• On appelait Louison " la Garçonne ", braconnière solitaire des bois de Sologne en ces années
    1930. Presque dix ans plus tard, au terme d'un long exil dans le nord du Canada, elle revient sur les lieux d'un drame qu'elle n'a jamais oublié. A la fois par désir de vengeance et en quête de ses origines...
    A vingt ans, sa beauté rousse ensorcelante et son indépendance dérangent. Celle qu'on surnomme "la garçonne" aime s'aventurer la nuit tombée dans la profondeur des bois pour braconner. Les villageois s'interrogent : pourquoi cette orpheline est-elle la protégée du puissant comte de Cressey ? Un soir de novembre 1937, deux hommes l'agressent. Un traumatisme dans sa chair qui va bouleverser pour toujours son rapport à la vie, à la mort. Emportant avec elle ses secrets, Louison décide un jour de quitter son village de Sologne. Loin de ceux qui ont veillé sur elle, enfant, loin de ceux qui la haïssent... Et loin aussi de celui qui n'a jamais cessé de l'aimer.
    Pour mieux fomenter sa vengeance ? Quand les années noires de l'Occupation auront révélé, parmi les habitants de Saint-Roch, les valeureux et les lâches...
    Gilbert Bordes, éternel conteur de la nature et des âmes.


  • Après des années d'absence, le retour de Pablo, l'héritier du " Fada ", fait resurgir
    bien des méfiances dans un village isolé de Haute-Provence.
    Et des souffrances dans le coeur de celle qu'il n'a jamais cessé d'aimer.

    Pablo, la trentaine, revient dans le pays de son père adoptif, Adrien, après des années d'exil forcé pendant lesquels il a étudié la médecine. Le village où il a vécu une partie de son enfance, Le Pujet, se trouve parmi des hameaux perdus entourés de garrigue dans les montagnes de Haute-Provence.
    Pablo a été convoqué par le notaire pour l'ouverture du testament d'Adrien, surnommé " le Fada ". Ce dernier était riche, très riche après avoir tenté l'aventure. Et " le Fada " a toujours souhaité faire du bien à son village notamment en voulant construire dans une chapelle désaffectée de grandes orgues et créer un festival de musique. En vain... Pablo, l'héritier, veut ressusciter l'autre projet inachevé d'Adrien : un complexe hôtelier, mais il se heurte à la défiance des villageois.
    Pablo est aussi revenu avec l'espoir de revoir Gaëlle, qu'il a follement aimée et qu'il n'a jamais oubliée. Elle non plus, bien qu'elle se soit mariée et ait deux enfants.
    Car Adrien, pour une raison secrète, n'a jamais voulu que son protégé et Gaëlle s'unissent...

  • Naufrage

    Gilbert Bordes

    • Belfond
    • 24 Octobre 2019

    Capitainerie de La Rochelle, juillet 2018. Une cellule de crise accueille les parents des dix bacheliers qui ont embarqué sur le voilier-école Le Corsaire douze jours plus tôt en direction de la Guyane et dont on a totalement perdu la trace. Pour quelle raison la balise a-t-elle cessé d'émettre ? Et comment a-t-on pu laisser ces marins débutants se lancer dans une telle traversée à haut risque ?
    À des milliers de kilomètres, au milieu de l'Atlantique Sud, huit adolescents découvrent, hagards, l'état catastrophique de leur embarcation après la terrible tempête qu'ils ont subie. Celle-ci a emporté un de leurs camarades et les deux moniteurs qui les accompagnaient. Alix, Chloé, Constance, Julie, Mathis, Thibault, Valentin et Victor sont les survivants. Mais pour combien de temps ?
    Sur leur navire à la dérive, avec les étoiles pour seuls repères, les huit apprentis navigateurs comprennent que, pour s'en sortir, ils doivent s'organiser et, surtout, rester soudés. Mais, devant l'immensité de l'océan, le passé de chacun resurgit peu à peu, mettant en péril la cohésion du groupe. Des rivalités se dessinent et les personnalités se dévoilent...
    Gilbert Bordes signe un roman d'aventures et d'apprentissage époustouflant à travers le magnifique portrait de ces adolescents coupés du monde.

