• S'il semble être devenu aujourd'hui la chasse gardée des cinéphiles, le cinéma italien de l'âge d'or (1945-1975) a passionné en son temps un public beaucoup plus large et populaire. De la naissance de Cinecittà, projet pharaonique né de l'ambition communicante de Mussolini au génie de nombreux créateurs et acteurs, cet ouvrage retrace l'histoire d'une génération. L'auteur nous donne à voir avec finesse le passage d'un cinéma muselé sous Mussolini aux western « spaghettis », en passant par un certain comique avec Don Camillo, pour terminer dans le néoréalisme esthétique. En mettant en perspective le cinéma avec l'évolution de la société italienne, il montre que le cinéma évolue en même temps que les 30 glorieuses italiennes. C'est ici l'histoire des talents du cinéma italien qui est contée à la manière d'un roman pour le public qui fut le leur : non pas celui des spécialistes mais celui des passionnés !

  • 22 novembre 1963. La vie du jeune et séduisant John F. Kennedy, 35e président des États-Unis, s'interrompt brutalement à Dallas. L'image de sa femme Jackie, maculée du sang de son mari à l'arrière de la limousine présidentielle, fait le tour du monde. Le mythe de ce « couple de rêve », devenu iconique par la tragédie, est en marche.Derrière la légende que célèbrent les magazines se cache cependant une réalité moins glamour : celle d'un don Juan prisonnier d'une véritable addiction sexuelle, qui collectionne de façon obsessionnelle les conquêtes. Actrices de renom ou starlettes, call-girls, secrétaires, hôtesses de l'air, femmes de la haute société ou bimbos... il les lui faut toutes. La liste de ses aventures est incroyablement longue, et rien ne semble freiner Jack, qui flirte même dans les milieux de la pègre tandis que Jackie traîne son ennui à la Maison Blanche...Et pourtant, JFK n'aura jamais été éclaboussé par le moindre scandale. Protégé par sa famille, par la presse, par les Services secrets, il échappe aussi bien aux rumeurs de bigamie et aux tentatives de chantage qu'aux exhibitions sulfureuses de Marilyn... même si, de son côté, J. Edgar Hoover ne perd pas une miette de ces frasques qu'il consigne dans ses dossiers.Le livre de Georges Ayache revisite les multiples liaisons du président américain, longtemps occultées par les journalistes comme par les historiens, peu désireux de ternir le « mythe Kennedy ». Il plonge surtout au coeur d'une pathologie réelle, sur laquelle le voile se lève désormais peu à peu. JFK y apparaît comme la première véritable illustration d'une symbiose qui deviendra explosive, au fil de la libération des moeurs puis de la médiatisation débridée de l'espace privé des puissants : celle du sexe et du pouvoir.Ancien diplomate, aujourd'hui écrivain et avocat, Georges Ayache est docteur en science politique et ancien élève de l'ENA. Il a déjà publié plusieurs livres sur les États-Unis. Parmi ses derniers ouvrages : Kennedy-Nixon. Les meilleurs ennemis, Franck Sinatra, Les Présidents des États-Unis et Kennedy. Vérités et légendes (chez Perrin). Il a également publié Le Cinéma italien appassionato (aux éditions du Rocher).

  • Ce livre fait froid dans le dos !
    Pourquoi les hommes d´État européens, politiques et têtes couronnées, n´ont-ils pas empêché la guerre monstrueuse de 1914, pourtant si souvent annoncée ?
    Certes, il existait parmi eux des hommes d´État à la forte stature, tels Churchill, Poincaré et Clemenceau. Mais il y avait aussi des empereurs et des princes consternants de frivolité, des politiciens à courte vue, susceptibles et égocentriques, des officiers bornés, n´envisageant les problèmes internationaux qu´à travers la logique militaire. Certains furent prisonniers de leurs obsessions ou de leurs propres limites. D´autres se montrèrent paralysés par leur passivité ou leur prudence même. Tous, ou presque, péchèrent par l´inconscience du péril.
    En suivant les événements qui se sont succédé pendant trente-sept jours de crise, de l´attentat de Sarajevo aux déclarations de guerre, Georges Ayache nous plonge dans un drame effrayant. Il met en scène ses protagonistes et les ressuscite dans le secret des chancelleries diplomatiques et des antichambres du pouvoir. Il exhume leurs passions et leurs doutes, leurs arrière-pensées et leur logique. Il décrit enfin les coups de théâtre, les rebondissements et les affrontements dramatiques qui animèrent une spirale meurtrière sans précédent. De la lecture de ce livre, on sort épouvanté par les défaillances des gouvernants d´alors.

empty