• C''est un obscur fonctionnaire de Montignac, en Dordogne - Eugène Le Roy -, qui réalisera, vingt ans après la mort de Michelet, le voeu célèbre de l'historien d'écrire un livre populaire : un livre qui s'adresse au peuple, lui raconte son histoire, exprime sa révolte à l'égard des puissants qui l'oppriment et son inquiétude face à la disparition du monde rural et des modes de vie traditionnels. Dans une oeuvre à la fois naïve et colorée, sombre et cruelle, Le Roy met la fiction au service de la mémoire collective. Il offre, en même temps qu'un document sur la vie rurale - symbole de toutes les souffrances paysannes dans le bas Périgord au début du XIXe siècle -, un roman d'aventures militant, dans lequel le discours sur la France de cette époque double en permanence le récit d'une révolte paysanne sous la Restauration; un conte auquel ne manquent ni les loups ni les sorcières, mais un conte politique, animé par la revendication de justice sociale et traversé par le souffle immense de l'épopée révolutionnaire.

    2 Autres éditions :

  • Hélie Nogaret, dont le père s'était fixé à Périgueux, quitte la ville à 20 ans, juste après la mort de sa mère, pour aller vivre chez son oncle Sicaire, meunier. Le jeune homme envisage de succéder au meunier. Ce roman est une peinture, étonnante de vérité et de couleur, de la vie campagnarde périgourdine. On y trouve toutes les manifestations d'autrefois : le baptême, le mariage, les noces, les funérailles, les fêtes, les veillées, les foires, les cultures, les métiers campagnards, les jalousies entre goujats de village, les batteries, les danses, les instruments de musique, la gastronomie locale, les superstitions... Le Moulin du Frau est de ces livres à la saveur intime et simple que l'on relit avec plus de plaisir que la fois précédente.

  • Jacquou le croquant

    Eugène le Roy

    1815 dans le Périgord, le comte de Nansac, seigneur du Château de l'Herm, opprime les paysans. Par sa faute, Jacquou devient orphelin. Miséreux, il doit sa survie à ses larcins jusqu'à ce qu'un curé le recueille. Réfugié dans la forêt de la Barade, son désir de vengeance va se changer en lutte contre les injustices. Le roman s'inspire de lieux réels et des jacqueries (révoltes paysannes) du XVIIe siècle.

  • Extrait :
    "Le plus loin dont il me souvienne, c'est 1815, l'année que les étrangers vinrent à Paris, et où Napoléon, appelé par les messieurs du château de l'Herm « l'ogre de Corse », fut envoyé à Sainte-Hélène, par delà les mers."

  • BnF collection ebooks - "De la terre échauffée par les rayons du soleil vainqueur de l'hiver, montent des senteurs champêtres. Au bord des prés, le long des chemins, fleurissent les peupliers, les frênes, les ormes, et les érables, que nous appelons « azeraüs ». Sous les futaies, au bas des talus rocheux, les pervenches tapissent le sol et, le long des haies - des « randals » - les prunelliers développent leurs fleurs blanches."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Extrait : "De la terre échauffée par les rayons du soleil vainqueur de l'hiver, montent des senteurs champêtres. Au bord des prés, le long des chemins, fleurissent les peupliers, les frênes, les ormes, et les érables, que nous appelons « azeraüs ». Sous les futaies, au bas des talus rocheux, les pervenches tapissent le sol et, le long des haies - des « randals » - les prunelliers développent leurs fleurs blanches." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : o Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. o Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

  • Jacquou le Croquant est un roman social français écrit par Eugène Le Roy. L'oeuvre est éditée en 1900.
    Présentation
    | L'histoire commence en 1815 (Napoléon 1er est alors exilé à Sainte-Hélène) à Combenègre, pauvre métairie dépendant du château de l'Herm où les Ferral sont métayers du comte de Nansac. À la suite du meurtre de Laborie, régisseur du château, Martissou, le père de Jacquou, est condamné aux galères où il meurt peu après.
    Françou, sa mère, obligée de quitter Combenègre, se réfugie dans une masure à Bars où, minée par les trajets et le peu de travail trouvé, elle meurt à son tour. Jacquou est orphelin , il a neuf ans. Désormais seul au monde, il s'en va par les chemins glaner un peu de travail çà ou là. Affamé le plus souvent, dormant dans les fossés, il échoue à Fanlac et s'endort au pied du vieux puits sur la place, épuisé...|
    |Wikipédia|

  • Le plus loin dont il me souvienne, c'est 1815, l'année que les étrangers vinrent à Paris, et où Napoléon, appelé par les messieurs du château de l'Herm « l'ogre de Corse », fut envoyé à Sainte-Hélène, par delà les mers. En ce temps-là, les miens étaient métayers à Combenègre, mauvais domaine du marquis de Nansac, sur la lisière de la Forêt Barade, dans le haut Périgord. C'était le soir de Noël ; assis sur un petit banc dans le coin de l'âtre, j'attendais l'heure de partir pour aller à la messe de minuit dans la chapelle du château, et il me tardait fort qu'il fût temps.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Jacquou le Croquant
    Eugène Le Roy
    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    L'histoire commence en 1815 à Combenègre, pauvre métairie dépendant du château de l'Herm, où les Ferral sont métayers du comte de Nansac. Suite au meurtre de Laborie, régisseur du château, Martissou, son père, est condamné aux galères où il meurt peu après.
    Marie, obligée de quitter Combenègre se réfugie dans une masure à Bars, où minée par les trajets et le peu de travail trouvé, meurt à son tour. Jacquou est seul au monde, orphelin; il a neuf ans. Désormais seul au monde, il s'en va par les chemins glaner un peu de travail çà ou là ; affamé le plus souvent, dormant dans les fossés, il échoue à Fanlac et s'endort au pied du vieux puits sur la place, épuisé. Le curé du village, Bonal, le recueille et entreprend son éducation ; peu à peu, Jacquou se remet mais il n'oubliera jamais l'injustice qui ont fait mourir ses parents. Source Wikipédia.
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • BnF collection ebooks - "Le plus loin dont il me souvienne, c'est 1815, l'année que les étrangers vinrent à Paris, et où Napoléon, appelé par les messieurs du château de l'Herm « l'ogre de Corse », fut envoyé à Sainte-Hélène, par delà les mers."
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « Il y avait une chose qui étonnait fort la petite demoiselle Valérie. Elle avait ouï dire à la cuisinièreque Damase n´avait ni père ni mère : cela, elle ne le comprenait pas(...) - Alors, tu n´as ni père ni mère ?
    - Hé ! non, notre demoiselle. (...) - Alors, n´ayant pas de parents, tu n´aimes personne, Damase ?
    - Pardonnez-moi, demoiselle, j´aime ceux qui me font du bien.
    - Et qui ça, la Mariette ? la Fillette ?
    - Oui, j´aime tous ceux de Guersac.
    - Tu aimes papa aussi, alors ?
    - Oui, je l´aime parce qu´il est bon et qu´il m´a retiré de la charité.
    - Et moi, tu m´aimes aussi, Damase ?
    - Oui, notre demoiselle, je vous aime plus que tous les autres ensemble !
    - Et pourquoi ça ?
    - Je ne peux vous en rien dire, ne le sachant point ; seulement, je me ferais couper en morceaux pour vous ! »

empty