• La conquête romaine est un fait majeur de l'Antiquité. Pourtant, la dimension fiscale de cette histoire, bien que tout à fait essentielle, n'a jamais donné lieu à une étude particulière et approfondie. C'est chose faite avec ce livre, appelé à devenir un ouvrage de référence. Comment la cité de Rome a-t-elle utilisé l'arme fiscale pour mobiliser des capacités militaires et financières sans équivalent pour l'époque ? Peut-on mesurer ce que la conquête a rapporté et quel a été son coût ? Les Romains n'ont-ils fait que mener une entreprise de pillage à grande échelle, ou bien se sont-ils efforcés de construire un empire dans lequel le consentement fiscal a eu sa place, dans le droit fil de leur expérience civique ? Par quels moyens, enfin, ont-ils réussi à concilier l'adhésion des populations sujettes avec le maintien de leur rente fiscale ? Ce sont autant de questions, parmi bien d'autres, auxquelles Tribut apporte une réponse. C'est donc dans une enquête captivante que le lecteur est conduit, revenant sur nombre d'idées reçues et débouchant sur une vision inédite de l'Empire romain. Plus largement, ce livre s'adresse aussi à tous ceux qui, à travers l'ensemble des périodes historiques, s'intéressent à l'analyse des grands régimes de domination.

  • Cette synthèse, deuxième opus du panorama de la Rome antique, propose un outil de travail méthodologique et inédit qui répond parfaitement aux besoins spécifiques des étudiants. Jérôme France propose un véritable complément aux cours et aux manuels de référence accompagné d'un choix de documents les plus significatifs, de plans de dissertation,d'une chronologie, d'un glossaire et de sources livresques et informatiques.

  • Synthèse de douze siècles d'existence, cet ouvrage présente un bilan historique, politique et social des Gaules (transalpine, cisalpine, chevelue), de l'indépendance du VIe siècle avant J.-C. jusqu'à la naissance de la Francia mérovingienne au VIe siècle de notre ère.
    Née de la volonté de Rome - à laquelle des liens privilégiés l'attachèrent longtemps -, la « nation gauloise » constitua pendant plusieurs siècles un État tampon entre l'Empire et les barbares. Provincia dans l'Empire chrétien du ive siècle, avec la chute de ce dernier, elle voit s'effondrer les frontières qui contenaient les poussées de ceux qui deviendront ses nouveaux maîtres : Wisigoths puis Francs, annonciateurs d'un nouvel ordre soutenu par une christianisation toujours plus profonde et influente.
    Structures administratives, religieuses, économiques et de société sont ici étudiées chronologiquement, accompagnant les mutations politico-militaires de ces siècles d'intense bouleversement des frontières, des mentalités et des idées.

  • Les institutions romaines sont la clé de compréhension d'une civilisation qui, de la Cité des origines jusqu'à l'Empire universel, a su s'adapter à des contextes et à des régimes politiques nouveaux.
    L'ouvrage présente  en termes clairs et de façon synthétique les cadres institutionnels de la Rome antique sur plus de dix siècles (Royauté, République, Empire). L'expansion extraordinaire de l'Empire romain a imposé la mise en place de structures administratives et légales inédites, portées par les agents du pouvoir, de Rome aux plus reculées des provinces, qui pourtant ne résisteront pas aux  périodes de trouble et à l'anarchie des IIe et IVe siècles. 
     

  • Jean-Pierre Bost a été professeur d'Histoire ancienne et d'Antiquités nationales à l'Université de Bordeaux 3 (Institut Ausonius). Il est l'auteur d'une oeuvre de premier plan dans le domaine de l'histoire romaine et plus spécialement dans celui de l'Aquitaine et de la péninsule Ibérique antiques. Il fait partie de cette génération de chercheurs qui a su manier avec une égale aisance toutes les disciplines de la science historique, l'archéologie, l'épigraphie et la numismatique. Il a contribué au long et patient travail d'élaboration de plusieurs grands corpus de sources ; son érudition et la finesse de ses analyses ont permis de renouveler bien des perspectives de recherche ; enfin, il a su, par la simplicité et la qualité de son écriture, susciter l'intérêt d'un public plus large que celui des seuls spécialistes. C'est à la fois la diversité et la richesse de ce parcours d'historien que ce livre veut illustrer à travers un choix d'articles et de contributions qui en retracent les apports essentiels et en révèlent toute la fécondité.

  • Quel était le modèle impérial romain ? Pour répondre à cette question, les auteurs ont puisé dans les sources et livrent ici plus de trois cents documents - textes tirés des oeuvres des auteurs anciens, inscriptions, papyrus, ostraca et monnaies - traduits et présentés, dont beaucoup sont issus de découvertes récentes. 
    À travers eux, la parole est donnée à tous les habitants de l'Empire, hommes et femmes, provinciaux des villes et des campagnes, d'Orient et d'Occident, notables et petites gens, mais aussi aux responsables et aux agents du pouvoir romain, au Sénat, à l'empereur lui-même, aux dignitaires comme à la foule subalterne des soldats et des fonctionnaires de cette immense machine. Ainsi sont évoqués tous les aspects de la relation singulière établie entre Rome et les différentes communautés provinciales, depuis la conquête et l'intégration jusqu'à la romanisation, voire l'assimilation, et la participation des populations locales à la gestion de l'Empire. 
    Au bout du compte, c'est un système original d'impérialité qui apparaît au fil de ces pages dans lequel l'hégémonie volontiers brutale du centre était tempérée par l'association des périphéries à un destin commun. 
    Guillaume Flamerie de Lachapelle est maître de conférences de latin à l'Université de Bordeaux 3. 
    Jérôme France est professeur d'histoire ancienne à l'Université de Bordeaux 3 et membre senior de l'Institut universitaire de France.
    Jocelyne Nelis-Clément est chargée de recherches au CNRS. 
    Tous trois sont rattachés à l'Institut Ausonius (UMR 5607 Université de Bordeaux 3 - CNRS).

  • Il y a pertinence à relier et opposer tout à la fois ces deux instances de la réalité de la ville : d'une part, son apparence visible, perceptible, celle qui forme le quotidien de l'habitant ; d'autre part, la connaissance des structures spatiales et sociales, des systèmes de signes, de représentations et de valeurs, des conflits et modes de domination qui se jouent ou se trament sous une apparence faussement évidente. Comment comprendre et représenter ces villes à la fois visibles et invisibles ?

  • Pour son numéro d'hiver 2015, année qui marque les 30 ans de la revue, XYZ propose le thème « Séductions » sous la direction de Gaëtan Brulotte. Nous voilà au coeur du monde des désirs et des fantasmes. Conviés au jardin des délices ou à l'enfer du leurre au royaume des amants et du flirt. Mais cela peut être aussi un désir d'un autre ordre, comme celui de l'enfant voulant plaire à ses parents ou celui d'un professeur souhaitant charmer son auditoire. Et bien sûr, ultimement, ce sont des écrivains qui tentent ici de nous séduire. Avec les textes de Jean-Paul Beaumier, Natalie Jean, Bertrand Laverdure, Philippe Mottet, Elsa Pépin, Jérôme Tousignant et Francine Tremblay.

empty