• Cet ouvrage témoigne des actions entreprises par des femmes au quotidien dans le but de faire vivre leur famille. Elles tiennent un " petit commerce " qui doit les aider à braver coûte que coûte les aléas d'un pays en déliquescence : la R-D Congo. Elles habitent Kinshasa, une mégapole africaine, et s'activent dans le secteur informel dit " de subsistance ". A chaque nouvelle tempête qui s'abat sur le pays, les femmes répondent avec de nouveaux moyens pour s'en sortir. Du coup, elles y gagnent de l'assurance, de l'autonomie, et le rapport homme/femme change forcément dans le couple.

  • Peu de textes de Pascal semblent relever de l'expérience ou du discours mystique. Cet ouvrage propose une relecture de l'intégralité de l'oeuvre pascalienne, en se basant sur le contexte familial et social de Pascal et sur sa démarche scientifique. La mystique pascalienne se définit ainsi comme le désir d'une union à Dieu et il en résulte une relation de chaque instant, où l'homme se sent transformé, déifié, dans un sentiment de joie.

  • Écrire un haïku parce qu´il est nourriture, tel un fruit s´offrant à la cueillette et à la dégustation. Parler des bruants, de l´Innu, des graines rouges, du grand vent, de l´enfant, des traînées de soleil, de la neige à gros flocons... Le haïku a pour assise le quotidien, mais se veut porteur d´éternité.

    Chaleur de la terre des petits fruits nordiques plein le panier brise de mer des mots venus du large dans mon cahier

  • À l'heure où tout nous distrait de nous-mêmes, des petits riens s'invitent dans mes cahiers. Au rythme des saisons, quelques morceaux de moi, sans prétention.
    De courts tableaux du quotidien pour réveiller les couleurs oubliées, échapper à l'amertume, recoudre une histoire. Témoins de l'attention au précieux, au minuscule, ils vagabondent entre décor extérieur et intérieur.
    Des fragments de vie entre le souffle poétique du haïku et la respiration plus profonde du haïbun.

    Petit-Havre de Matamek
    un long cordage jaune
    retient la lumière

  • Sept-Îles se loge dans ce vaste espace que dessine la Côte-Nord, entre mer et forêt. Un lieu où la respiration s'élargit en même temps que le paysage. Un lieu où les expressions «à perte de vue» et «à couper le souffle» sont coutumières. Un lieu d'échanges et de métissage entre cultures. Un lieu où cohabitent nature sauvage et grandes industries. Sept femmes du Groupe Haïku Sept-Îles ont choisi de faire connaître ce milieu unique, à travers de petits poèmes d'inspiration japonaise. une mer d'huile les îles en lévitation ce matin entrée d'hémérocalles et potage de pissenlits s'inviter au Jardin Textes de Micheline Beaudoin, Hélène Bouchard, Marthe Boudreault, Odette Boulanger, Thérèse Bourdages, Diane Cyr et Ginette Simard.

  • Pendant deux ans, au fil des jours, Hélène Bouchard écrit à l'encre des humeurs du temps. Elle se fait l'écho de la Côte-Nord, converse avec la mer, la froidure, la nature, le silence et l'enfance.
    À quelques reprises, elle quitte ce territoire de démesure, choisit une terre coupée du continent, une île lointaine, dans la finitude d'un espace. Pour revenir ensuite chez elle, rassasiée.

    Fenêtre sur le large dans le bleu de son regard reflet de la mer « Chacun des mots de ce livre est une goutte de rosée sur un brin d'herbe qui reflète la beauté furtive de ceux qui la regardent et s'y voient. » Kim Thuy

  • A partir d'entretiens auprès de commerçantes Dakaroises et Bamakoises, Hélène Bouchard et Chantal Rondeau analysent les stratégies d'insertion féminine dans le commerce et le rôle de ces femmes dans l'organisation du commerce. Contrairement aux idées reçues, on ne s'improvise pas facilement commerçante. Les critères de réussite sont multiples et complexes et le statut matrimonial de chacune a notamment sa part dans l'échec ou le succès de ces femmes.

  • Vous cherchez une lecture d'été pour vos vacances? C'est facile. Mettez le numéro 126 de la revue XYZ, « Nouvelles d'une plage », dans votre sac de tissu, avec l'huile solaire et le maillot de bain. Onze nouvelles vous raconteront la plage, le soleil, la mer, ses rivages, la faune des baigneurs... Pendant que tout autour piailleront les enfants qui s'éclaboussent, que les corps rôtiront comme des poulets sur la broche, que coulera la sangria, vous vous isolerez sous le parasol, à l'ombre, en compagnie de nos nouvelliers. Vous constaterez avec que la mer est le miroir de nos âmes et qu'elle est le réservoir de notre inconscient. La section « Thème libre » nous fait découvrir Roxanne Lajoie, une nouvelle auteure qui pratique une écriture minimaliste très évocatrice, ainsi que des textes de Jean-Pierre April et Nicolas Tremblay.

  • Dans ce numéro 101, vous le constaterez très rapidement, un souffle nouveau de présentation de la scène artistique des arts visuels est proposé. En accordant nos espaces de publication essentiellement aux arts médiatiques, nous ouvrons nos pages et à une hétérogénéité et une vivacité sans précédent. Il en résulte une démocratisation et une divulgation de pratiques artistiques encore peu connues de la scène publique, hors des laboratoires et centres de recherche artistiques. Et pour une première fois au Québec, une revue d'arts médiatiques. C'est un événement!
    Les oeuvres médiatiques de ce numéro ont la puissance de l'autonomie, ou entretiennent des liens certes non accessoires avec le cinéma, la vidéo, le théâtre, les arts plastiques, le son, la musique, la photo et la performance. En grande partie, elles ont pour particularité de rejoindre l'ensemble des publics artistiques, spécialisés mais, aussi, néophytes.
    C'est ce fait pluriel qui rend notre projet, à notre avis, encore plus sympatique. En établissant le parti pris d'une convergence entre les médias où l'haptique et autres sens sont grandement convoqués, nous lançons des ponts vers une nouvelle reconfiguration de notre paysage artistique. Il est d'ores et déjà de notre mission de promouvoir un réseau intermédial, ramifié, qui garantit un nombre incalculable de systèmes de communication, où le rôle du spectateur vient à changer. C'est dans ce contexte qu'ETC MEDIA participe de cette posture de non hiérarchie entre les disciplines tout comme entre le privé et le public.

empty