• Stéphanie Saint-Clair a 26 ans lorsqu'elle débarque à New York et s'installe dans le quartier le plus misérable de la ville : Harlem. Quelques années plus tard, elle devient « la princesse », « la big boss » des loteries clandestines et fait fortune dans le crime. A travers les aventures de son héroïne, Éric Yung nous entraine dans les bas-fonds de New-York à une époque où, à peine sortie de la prohibition, les familles italiennes, après avoir détrôné les clans et les gangs Irlandais, juifs et Hollandais, ont érigé le pouvoir mafieux, à travers le syndicat du crime, en une authentique institution, organisation violente et implacable régissant les règles et lois du « milieu ».
    C'est dans cette société que « La princesse », détentrice d'un secret personnel qui nourrit tout le roman, deviendra la première dame d'un quartier à la fois embrasé par les émeutes et régénéré par un formidable mouvement d'artistes et d'intellectuels qui contribuera à ce qui a été appelé «Harlem Renaissance».

  • Le 9 août 1969, Charles Manson assassinait l'actrice, et épouse de Roman Polanski, Sharon Tate. Éric Yung décrypte ce crime satanique, qui cinquante ans plus tard marque encore les esprits.
    Un crime barbare devenu mythique Le 9 août 1969, Sharon Tate, l'épouse du cinéaste Roman Polanski enceinte de huit mois, et plusieurs de ses amis sont assassinés dans une villa hollywoodienne située au 10050 Cielo Drive, sur les hauteurs de Los Angeles. Fondé sur des témoignages et archives d'é poque, le ré cit d'E ric Yung nous conduit jusqu'à l'é picentre de cette nuit meurtriè re, avant de retracer pas à pas l'enquê te policiè re chaotique et le procè s retentissant qui s'ensuivirent. La barbarie de ces meurtres marque de maniè re brutale la fin des sixties. Alors que le mouvement hippie est à son apogé e, les adeptes du fameux Peace and Love vont biento t apparai tre aux yeux du grand public comme des suppôts de Satan. Le diable a un nom : Charles Manson. L'emprise qu'il a sur les adeptes de La Famille, la secte dont il est le gourou, est telle qu'ils lui ont aveugle ment obé i quand il les a envoyés exécuter ces innocents. Une histoire vraie qui se lit comme un roman.Un roman glaçant tant Charles Manson fascine aujourd'hui encore.

  • En décembre 1946, l'inquiétant et sulfureux marquis de Bernady de Sigoyer, l'un des hommes les plus riches de Paris - tantôt collaborateur, tantôt résistant - , est accusé d'assassinat et jugé en Cour d'Assises. Il aurait, avec la complicité de sa maîtresse, étranglé son épouse. Le Bourreau de Paris, Henri Desfourneaux, suit cette affaire de très près.

  • Chaque jour, les journaux regorgent d'histoires concernant les êtres que nous sommes. Elles sont, a priori, anodines mais elles recèlent, en elles-mêmes, les aléas de nos propres existences. Elles paraissent ordinaires et pourtant, par on ne sait quelle volonté d'un mystérieux et puissant maître du destin, elles basculent souvent dans l'extraordinaire. Ces faits divers, puisqu'il s'agit de cela, expriment, selon le poète Charles Baudelaire, « l'absurde qui s'installe dans l'intelligence pour la gouverner avec une épouvantable logique ». Et puis, il y a la réalité : ils relatent tous la magie des exceptions de la vie ! Dramatiques, tragiques, burlesques, étonnantes, magnifiques et poétiques, ces contingences offrent à celui et à celle qui sait s'émerveiller des choses de la vie l'occasion de méditer sur la fragile condition humaine. Dans son étude sur le fait divers (Essais critiques) le philosophe et sémiologue Roland Barthes démontre que celui-ci, « en dépit de son aspect futile et souvent extravagant, porte sur des problèmes fondamentaux, permanents et universels : la vie, la mort, l'amour, la haine (...) la destinée. » C'est dire si ce genre d'information que Barthes qualifie « d'immanente » s'apparente, à la nouvelle et au conte. Ainsi, dans ces Archives de l'insolite, Éric Yung a puisé l'inspiration dans des centaines d'articles de la presse nationale et régionale et, par la force du récit, les présente sous forme de chroniques dont les sujets dépassent l'entendement. Certaines d'entre-elles paraissent même incroyables. Pourtant, toutes ces histoires sont vraies.


