• Fernandel

    Fernandel

    Fernandel, de son vrai nom Fernand Joseph Désiré Contandin, est un chanteur et acteur français né le 8 mai 1903 à Marseille et mort le 26 février 1971 à Paris.
    Il fut durant plusieurs décennies l'une des plus grandes stars du cinéma français. Comique emblématique du cinéma d'après-guerre, beaucoup de ses films sont devenus des classiques, comme Le Schpountz ou La Cuisine au beurre, au même titre que plusieurs de ses personnages, à l'image de Don Camillo. Il a également brillé dans des compositions plus dramatiques.
    Chanteur populaire, il a également laissé une discographie importante, parsemée là aussi de classiques tels que Félicie aussi, Ignace ou Le Tango corse.




  • Ce sont les Alpilles vibrantes de soleil, le Ventoux des frimas, le charme des coteaux d'Aix, la Crau désertique, les terres vierges de Camargue et le delta du Rhône où nichent les oiseaux d'Afrique. Et la mystérieuse Escarboucle... Puis, les rivages bleus où bat la Méditerranée. Enfin, Marseille et les Marseillais. Je me suis demandé si les habitants du Vieux-Port n'avaient pas saisi, avec ravissement, cette bénédiction géographique, pour justifier l'indépendance d'un caractère original, qui surprend peut-être quelquefois, mais ne peut jamais laisser indifférent. Comme un bel aïoli. C'est pourquoi, j'ai choisi d'évoquer ce passé et ces jours, ceux qui se portent simplement, sans habit du dimanche, sans faire de chichis. Prenez un rameau d'églantier ; cela part dans tous les sens, c'est touffu et, pour tout dire, sauvage. Si vous le greffez, vous en faites un rosier. Mais, attention, chez nous on pratique volontiers, sur la réalité, une sorte de greffe : un petit quelque chose, qui se rajoute à la vérité-vraie, pour en faire une vérité... vraisemblable. À Marseille, ce greffon verbal naît parfois de l'imagination, mais il jaillit toujours du coeur. Quand mon regard se pose sur ce Midi que j'aime, je considère le bois dur de la réalité et je me dis : Ô Franck, si tu taillais tes rosiers... Je crois que je vais demander un petit coup de main à monsieur Brun, César, Vincent Scotto, Fanny et Marius. Jardiniers de l'imaginaire, les Provençaux sont passés maîtres dans l'art de la bouture narrative. En la matière, je ne suis qu'un jardinier amateur. Heureusement, chez moi, c'est atavique. La colline où je suis né s'appelle Aux Mille Roses.

  • Il est né dans le Nord. Dans le nord de Marseille naturellement. Dans le quartier de « la Plaine ». Le seul endroit de la ville où il faut grimper pour y accéder. Pris en flagrant délit de fou rire par la plume acerbe de son meilleur ami, il parle de Pagnol, de Raimu et de toutes les gloires du Midi, des meilleures histoires sur son métier, ses amis et, bien sûr, son père. Il vous prépare à vos vacances, dans la bonne humeur et, une bonne odeur de bouillabaisse entre les pages, vous laisse entrevoir les pins, la plage, et la « Grande Bleue ».

empty