  • 1903. L'électricité se répand dans les campagnes. Valentin Lescure, maire de Cornemule, gros bourg corrézien, sème la panique lorsqu'il proclame fièrement : «Je vais être celui qui fait briller le soleil à minuit !» Jusqu'à présent, les huit cents habitants de Cornemule ne s'éclairaient qu'à la chandelle et à la lampe à pétrole, et s'en trouvaient fort bien. Or voici que le maire, à l'approche des élections municipales, fait cette déclaration. Et déjà un barrage et une usine sont projetés. Émotion ! Les vaches vont crever, les hommes perdre leur virilité? L'ancien maire, Me Béranger, prend la tête de la révolte, soutenu par tous les agriculteurs et le fabricant de chandelles du village.C'est alors qu'un beau soir, la place s'éclaire, et ce que l'on ne voyait pas dans l'obscurité se révèle: presque chaque nuit, l'un ou l'autre des notables du bourg rend visite à Joséphine, la très belle buraliste. Scandale ! Et tandis que la campagne électorale attise les passions, un mal mystérieux se répand?

  • Au bord de la Loire, pendant et après la Première Guerre mondiale, l'amour tragique entre un homme et une femme qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Sully-sur-Loire, 1914. Boris Maleroy, un pêcheur solitaire, sauve de la noyade Irène Lessager, fille de famille aisée et épouse de Baptiste Lestang, officier au front. Dans la chaleur la fin de l'été, l'attirance des corps est irrésistible, et de rendez-vous buissonniers en rencontres furtives, Irène tombe enceinte de son braconnier. Mais les familles Lessager et Lestang entendent sauver leur honneur sans s'encombrer d'Aymar, fruit de ces amours illicites. Et elles mettront tout en oeuvre pour faire disparaître l'enfant qui entache leur réputation. Si Irène et Serge paieront les frais de la haine que suscite leur faute, Aymar, lui, parviendra à échapper à ses agresseurs, pour revenir au pays sous la forme d'un adolescent épanoui et tout à fait au courant de son passé. Entre jalousies, règlements de comptes et quête des origines, Gilbert Bordes nous livre un roman puissant et sensible sur la force de l'amour et des liens du sang, avec ce talent de conteur inégalable pour traduire la force de la nature et la brutalité des humains.

  • Pluie diluvienne, famine, terreur et haines à la cour de France. Bienvenue en 1316.
    Au début du XIVe siècle, le climat change. En 1316, la pluie détruit les récoltes et provoque l'une des plus grandes famines du Moyen Âge. À l'aube de la guerre de Cent Ans, le royaume de France est plus que jamais divisé.
    Louis X, fils de Philippe le Bel, est un roi faible. Son oncle, Charles de Valois, gouverne le pays à sa place dans le dessein de monter sur le trône. Il se met en quête du trésor des Templiers, que l'on dit caché au château de Conflans. Seuls Isabeau et Louis, les petits-neveux du grand maître Jacques de Molay, mort sur le bûcher, ont échappé au massacre de leur famille et sont secrètement placés sous la protection d'Eude de Breiville.
    Cet humble seigneur à la carrure de géant voit sa tâche se compliquer avec les premiers émois d'Isabeau, qui se portent sur son fils Geoffroy, et ne tarde pas à se retrouver au coeur d'un redoutable jeu de pouvoir et de manipulations... Avec lui, on vit à la cour de France où le poison est le meilleur argument pour asseoir l'autorité d'une multitude d'intrigants.
    Après les succès de La Mémoire au coeur, La Disparue de Saint-Sauveur et L'Enfant de Loire, Gilbert Bordes revient à un genre qui lui est cher, le roman historique. L'intrigant Moyen Âge devient le théâtre flamboyant de personnages forts et authentiques, entre violence et passion, vengeance et complot, mensonge et trahison.

