• Les technologies de l´information et de la communication jouent un rôle de plus en plus essentiel dans la structuration et les transformations de l´ordre social. Ce livre propose une approche critique de cette importance et de la manière dont il est fait

  • Au sein des sociétés capitalistes avancées, la question de l´appropriation des technologies numériques d´information et de communication (TNIC) s´impose comme une problématique centrale. Si le facteur technique n´est pas une préoccupation majeure de la raison sociologique contemporaine, les sciences sociales peuvent néanmoins se prévaloir d´un nombre très important de travaux conduits ces trente dernières années sur les usages de l´informatique connectée, tant dans la sphère domestique que dans les espaces professionnels. Réunissant les contributions de dix chercheurs réputés, cet ouvrage n´a pas pour objectif de proposer une dissertation théorique mais, dans une démarche résolument polyphonique, d´offrir un ensemble de travaux pertinents et originaux.

  • L'expression société de l'information est devenue, ces dernières années, un des labels les plus courants pour désigner l'avènement d'une nouvelle société fondée sur les potentialités des technologies de l'information et de la communication (TIC), ainsi que sur la libre circulation des informations, des idées et des connaissances. Les différents chapitres de cet ouvrage s'interrogent sur ce que le mythe de la société de l'information dit des conflits et des antagonismes qui sont au fondement même de nos sociétés.

  • En réaction à la concentration de la production d'information entre les mains de puissants conglomérats de presse, un « médiactivisme » s'est développé tout au long du XXe siècle jusqu'à nos jours.Dès l'origine, il a pris deux voies parallèles : celle d'un combat contre l'hégémonie culturelle des médias traditionnels, et celle de la production d'un autre type d'information, sur des bases militantes, locales ou communautaires. Alternatif ou militant, ce médiactivisme n'a cessé de s'adapter aux mutations de l'espace journalistique et du répertoire de l'action collective.Cette histoire des médias alternatifs depuis les années 1960 met en lumière la grande diversité des expériences, qu'il s'agisse de la création de journaux révolutionnaires, de médias communautaires, de radios libres, d'agences de presse dans les pays du Sud, ou, plus récemment, d'un activisme qui s'exprime sur internet.

  • Les conflits sociaux s'appuient sur des « armes matérielles » et notamment sur les technologies de communication qui, dès leur genèse, y ont joué un rôle central. Les politiques du conflit reposent ainsi sur une variété de médias qui, aujourd'hui, relèvent assez largement de l'informatique connectée, de plus en plus portable et mobile. De la Révolution bolchévique aux Indignados, de la lutte de libération algérienne aux Révolutions arabes, en passant par les groupes Medvedkine ou Radio Alice, cet ouvrage rend compte de la rencontre entre technologies médiatiques et luttes sociales. Il s'agit, d'une part, de relativiser le caractère supposé inédit de l'usage des technologies de communication par les mouvements sociaux contemporains et, d'autre part, d'entrer dans le détail de ce que ceux-ci font des outils numériques les plus récents qui supportent leurs activités essentielles tout en déplaçant, parfois, certaines de leurs « manières de faire ».

empty