• Parmi les grands écrivains du XVIIe siècle, François de Salignac de la Mothe-Fénelon, homme d'honneur et de foi, se distingua par son indépendance de caractère et sa constance d'idées, qui lui suscitèrent des ennemis, dont Bossuet, qui se conduisit mal envers lui, et madame de Maintenon. Relégué dans son archevêché de Cambrai, il y joua un rôle déterminant et, tout en préparant le règne futur qu'il ne verra pas, créa, avec Télémaque, l'un des premiers romans d'aventures.

  • Georges Poisson a mené de front une double carrière d'historien et de conservateur du Patrimoine, avant d'être nommé conservateur général. Son long parcours à la direction du domaine de Sceaux, où il est devenu spécialiste de l'Ile-de-France, l'a conduit à mener d'importantes campagnes de sauvetage de monuments et de sites et de réorganisation de maisons d'hommes célèbres. Son départ à la retraite ne l'a pas empêché de poursuivre cette activité intense à laquelle il s'est toujours adonné avec passion. Ce sont ses combats, ceux qu'il a gagnés mais aussi ceux qu'il a perdus, notamment lors des années 70 où de terribles destructions ont été commises au nom du modernisme, qu'il a entrepris de raconter ici avec le sourire. Il évoque, à l'occasion, les grands personnages que sa carrière prestigieuse lui a permis de rencontrer, tels Charles de Gaulle et Sacha Guitry.

  • La France compte une centaine de maisons d'écrivains ouvertes au public, présentées ici à travers leurs spécificités.


  • Une histoire à la hauteur d'un des plus importants musées du monde.

    Alors que le Grand Louvre, créé il y a vingt-cinq ans, attire aujourd'hui dix millions de visiteurs par an, voit ses collections s'enrichir constamment par achats et donations (création du département des Arts de l'Islam en 2012) et connaît un rayonnement international remarquable (installation d'une succursale à Abou Dhabi), il était temps de lui consacrer une histoire digne de son nom. Histoire architecturale depuis Philippe Auguste, dont le château ressuscité est une impressionnante découverte ; histoire décorative témoin des différentes étapes de construction du palais qui se complètent aujourd'hui par l'appel à des artistes contemporains ; histoire politique des événements survenus dans ces murs, révolutions, assassinats ou triomphes ; histoire des collections retraçant l'afflux, depuis cinq siècles, de centaines de milliers de chefs-d'oeuvre, de l'Egypte aux grands maîtres de la peinture.
    Ecrite avec brio, cette histoire exhaustive est le fruit de nombreuses recherches et d'innombrables visites du musée.
    Georges Poisson, historien, conservateur général du Patrimoine, a écrit une oeuvre abondante maintes fois primée et rééditée, notamment les biographies de Saint-Simon et Choderlos de Laclos, ainsi qu'une histoire de l'Elysée.

  • Chassé du trône en 1830, le roi Charles X emmena avec lui en exil son petit-fils Henri, duc de Bordeaux, comte de Chambord au profit duquel il abdiqua à Rambouillet.
    À dix ans, l'enfant devint roi pour huit jours. Il passa le reste de sa vie à souhaiter reconquérir sa couronne, tentant de s'imposer en face de la monarchie de Juillet, de la Deuxième République puis du Second Empire. Unique héritier des Bourbons, régnant sur son château autrichien de Frohsdorf au milieu d'une petite cour, il s'efforça durant un demi-siècle de rallier les Français à un régime sur les modalités duquel il ne s'expliquait guère.
    Sa revendication constante fut assombrie par le drame de sa vie : il n'avait pas d'enfant et ses héritiers dynastiques, les princes d'Orléans, ne soutenaient pas son action. En 1871, la grande majorité de l'Assemblée constituante, de couleur monarchiste, et un mouvement d'intérêt général et populaire monta soudain vers "Henri V", porteur d'idées sociales nouvelles. Mais le prince, dont le caractère s'était assombri par l'absence d'héritier direct, ne se sentait plus en phase avec son époque.
    En mettant des conditions inacceptables pour son avènement, il préféra, non sans grandeur, renoncer à son rêve de trône. Dans cette remarquable biographie, Georges Poisson, avec son souci d'une documentation impeccable et son sens du récit historique, fait revivre l'Europe du XIXe siècle, avec ses espoirs, ses faiblesses et ses couleurs.