  • Lorsqu'on les rattrapa, très loin de la ferme et du village, ils assurèrent qu'ils étaient partis à la chasse aux papillons, qu'ils s'étaient égarés, que? On avait eu si peur qu'on fit mine de les croire. La chasse aux papillons, au fin fond de la Corrèze, au printemps de 1944, quand des détachements allemands parcouraient les routes ??C'était Claude, douze ans, qui avait pris la décision : «On va chercher papa», et Tilou, son petit frère, avait dû le suivre, en renâclant. Il fallait aller chercher papa, depuis quatre ans prisonnier en Allemagne, parce que maman, jusqu'alors si «sérieuse» faisait des bêtises : Claude l'avait surprise avec un jeune homme dans une vieille grange sur la route de Brissac. Elle trahissait un père dont l'enfant avait fait un héros. Alors, armé d'une boussole, traînant Tilou, il était parti vers le nord-est, vers quelque incertaine Poméranie? Autour de la ferme du Tilleul, autour du bourg de Brissac, c'est un tableau vivant de la société rurale au temps de l'Occupation que trace Gilbert Bordes. Ici, on ne voyait guère les Allemands, à peine plus les «maquis» : on était hors de l'Histoire. Mais l'absence des hommes, prisonniers dans une lointaine Allemagne, avait fait un déséquilibre dans ce monde figé. D'où des drames, des rêves, des folies.Avec la générosité qu'on lui connaît, Gilbert Bordes ne juge pas : il raconte une histoire. Avec une femme vraie, des gamins bouleversants sur une terre et sous un ciel pleins de mystères et de merveilles.


  • Dans les années 1960, en Sologne, Solène, étudiante en droit, a-t-elle trouvé en Paul, luthier de vingt ans son aîné, l'homme de sa vie ou... ce père qu'elle n'a jamais connu ? Une fragile rencontre entre deux êtres, hantée par le spectre de l'interdit, les silences d'une mère et les ombres de l'Occupation.

    Pourquoi Josette s'oppose-t-elle aussi violemment à sa fille, Solène, qui a décidé d'aller au château de Mauret en Sologne pour garder les enfants du docteur Breugère? Depuis longtemps, Solène a compris que sa mère, qui vit en recluse à Paris, lui cache un énorme secret. C'est au hasard d'un vieux journal trouvé dans le grenier du château que l'étudiante en droit découvre une partie de la terrible vérité, liée à la résistance en Corrèze...
    A la faveur d'une réception, Solène rencontre Paul, de vingt ans son aîné. Leurs regards se croisent, s'accrochent avec la force de ces instants qui changent un destin. Paul est luthier, passionné par son métier, mais aussi meurtri. Il a vécu la guerre et la résistance avec le docteur Breugère. Alcoolique, il a perdu la belle main de luthier. L'amour de Solène pourra-t-il le sauver ?
    En cet été 1965, Solène réveille les ombres d'un passé trouble, au risque de se perdre elle-même.

  • Au nom du bonheur

    Gilbert Bordes


    Cinq romans qui font la part belle au bonheur.

    Chacun se trouve à un moment de sa vie confronté à des épreuves. Et pour surmonter un deuil, pour oublier un amour impossible, pour arriver à alléger le poids que les ans fait peser sur nos épaules, le courage est nécessaire. Ce chemin pour retrouver le bonheur, sur lequel Gilbert Bordes avec justesse et sensibilité emmène ses personnages, s'éclaire au fil des rencontres qu'ils y feront. Avec un proche plus âgé ou plus jeune, avec l'ami oublié ou le voisin discret, qui seront tous à leur manière un guide. La terre qui est la leur est aussi une alliée, et ils y puisent des ressources insoupçonnées qui les aide à reprendre pleinement goût à la vie.
    Cinq romans généreux à découvrir ou à redécouvrir.

  • La tour de Malvent

    Gilbert Bordes

    Après la guerre de 14, dans un village de Corrèze peuplé de gueules cassées, l´amour impossible entre Marie, la fille du cafetier mariée à un mutilé de guerre, et le bel Angelo, le fils d´un immigré italien revenu du combat sans la moindre égratignure...


    En 1919, lorsque Angelo Barconi revient à Malvent après onze ans d´absence, il n´a qu´un désir : revoir son premier amour, Marie. Mais, le jour de son retour, alors que dans les collines il chante Le Temps des cerises pour appeler la jeune femme, la vieille tour qui domine le village commence àémettre un mugissement permanent et sinistre qui trouble énormément les habitants de Malvent...

    /> Pour certains, le bourg serait la proie d´une malédiction, et ils voient là une condamnation de leurs actes passés : l´Italien serait-il revenu pour venger la mort de son père, qui pèse sur tous tel un honteux secret ?

    Le doute et la peur s´installent parmi les gueules cassées et les vieux du village, en même temps qu´un profond désir de vengeance à l´égard du beau Barconi. Revenu de la guerre sans la moindre égratignure, celui-ci a en outre le toupet de séduire Marie... Dans la tourmente, qu´adviendra-t-il de l´amour intact et coupable d´Angelo et de la fille du cafetier ? Car la jeune femme est à présent la mère d´une fillette de dix ans et l´épouse de Martin, un mutilé dont l´aspect physique la rebute mais pour qui elle éprouve une grande reconnaissance...

