaisirs ?
    - Craindre la mort, est-ce souffrir pour rien ?

  • Épicure est le philosophe du plaisir : il proclame, contre les parangons de vertu, que le plaisir est à la fois le but de toutes nos activités et le critère auquel nous reconnaissons qu'elles sont bonnes. Pour nous en convaincre, il fallait qu'il soit un théoricien du juste calcul des plaisirs et des peines, et un penseur de l'amitié, condition de la félicité. Mais aussi un philosophe de la nature - parce qu'il n'y a pas de sérénité possible pour qui vit dans l'ignorance des causes, dans l'angoisse de la mort et dans la crainte superstitieuse des châtiments divins. Il nous enseigne ainsi que la philosophie est un tout, que l'éthique se fonde sur une véritable science du bonheur, et que le savoir lui-même, s'il ne nous rendait pas plus heureux, ne servirait à rien...

  • Avant de condamner les principes du plaisir, qui gouvernerait le monde, il faut lire Epicure (341-270 avant Jésus-Christ), en particulier son éloge du bonheur. Un texte fondamental d'une grande modernité, écrit par un vieux sage.

  • Lettre à Ménécée et autres textes Nouv.

    "Qu'on ne remette pas à plus tard, parce qu'on est jeune, la pratique de la philosophie et qu'on ne se lasse pas de philosopher, quand on est vieux. En effet, il n'est, pour personne, ni trop tôt ni trop tard, lorsqu'il s'agit de veiller à la santé de son âme. D'ailleurs, celui qui dit que le moment de philosopher n'est pas encore venu, ou que ce moment est passé, ressemble à celui qui dit, s'agissant du bonheur, que son moment n'est pas encore venu ou qu'il n'est plus. Aussi le jeune homme doit-il, comme le vieillard, philosopher..." (Incipit de la lettre à Ménécée). Le présent volume réunit les grands textes du fondateur de l'école du Jardin (341-270 avant J.-C.) : "Lettre à Ménécée", "Lettre à Hérodote"; "Lettre à Pythoclès" ainsi que ses "Maximes capitales" (quarante maximes).

  • Nouvelle édition Arvensa des oeuvres d'Epicure, contenant ses lettres, les maximes capitales et son testament, traduites par Octave Hamelin et Charles Zevort, et rapportées par Diogène Laërce. L'édition est enrichie de notes explicatives, d'introductions et d'annexes biographiques et critiques.
    CONTENU DÉTAILLÉ:

    LETTRE À PYTHOCLÈS
    LETTRE À MÉNÉCÉE
    LETTRE À HÉRODOTE
    LETTRE À IDOMÉNÉE
    MAXIMES CAPITALES
    TESTAMENT
    ÉPICURE par Diogène Laërce
    ÉPICURE, SON ÉPOQUE, SA RELIGION, D'APRÈS DE RÉCENTS TRAVAUX par Ludovic Carrau


    ERGONOMIE AMÉLIORÉE:
    L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
    - Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
    - Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
    - Une table des matières est placée également au début de chaque titre.
    A PROPOS DE L'ÉDITEUR:
    Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s'engage à vous répondre dans les 48h.

  • Venez découvrir la Lettre à Ménécée, l'ouvrage de Épicure, grâce à une analyse philosophique de référence.

    Écrite par un spécialiste universitaire, cette fiche de lecture est recommandée par de nombreux enseignants.

    Cet ouvrage contient plusieurs parties : la biographie du philosophe, le résumé détaillé, le courant philosophique, le contexte de publication de l'ouvrage et l'analyse complète.

    Retrouvez tous nos titres sur : www.fichedelecture.fr.

  • Venez découvrir notre analyse de la pensée d'Épicure grâce à une étude de référence.

    Écrite par un spécialiste universitaire, cet ouvrage est recommandé par de nombreux enseignants de philosophie.

    Cet ouvrage contient plusieurs parties : la biographie du philosophe, le résumé détaillé de sa pensée, une bibliographie pour aller plus loin.

    Retrouvez tous nos titres sur : www.fichedelecture.fr.

  • Doctrines et maximes

    Epicure

    • Hermann
    • 1 Janvier 1965

    Traduction, notes et préface de Maurice Solovine Introduction de Jean-Pierre Faye Illustrations d'Ubac. « Rien ne suffit à qui considère comme peu ce qui est suffisant. » Le nom d'Épicure reste attaché à une doctrine de la jouissance de la vie qui n'a rien à voir avec le grand moraliste, maître de Montaigne, ni avec l'auteur de cette cosmogonie prémonitoire dont la clé était le mouvement des atomes. Aussi était-il normal que ce fut le traducteur d'Einstein, M. Solovine, qui en donnât la transcription française annotée. Cette nouvelle édition, présentée par le philosophe et romancier Jean Pierre Faye, replace Épicure dans les courants philosophiques et scientifiques ou linguistiques qui, de Charles Sorel, contemporain de Descartes, à Niels Bohr et de Lucrèce à Heidegger, doivent peut-être quelque chose au penseur que Karl Marx avait pris comme sujet de sa thèse de doctorat. L'ouvrage est illustré de quarante-cinq compositions spécialement exécutées par le sculpteur Ubac, dont l'oeuvre, après sa mort prématurée, ne cesse de s'affirmer comme l'une des plus originales et des plus authentiques de notre temps.

empty