  • Enquête sur un monstre.

    Georges, le narrateur, se trouve confronté à un cas de conscience. L'un de ses amis d'enfance, qu'il n'a pas vu depuis trente ans, l'appelle à son chevet. Accusé d'un double parricide commis dans des conditions épouvantables, Matthias a été reconnu " non coupable de ses actes " par une cour d'assises. Il agonise dans la chambre d'un hôpital psychiatrique. Georges, après avoir hésité, accepte la rencontre.
    Juste avant de mourir, Matthias lui remet son journal intime, rédigé depuis trente-trois ans. Alors que Georges croyait bien connaître son ami d'enfance, la lecture du journal révèle le destin étrange et exceptionnel de Matthias. En effet, depuis sa venue au monde, il semble avoir été l'acteur muet d'un drame permanent.
    Sa prime jeunesse, son adolescence et ses premiers pas d'adulte ont été les étapes d'une machination voulue par on ne sait quel créateur en quête d'un chef-d'oeuvre diabolique. Par ailleurs, il a toujours accepté, sans mot dire, l'humiliation des siens et des autres. Pourquoi et pour qui ? Et que s'est-il réellement passé ?
    Georges, avec l'aide des informations contenues dans le journal intime, se lance dès lors dans une véritable enquête. Il apprendra, au fur et à mesure et à la suite de rebondissements inattendus, que le silence de Matthias cachait de lourds et pénibles secrets.
    L'histoire conduit le narrateur jusqu'à l'épicentre noir de l'âme humaine pour, in fine, faire exploser une vérité inavouable. Une terrible et étonnante réalité construite au fil du temps par des circonstances inattendues et le martyre de Matthias.
    Un roman fait de suspense et de rebondissements qui surprend le lecteur jusqu'à la dernière page.

  • Les Nobels de l'escroquerie1918. Le très officiel " escroc légendaire " des États-Unis, Romulus Brinkley, se vante d'avoir mis au point la greffe de testicules de bouc pour les Américains en mal de virilité et, a-t-on dit, pour le bonheur des dames. Ainsi, durant seize ans, ce faux docteur, assisté de vrais chirurgiens, a effectué plus de 5 000 greffes. Une imposture qui a rapporté tellement d'argent qu'elle a fait de lui l'un des hommes les plus riches d'Amérique. Mais ce genre d'arnaque est légion. Ainsi, en 1925, Victor Lustig, un Austro-Hongrois, monnaye à un ferrailleur de la région parisienne la tour Eiffel en pièces détachées. Cette escroquerie peu banale traverse l'Atlantique pour arriver aux oreilles du parrain de la mafia de l'époque, le célèbre Al Capone, qui, du coup, fera de Victor Lustig... son conseiller financier ! De son côté, Léonarda Da Silva, une voyante très connue au Brésil, réussit à vendre à des acheteurs de rêve des appartements... au paradis.
    La liste est longue et ce livre recèle tout un florilège d'astuces frauduleuses qui ont, en leur temps, défrayé la chronique publique et judiciaire. Éric Yung en a sélectionné parmi les plus insolites et les plus drôles. Savoureux !

  • Le fait divers est, par essence, un révélateur des mentalités d'une société dans un temps donné. Eric Yung, ancien inspecteur de la Brigade antigang, et aujourd'hui journaliste, a entrepris - depuis septembre 1983 - sur France-Inter, une série d'émissions "Dossiers X... en cavale" que nous reprenons ici en volume.

empty