  • En cette fin des années 1970, dans un village de Touraine, la fabrique de meubles dirigée d´une main de fer par l´intransigeant Martial Peyrignac vit des heures sombres. Faute de trouver rapidement de l´argent frais, la fabrique est condamnée à déposer le bilan. Mais l´entrepreneur semble ne pas en tenir compte. Il reste sourd à la proposition d´aide de son frère, avec lequel il est brouillé depuis la Libération, et aux revendications de ses employés, très remontés contre leur patron. Un événement tragique vient bientôt empoisonner une atmosphère déjà délétère : le corps sans vie du frère de Martial Peyrignac, Louis, est retrouvé près du moulin des Louves, jadis théâtre d´un fait divers sanglant. La malédiction des louves se serait-elle réveillée ?Un second crime, commis quelques heures à peine après le premier, plonge le village dans la stupeur. Cette fois c´est le maire de la commune, médecin et rival de Peyrignac, qui en est la victime. Comment ne pas soupçonner le chef d´entreprise d´être à l´origine de ce double assassinat ? La population en est fermement convaincue ? tout comme la justice, qui le condamne à la réclusion à perpétuité. Rapidement dessaisi du dossier, le commissaire Puylieut a toutefois l´intime conviction que le meurtrier court toujours... Par amour pour la belle Virginie, la fille de Martial Peyrignac, et contre l´avis de sa hiérarchie, il décide de reprendre l´enquête à son compte.

  • C'est l'histoire d'une solitude et d'un secret. Joseph, ivrogne invétéré, est un semeur d'embrouilles notoire dans son village de Corrèze. Personne ne connaît le secret qui l'a contraint à quitter sa fiancée Margot. Son amitié avec le petit Alexandre saura peut-être panser ses plaies... Un roman dédié aux humbles et aux oubliés. Il chantait bien, Joseph, tout le monde s'en souvient à Beaulieu-sur-Vézère. Et il avait fière allure au bras de sa promise Margot. Pourtant, un jour, soudainement, il s'est volatilisé et a parcouru toutes les mers du monde. Des décennies plus tard, il revient au village, en vieux loup de mer que rien n'a assagi ou presque. Seule son affection pour Alexandre, enfant désemparé après la séparation de ses parents, trouve une place dans son coeur fatigué. Exproprié de la Messonière, sa vieille demeure délabrée, Joseph se lance dans un projet pharaonique. Un peu pour clouer le bec à certains villageois, un peu pour épater Alexandre et surtout pour éblouir Margot qu'il n'a jamais oubliée. Car Joseph, le m'as-tu-vu, cache un secret qui a miné toute sa vie...

  • Mathieu a douze ans. Il n´est pas franchement beau: grandes oreilles, bouille ronde, gros yeux. Un sale môme de paysan, cancre et chapardeur. «On n´en fera jamais rien», se lamente sa grand-mère. Arrive dans le village une gamine de son âge, Marion: elle est leucémique et vient là pour reprendre des couleurs. Pour lui faire plaisir, Mathieu vole des bonbons, puis un stylo en or, puis un collier, et va jusqu´à dérober dans l´église le ciboire et des hosties consacrées. Émoi, scandale. Cinq années dans un centre d´éducation surveillée, et Mathieu est libre. Il n´a cessé de penser à Marion; il la retrouve. La leucémie connaît des phases de rémission, puis regagne du terrain... De près ou de loin, Mathieu veille toujours sur son amie, même si l´un et l´autre mènent une vie indépendante et tourmentée. Il finit par la retrouver à l´hôpital de Villejuif où elle suit un ultime traitement. Et c´est là que, à force d´attention et de tendresse, il parviendra à l´arracher à la mort, dans le temps même où elle l´aura ramené à une vie enfin apaisée.

