• Toute entreprise philosophique sérieuse commence par un écart, un décentrement. C'est le prix à payer pour se défaire des pensées sur mesure, des points de vue unilatéraux et s'ouvrir à l'originalité qui gît au coeur même du connu. Plonger dans la pensée de François Jullien, tout à la fois philosophe, helléniste et sinologue, c'est faire l'expérience de cette dissidence de l'esprit qui bouscule et reconfigure les frontières de la philosophie. 
    Dans  François Jullien, une aventure qui a dérangé la philosophie, François L'Yvonnet se propose de rendre compte de la trajectoire intellectuelle du philosophe et de l'audace de sa démarche. Une démarche qui a conduit très tôt François Jullien, à rebours du dogme universitaire, à faire un détour par la Chine, à se tourner vers un «  dehors  » pour mieux interroger nos concepts hérités du monde Gréco-latin (notre «  dedans  »). Une démarche qui dépayse la pensée et se retrouve, tel un fil d'Ariane, dans l'ensemble des objets d'étude du philosophe : le politique, l'esthétique, la morale, le vivre, l'Art, l'amour... autrement dit, dans toutes les couches de l'existence.
    A ceux qui connaissent déjà l'oeuvre de Jullien, l'essai de François L'Yvonnet saura donner les clefs pour approfondir leur lecture  ; pour les autres, il constitue une excellente propédeutique.

  • Né en 1909 et décédée en 1943 à Londres aux côtés de la France libre, Simone Weil est l'une des figures majeures du XXe siècle, dans sa profondeur et ses déchirements.Issue d'une famille juive agnostique, elle se rapprocha sensiblement du catholicisme sans jamais aller jusqu'au baptême et sans cesser non plus de se passionner pour les spiritualités orientales.Passionnée de culture classique, élève brillante à la santé fragile, elle s'engagea dès son plus jeune âge dans la lutte communiste, aux côtés des bolcheviks, des républicains espagnols, puis dans la Résistance.Ses écrits, aussi bien politiques que philosophiques et religieux continuent d'exercer une influence profonde sur les « chrétiens de gauche » et sur la pensée humaniste mondiale.Les plus grands spécialistes européens et américains de sa vie et de son oeuvre nous offrent ici une synthèse de cette figure unique, apportant un éclairage nouveau.

  • Le Cahier de l´Herne qui lui est consacré, qui réunit une trentaine de collaborateurs internationaux et une dizaine de textes inédits de l´auteur, vise à mettre en évidence l´originalité et l´importance d´une pensée qui fait toute sa place aux singularités, à tout ce qui semble faire «exception».

    Ainsi, son goût pour les flux et les turbulences... Ainsi encore, ce dont témoigne son épistémologie, une volonté de décloisonner les savoirs, de rendre féconds les liens complexes qui unissent les lettres et les sciences, les sciences dites « molles » et les sciences dites « dures » (de Leibniz à Hergé, en passant par Jules Verne ou Auguste Comte). Il y a chez Michel Serres une sorte d´encyclopédisme dynamique et poétique. Il s´agit toujours de construire des ponts, de frayer des passages, d´interférer, de traduire et de distribuer, sans perdre de vue l´homme, cette « merveille » dont parlait Sophocle.

    Avec Michel Serres, la pensée se fait voyageuse.

  • Depuis plusieurs années, le chantier philosophique de François Jullien intéresse et inspire des artistes dans leur pratique artistique : de la peinture à la mise en scène théâtrale, à la danse, à l'architecture, la musique, l'art du paysage, le cinéma, etc. Un éventail créatif largement ouvert où les pratiques communiquent entre elles et se reflètent les unes les autres. Les différentes contributions explorent comment les pratiques artistiques peuvent tirer parti des concepts philosophiques du chantier de François Jullien, tels ceux de propension et de processualité, de tension et de transition, de compossibilité et de secondarité, d'allusif et d'oblique, d'écart et d'entre, de transformation silencieuse et de ressource, d'intime, d'essor ou de dé-coïncidence.

empty