• Physiopathologie : guide clinique et thérapeutique est un ouvrage unique par le large spectre qu'il balaie, présentant les pathologies et les dérèglements physiologiques qui s'y rapportent. Cette approche par l'étude des mécanismes physiopathologiques permet de comprendre les étapes des diagnostics et d'appréhender les thérapies et les préventions associées.

    Le lecteur appréciera sa fluidité, sa construction sous forme de chapitres ultra courts conçus comme des fiches de synthèse, et par les nombreux exemples qui sous-tendent l'exposé.

    Après avoir listé les signes d'appel, chaque chapitre propose les rappels anatomo- physiologiques jugés indispensables pour la compréhension de la genèse des pathologies, expose et explique les manifestations de celles-ci, et envisage leurs conséquences, leur développement au-delà de la sphère initialement concernée.

    /> L'ouvrage a été pensé pour les étudiants de BTS Diététique et de DUT génie biologique option diététique, mais beaucoup d'autres étudiants pourront puiser dans ses multiples ressources, notamment les étudiants en soins infirmiers.

    Il sera un outil précieux pour tous les étudiants désireux de développer leurs capacités réflexives, leur assurant une compréhension solide des approches clinique et thérapeutique. Il permet en outre une approche globale des pathologies nécessaire pour s'inscrire dans la démarche de soins.

    L'ouvrage présente les pathologies et les états résultant de dysfonctionnements physiologiques. Il permet d'en comprendre les mécanismes physiopathologiques.


    les principales pathologies, par organe ou système : pathologies digestives, cardiovasculaires, respiratoires, etc.

    les pathologies liées à une fonction ou un état physiologique : pathologies endocriniennes, maladies de la nutrition, pathologies de la grossesse, pédiatrie, etc.

    les pathologies consécutives à des perturbations de l'environnement de l'organisme : réanimation, maladies infectieuses, maladies iatrogènes, etc.


    ** Covid-19 : en annexe : un supplément de 4 pages pour faire le point

  • Plus de cinq cents ans après l'invention de l'imprimerie par Gutenberg, nous sommes habitués à considérer comme une évidence le fait qu'un livre contienne une seule oeuvre et qu'une oeuvre remplisse un seul volume : nous achetons en librairie un roman policier comme les lecteurs de Flaubert se procuraient Madame Bovary et comme déjà auparavant, on acquérait les Liaisons dangereuses ou Gargantua. La tradition universitaire, qui consiste depuis ses origines à éditer les textes sous une forme indépendante les uns des autres, nous a elle aussi habitués à envisager les écrits du Moyen Âge comme des entités autonomes : nous étudions ainsi la Chanson de Roland, Perceval ou le Roman de la Rose et toute la production de cette période sous les apparences que nous procure la philologie, qui est elle-même le reflet de pratiques vieilles de nombreux siècles puisque c'est très précisément ainsi que se transmet et se consomme toute littérature depuis Gutenberg. Pourtant, au Moyen Âge, un texte bref n'est que rarement conservé dans un manuscrit dont il occuperait à lui seul la totalité des feuillets. Même s'ils ont été conçus de manière dissociée, ces textes sont en majorité transmis et lus dans des recueils réunissant un certain nombre de pièces. Durant tout le Moyen Âge, on les a donc copiés et recopiés dans des contextes manuscrits variables et chacune de ces réalisations, chaque nouvel environnement, entraîne des répercussions sur la façon dont ces écrits sont compris puisque le voisinage matériel qu'occasionne leur regroupement, les interférences qu'il suscite parfois, produit ou autorise des mises en relation toujours variées. Il est certes possible d'analyser ces diverses configurations comme autant d'états différents, mais il est aussi possible d'envisager l'ensemble qu'elles forment comme un processus résultant d'une expérience de la lecture radicalement différente de la nôtre. Afin de se rapprocher de celle-ci, on peut alors tirer profit d'un certain nombre de spécificités que présentent les recueils anciens qui, souvent, étonnent le lecteur moderne et permettent donc de toucher du doigt l'« altérité médiévale ».

empty