  • Une petite ville du Nord, une famille de pâtissiers qui détient une précieuse recette... Et l'histoire bouleversante d'une adolescente en quête de sa mère. Jean Baltoret et sa femme Valérie sont les créateurs du doré, cette pâtisserie qui a fait leur fortune. Grands-parents d'Anaïs, ils se sont chargés de son éducation à la disparition de leur fille, Marie. Alors qu'elle était une enfant facile et raisonnable, l'adolescence et ses tourments font perdre pied à la jeune femme en devenir : ses études ne l'intéressent plus, ses fréquentations sont peu recommandables... Les Baltoret s'inquiètent : qu'est-ce qui peut lui faire tourner ainsi la tête ? Il semblerait qu'elle ait eu des nouvelles de sa mère et que, profitant de sa fragilité, des personnes malintentionnées lui soutirent de l'argent... Tandis que l'adolescente se débat entre premières amours et désir de vérité, Jean est aux prises avec un chantage industriel qui vise à lui extorquer sa recette. Malmené par ces deux intrigues, l'amour qui unit le clan Baltoret sera-t-il préservé ?

  • La paisible bourgade rurale de Villeroy est sens dessus dessous depuis qu'un mystérieux animal s'attaque aux habitants de la petite cité lozérienne. Chien, loup, bête fantastique..., les plus folles rumeurs courent sur le compte de cet étrange canidé aux yeux jaunes, qui rode dans les parages du Parc naturel régional. Pourquoi s'en prend-il aux hommes, et pourquoi leur laisse-t-il la vie sauve après les avoir défigurés ? Chargé de l'enquête, le placide commissaire Boissy prend très vite la mesure de la complexité du dossier, car ces événements dramatiques cristallisent des peurs ancestrales et ravivent bien des rancoeurs...
    La traque s'organise ; des moyens considérables sont mobilisés, mais l'animal demeure insaisissable. Et les tensions s'exacerbent au sein de la communauté villageoise : les chasseurs accusent les écologistes de jouer les apprentis sorciers, les activités du Centre de recherches biologiques alimentent tous les fantasmes, quant aux gens du voyage installés dans la forêt, ils sont très vite désignés à la vindicte publique... Seul le docteur Juillet semble partager la perplexité du commissaire en charge de l'enquête. La rencontre du médecin de campagne avec Maria, une ravissante Tsigane au lourd secret, permettra-t-elle de lever le voile sur cette ténébreuse affaire ?
    Entremêlant avec bonheur les genres du roman policier et du roman d'amour - en égratignant au passage, et mine de rien, de nombreux préjugés -, Les Secrets de la forêt est une incontestable réussite. À la manière d'un Simenon, Gilbert Bordes scrute d'un oeil avisé, tantôt sévère et tantôt tendre, la grandeur et les travers de l'âme humaine. Roman foisonnant à l'intrigue diabolique, Les Secrets de la forêt se laisse dévorer d'une traite.

  • La Bretagne et ses paysages tourmentés, l'histoire émouvante de Paul Benalec, un jeune patron pêcheur qui abandonnera la femme de sa vie et son métier après la mort tragique de ses trois équipiers, emportés dans les flots glacés de l'océan un jour de tempête. Un roman profond, où il est question d'humanité, d'orgueil, de pardon et de rédemption.Paul Bénalec est prêtre. Cette vie, il l'a choisie pour expier une erreur de jeunesse dont les conséquences ont été tragiques. À l'époque, Paul est un jeune marin pêcheur, il a lourdement investi dans l'achat d'un nouveau bateau. Fiancé à Marie, il habite un village entre Audierne et la pointe du Raz. Un jour de grande tempête, et malgré les mises en garde, il embarque avec ses trois équipiers qui périssent noyés dans les flots glacés de l'océan. Paul, en proie à une terrible culpabilité, renonce alors au mariage, à son métier de marin, et intègre le séminaire?Quelques années plus tard, il est nommé prêtre dans la paroisse d'un village voisin. Les souvenirs du drame demeurent. Personne n'a oublié sa fuite, ni Marie, ni les familles des trois marins disparus qui ne tardent pas à lui demander des comptes. Son statut d'homme d'Église pourra-t-il le protéger ? Paul va-t-il enfin réussir à affronter les démons du passé, cette peur de la mer qui ne l'a jamais quitté, et surtout apaiser sa conscience ?A propos deLa Maison des Houches:"Une belle leçon d'humilité.Le Quotidien du médecin"Gilbert Bordes sais mieux que quiconque évoquer les bonheurs simples de la vie.Télé 2 Semaines"Du suspense, de l'émotion, de l'humour... Un roman solidement construit.Le Télégramme de Brest


  • Fuyant chacun leur destin, un jeune homme et une jeune fille que tout oppose se
    rencontrent en plein coeur de la montagne de Lure, dans les Alpes-de-Haute
    Provence.

