• « Une critique vigoureuse et fouillée d'une somme qui en sort non détruite mais pénétrée dans ses ombres et dénoncée dans ses erreurs » (Pierre-Henri Simon, Le Monde). « Une exécution brillante, motivée. Ce serait un éreintement si Mme Lilar ne discernait, derrière la thèse libertaire arrogante de S. de Beauvoir, l'antithèse qui la rectifie à l'insu de l'écrivain. Elle avait déjà pratiqué sur Sartre cette espèce de psychanalyse sympathique » (X. Tilliette, Études) « Ce qui fait la dignité de son attaque, c'est qu'elle respecte assez son adversaire pour la savoir digne de tels coups ! À vrai dire, les coups sont sévères... Critique brillante, ô combien ! Sous l'éclat de ce scalpel térébrant qui ne fait grâce de rien » (Geneviève Gennari, Les Nouvelles littéraires) « Suzanne Lilar achève de couler bas l'un des livres de la « pensée » contemporaine qui nous menèrent assez bien en bateau... Le Malentendu du Deuxième Sexe ouvre une tombe sous le pas de l'un des maîtres à penser de l'après-guerre » (Claude-Michel Cluny, Le Magazine littéraire) « Un essai irrespectueux... Suzanne Lilar ne doute de rien » (Une Semaine de Paris) « Cela crépite comme un orage de grêle sur un toit de tôle ! » (Jean Prasteau, Le Figaro littéraire) « Un ouvrage cinglant, mordant, parfois très dur, écrit pourtant avec une sorte de froideur logique qui, comme au moyen d'un puissant projecteur, jette une lumière impitoyable sur l'amas considérable et confus des arguments du Deuxième Sexe... Suzanne Lilar jette les bases d'un nouveau statut de la femme, en s'appuyant sur des données biologiques certaines » (Josiane Duranteau, L'Éducation) « Une analyse lucide et sans complaisance » (Les Nouvelles littéraires) « Un livre très pertinent » (Geneviève Dormann, L'Actualité).

empty