  • L'Elysée

    Georges Poisson

    Symbole de la République, le palais de l'Élysée ne cesse de fasciner. Ce livre raconte son histoire architecturale et décorative ainsi que le récit des événements, dramatiques ou pittoresques, qui s'y sont déroulés. Construit au début du XVIIIe siècle, avec un admirable décor de boiseries qui subsiste, il est habité par Madame de Pompadour. Café-concert sous la Révolution, il est réhabilité par Murat, puis par Napoléon qui y signe sa seconde abdication. Résidence, sous la Restauration, du duc et de la duchesse de Berry, il est affecté en 1849 au premier président de la République élu au suffrage universel, Louis-Napoléon Bonaparte et abrite le coup d'État créant le Second Empire. En 1871, il devient définitivement la résidence présidentielle et accueille la vie politique et privée des présidents successifs. Charles de Gaulle en fait, en 1959, le siège premier du pouvoir.
    Pour cette nouvelle édition, l'auteur, familier du palais, a complètement révisé son texte, récrit les récits des présidences Mitterrand et Chirac, et rédigé un nouveau chapitre sur la présidence actuelle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Née au début du siècle, et morte en 1676, lorsque la paix de Nimègue vient de concrétiser l'ultime triomphe de Louis XIV, Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, traverse les passions et les querelles du Grand siècle. Avec le sens de la formule qu'on lui connaît, son nouveau biographe, Georges Poisson, l'intronise « femme de tête et de coeur du siècle ». Femme de coeur, car cette fille du duc de Montbazon, mariée successivement au duc de Luynes, favori de Louis XIII, puis à Claude de Lorraine, duc de Chevreuse, fait tourner les têtes des courtisans d'Europe - de Hollande à Charles de Lorraine. Femme de tête qui se lance dans de multiples conspiratiohs contre Richelieu, « ce tyran », et Mazarin, aux fins de voir triompher la cause espagnole. Elle manigance l'affaire Buckingham, afin de compromettre la reine et le rapprochement avec l'Angleterre : elle organise la conspiration de Chalais lorsqu'elle croit Louis XIII mourant ; elle s'agite aux côtés de Gaston d'Orléans, et s'improvise négociatrice sous la Fronde. Mme de Chevreuse est à la fois modèle de la Précieuse, plus cultivée et curieuse que bien des seigneurs de Cour, la rivale politique d'Anne d'Autriche, après avoir été sa confidente et avoir appris d'elle les secrets de l'action diplomatique, et la mystérieuse séductrice immortalisée par Alexandre Dumas comme l'égérie d'Aramis.

  • L'Ile-de-France est-elle un pays méconnu ? Oui, dans une large mesure. On en est, en tout cas, convaincu quand on suit Georges Poisson, le guide le plus qualifié, le plus chaleureux aussi, qui nous convie à de multiples promenades à travers Paris, puis la Seine-et-Oise, la Seine-et-Marne, une partie de l'Oise, de l'Aisne, et de l'Eure-et-Loir. Quelle richesse en monuments de toutes sortes, dont beaucoup passent inaperçus de touristes trop pressés ou impitoyablement drainés sur les grandes routes ! Georges Poisson n'a pas voulu cependant dresser un inventaire, ni se limiter au simple rôle de cicerone. Il explique les monuments, montre leur originalité provinciale, les fait revivre par l'anecdote. Certes, il traite des grands édifices, qui sont les fleurons précieux de la couronne de l'Ile-de-France, mais il s'attarde volontiers à des témoins plus secrets du passé - églises rurales, abbayes perdues, châteaux forts pantelants - qui se livrent à ceux-là seuls qui vont à leur rencontre. Ce livre, abondamment illustré, doté de cartes et d'un répertoire des sites, sera un discret compagnon de voyage pour tous ceux qui s'efforcent de comprendre et de découvrir l'Ile-de-France. « Si vous voulez, dit Georges Poisson, rêver comme Nerval, marcher comme Péguy, fredonner comme Paul Fort, vous pourrez encore moissonner des visions d'harmonies et d'histoire Mais hâtez-vous... ».

  • Après dix années de recherches sur l'agglomération de Paris, voici le dernier tome, consacré cette fois à la zone nord-est, soit de Saint-Ouen à Vaires-sur-Marne. Une nouvelle occasion de balade au fil de l'Histoire, une découverte archéologique et démographique, fondée sur des documents d'archive et complétée par une bibliographie très complète.

  • Un peintre obscur et timide a fait du sédentarisme un principe. D'une ressemblance étonnante avec un accidenté dont il fut seul témoin de la mort, il se rend chez la veuve de son sosie pour lui restituer les papiers ramassés près du cadavre. Une femme déplaisante, le prenant pour son mari retour de voyage, sans lui laisser placer un mot, le reçoit avec l'humeur agressive des couples désunis. Elle lui lance une feuille de route du Ministère des Colonies sans lui souhaiter bon voyage. Notre artiste croit en rester là mais, revenu chez lui, sa pensée est assaillie par les ennuis divers nés de la méchanceté et de l'imbécillité humaines. Il se souvient qu'il détient une identité neuve et dont il peut user. Il décide de changer de pays. Devenu fonctionnaire Outre-Mer, il entre dans la peau de son personnage et s'applique à faire son métier honnêtement et avec conscience. Il ne récolte que blâmes et désaveux et se tire, de justesse d'aventures risquées. Les variations politiques jouant contre lui il est rapatrié et liquidé mais il n'a souci que de retrouver ses pinceaux. Évoquant sa vie errante, il constate qu'une lumière étrange, n'a fait de ses souvenirs que paraboles, illusions, grimaces et mystifications se bousculant en un joyeux désordre sans égard pour la géographie, la chronologie et les bienséances. Et, ainsi que le dit Henry de Monfreid dans sa préface, « l'auteur nous conduit et nous guide en souriant sur cette piste jalonnée de ruines et de cadavres que, naguère, il parcourut sur le fringant coursier de sa jeunesse : l'illusion ! ».

empty