    Poursuivi par la police pour excès de vitesse, Benoît abandonne sa voiture au bord d'une route. Il se perd dans les fourrés de la montagne de Lure où il croise le chemin d'Azza, à la beauté troublante, qui veut échapper à un mariage forcé. Alors que l'hiver commence à sévir et que Benoît est dépourvu de tout, Azza, elle, a tout prévu puisqu'elle avait organisé sa fuite. Munie de provisions et de vêtements chauds, elle compte se cacher un mois durant, jusqu'au 24 décembre, date de ses dix-huit ans. Hasard, destin ? Benoît attend aussi ce jour où sa famille doit se réunir pour une histoire d'héritage...
    Parviendront-ils à résister, seuls, à l'hostilité du froid et de la neige, tout en essayant d'échapper à leurs poursuivants ? L'avocat à l'avenir brillant, mais piètre Robinson, et la belle indocile, maligne et pleine de ressources, sauront-ils surmonter leurs différences afin de laisser libre cours à leur irrésistible attirance ?

  • Et l´été reviendraest un roman au scénario diabolique, au suspense haletant et à la morale implacable. Entre parties de pêche et plongées dans les abîmes de l´âme humaine, Gilbert Bordes est au sommet de son art.

  • Sourde et muette de naissance, on la considère comme une bête dont on peut abuser; domestique, elle vit avec un fils qu´elle a eu à dix-sept ans au domaine de l´Étanchade; infirme, ne sachant ni lire ni écrire, celle qu´on appelle la Mule ne dénoncera jamais personne... C´est après la dernière guerre qu´Antoine Rolandier vient la trouver. Fils d´une famille de riches meuniers de la vallée de Bar, il n´a qu´une idée: retrouver les sacs d´or que son père, disparu lors de l´incendie de son moulin en 1926, a très certainement cachés et qui demeurent quelque part sous les ruines. Or, une seule personne peut le conduire à ce trésor: la Mule, qui, tout enfant, ne quittait pas le vieux Paul Rolandier d´un pas. Pour mener la jeune femme à révéler la cachette de l´or, Antoine décide de lui apprendre à lire et à écrire, et peu à peu réveille son intelligence et sa mémoire. À force d´attention et d´affection, il l´aidera à retrouver sa dignité de femme...

  • Les dérèglements climatiques font peser sur notre planète des menaces nouvelles. Séismes, inondations, incendies, tempêtes et tornades... on croit toujours que ça n´arrive qu´aux autres. Et pourtant...Une nuit de printemps, la terre tremble à Chastelnaud, petit bourg alpin au climat jusque-là serein. La région est dévastée, et ce n´est qu´un début. Les villageois font comme tout le monde dans ces cas-là: d´abord ils s´entraident, se protègent et puis ils commencent à chercher des responsables. Les passions s´aiguisent, les vieilles haines se ravivent... Lentement, le village et ses habitants glissent vers l´abîme.Notamment Armand Montrémy. Cet ancien guide a toujours dominé la montagne, mais elle lui a rendu coup pour coup, tuant son meilleur ami et sa compagne, et laissant son fils aîné paralysé. Aujourd´hui, le tremblement de terre entraîne la pollution des sources et menace l´existence de l´entreprise d´eaux minérales qui a fait la fortune de sa famille. Affaibli, ruiné, attaqué de toutes parts, il va devoir puiser au plus profond de lui-même pour surmonter sa peur et vaincre ce nouveau défi.Autour d´Armand Montrémy, une galerie de personnages forts et attachants luttent pour leur survie. Dans la plus pure tradition du grand feuilleton français, Gilbert Bordes nous livre une histoire humaine nourrie de secrets et de conflits, mais aussi de dépassement de soi, d´espoir, d´émotion et... d´amour.

  • Aux limites de la politique-fiction, une grande saga riche en rebondissements et en personnages hauts en couleur, et bientôt une série télévisée0300Dans ce tome 2, les colères de la nature ne se sont pas apaisées. Huit ans ont passé et, sauf ses habitants, tout le monde a oublié le séisme qui a bouleversé Chastelnaud, petit village des Alpes. Pourtant les catastrophes en chaîne provoquées par ce tremblement de terre ont pris une ampleur planétaire terrifiante. Et voilà que se propage jusque dans le coeur de Paris une forme de peste atypique...Il y a huit ans, le mouvement Les Droits de la terre (qui prône la survie de l´humanité par l´élimination ? plus ou moins naturelle ? du «surplus» d´êtres humains) avait fait grand bruit en dénonçant, dans la catastrophe qui touchait Chastelnaud, la conséquence logique de l´inconscience des hommes et de l´incurie des politiques face à la protection de l´environnement. Aujourd´hui, le mouvement fascisant a gagné tous les continents. À sa solde, on retrouve des gouvernements, mais aussi de riches industriels, parmi lesquels les pires ennemis d´Armand Montrémy... Pour celui-ci, bien que totalement ruiné et mis à l´écart, l´heure de la vengeance sonne enfin.0400Le bureau du directeur général des eaux de Pétronille se trouve à l´emplacement même du bureau d´Armand Montrémy, au temps des eaux Saint-Jean. L´architecte qui a conçu l´aménagement de la nouvelle usine a respecté ce lieu de décision et de commandement. Une large fenêtre donne sur la cour où le va-et-vient des camions n´en finit pas de livrer dans toute l´Europe la précieuse eau désormais cotée en Bourse. Le soleil illumine les toitures métalliques. C´est le printemps à Chastelnaud, un printemps de plus sur la vieille ville qui a retrouvé son aspect immuable avec son église au coeur du village, en face de la mairie et, sur la butte, un peu en retrait de l´usine Saint-Jean, la chapelle édifiée à une époque lointaine. Les chamboulements considérables du monde, les terribles menaces qui pèsent sur l´humanité n´altèrent pas le quotidien de cette vallée alpine. Le monde est menacé, personne n´en doute, il risque de sombrer, mais dans la ville martyre on veut croire au miracle et à un retournement de situation au dernier moment.L´usine d´embouteillage tourne à plein rendement; jour et nuit, les équipes d´ouvriers se succèdent et le vieux maire, Jean Morenceau, ne peut que se féliciter de cette résurrection inespérée de la principale entreprise de la commune. Le bureau du directeur général est éclairé d´une bande de soleil qui tombe en biais de la fenêtre, frôle le fauteuil du visiteur sur lequel s´assoit un homme de haute taille, maigre, la tête rasée, comme trop lourde pour son cou étroit. L´homme sort de sa sacoche un dossier qu´il pose devant lui sur le coin du bureau et lève sur le directeur général ses yeux aux pupilles couleur de verre. À côté de lui, un deuxième visiteur, brun, sportif, vêtu avec soin, portant une superbe moustache noire, prend place sur le deuxième fauteuil de velours.? Mon cher Ravenault, commence Lionel Delprat, j´ai une bonne nouvelle dans la multitude des mauvaises. Regardez ce rapport d´analyse que je viens de recevoir. Notre politique de rachat des terres et nos encouragements à les laisser en friche commencent à porter leurs fruits. Voyez ces analyses des anciennes eaux Saint-Jean : les teneurs en nitrates ont été divisées par deux en moins de trois ans. Cela nous ouvrirait des horizons fort agréables si la conjoncture internationale était un peu plus souriante!Raoul Ravenault prend le document que lui tend Lionel Delprat, y jette un regard rapide. Les cheveux épais et très noirs, le visage rasé de près, il porte un complet sombre. C´est un bon directeur, très policé, courtois avec le personnel, mais qui ne revient jamais sur ses décisions. Humain, il connaît tous les employés et entretient avec chacun des relations personnalisées. C´est ce qui fait sa force depuis huit années qu´il est à la tête des eaux de Pétronille. Lionel et Marc Delprat se félicitent chaque jour d´avoir choisi cet ancien employé d

  • Ses parents ne pouvant s'occuper d'elle, Clotilde, onze ans, se retrouve sous la garde de sa grand-mère, une femme cassante et aigrie. Son seul ami est le voisin, Aurélien, un vieil homme aveugle, rustre et bourru mais qui s'est pris d'affection pour cette petite fille si pétillante et fantaisiste. Lorsque celui-ci entreprend de se rendre à Lourdes avec son ami François dans l'espoir d'un miracle qui lui rendrait la vue, Clotilde décide d'être du voyage. Commence alors une équipée aussi invraisemblable que merveilleuse à travers la France...
    Le vieillard désespéré et atrabilaire, son ami alcoolique et la petite fille au caractère de chien mesurent mal l'émotion que provoque leur disparition. Pour atteindre leur objectif, les trois aventuriers vont devoir surmonter des épreuves qu'ils ne soupçonnaient pas, comme la faim, le froid, la clandestinité (les deux hommes étant recherchés pour enlèvement d'enfant). Mais leur périple sera aussi fait de rencontres, de rêves et d'amitiés, de vérité.
    Explorant avec délicatesse toutes les formes de la douleur contemporaine, Gilbert Bordes signe une fois encore un roman sensible et touchant. Au-delà du handicap, de la solitude, la maladie et la frustration, il conduit ses personnages vers le bonheur en les dotant de la seule arme qui puisse désarçonner les peurs et les bassesses de la société d'aujourd'hui : la puissance de l'imaginaire.

  • Un projet de barrage vient troubler le paisible bourg de Bossenac. Tandis que jeunes et vieux s´associent pour lutter contre l´engloutissement de leurs maisons et de leur cimetière, Fabienne, la plus belle fille du village, tombe éperdument amoureuse de François Belmont, l´ingénieur en charge des travaux...
    2011, vallée de la Corrèze. Un projet de barrage hydroélectrique vieux de 60 ans refait surface. But de l´opération : créer, dans cette contrée qui meurt, de l´activité par le tourisme, les sports nautiques, la baignade, autour d´un immense lac de retenue. L´électricité produite servira à alimenter en énergie bon marché les entreprises qui viendront s´installer dans ce pays déserté par les jeunes. Toutefois, la création du barrage implique de noyer la moitié du village de Bossenac, dont le cimetière, qu´on projette de reconstruire à l´identique. Mais peut-on déplacer des morts ?
    Aussitôt se forme une association de défense de la vallée, constituée principalement de vieux qui ne veulent pas quitter leurs maisons et leurs terres. Mais le barrage est également mal vu par la population plus jeune.
    Fabienne Gibeaut, infirmière à domicile, s´est installée à Bossenac en 2006, dans la maison de ses parents, quand elle a perdu son mari Julien. Depuis, la vie s´est arrêtée pour elle. Malgré la présence à ses côtés de ses deux enfants - Louise, douze ans, qui a subi de plein fouet la mort de son père, tandis que Valentin a étéépargné par son jeune âge -, elle ne parvient pas à retrouver le goût de la vie. Et elle repousse Lionel, son premier amour, qui tente de l´aider. Pourtant, lorsqu´elle rencontre François Belmont, l´ingénieur en charge du barrage, elle éprouve un violent coup de foudre, en même temps que le désir fou de rattraper le temps perdu. Mais leur relation est compliquée par la conjoncture, et Belmont est volage ; aucune femme n´a réussi à le retenir. Fabienne le sait, mais comment combattre la force qui la pousse vers cet homme à qui rien ne résiste ? Il lui faudra du temps et des erreurs dont Louise, sa fille, pourrait bien faire les frais, pour comprendre sa méprise et retrouver enfin le chemin et le goût de la vie, tandis que le projet de barrage sera ajourné.

    1 autre édition :

  • En bordure du plateau de Millevaches, le Masselot, c´est le bout du monde, en ce début des années 1950. Les bois, les prés, le haut plateau menaçant, les ruisseaux et les haies dressent, autour du hameau, un théâtre où, dans les imaginations, le Diable a plus de place que le bon Dieu. En témoignent l´église en ruine et, dans le clocher mutilé, la Perceval, la vieille cloche sans battant.Cependant la cloche parle: de temps en temps, on ne sait pourquoi, elle se met à tinter. Les gens disent qu´elle annonce le malheur.
    Brutus, de toute sa raison, refuse cette malédiction, bien que son fils soit mort alors que la Perceval donnait de la voix. Mais, autour de lui, les esprits sont plus obscurs encore que les choses : ils voient le mal partout - dans la bohémienne, par exemple, que Brutus a installée dans un moulin qui lui appartient. Un curé mystique et passionné ajoute encore au trouble. Seul un gamin, dit «le Drôle», éclaire de son chant, d´une beauté magique, ce monde qui s´éteint.
    Cependant que la Perceval, au gré d´une diabolique fantaisie, tinte...
    Le ciel, la terre, les passions refrénées, l´amour qui ne s´avoue pas et la tendresse muette composent ce roman d´une prenante beauté.

empty