Langue française

  • Une analyse en quatre temps du mystère de Délie de Maurice Scève. Le corps de Daphné, L'anagramme du désir, Les emblèmes et leur temps, Les larmes pré baroques dessinent ici la carte de l'un des plus beaux paysages de la poésie française « Au centre heureux, au coeur impénétrable » Lettre et image dizain et emblème Délie relance l'espace figural du Moyen Âge, et nous atteint au coeur du présent. Tension sans résolution et sans repos, le poème est pris entre deux mouvements opposés. Élucidation il s'agit de la définition du désir et obscurcissement, suscitation d'opacité et de mystère. Suite discontinue d'instant où l'obscur engendre l'illumination, où l'Amour, « maraviglioso grammatico », métamorphose la mort et la vie. J. R.

  • Jeu se compose de quatre parties qui s'enchaînent : Récit, Après-Récit, Jeu, Méthode. C'est-à-dire qu'il (Jeu) est une partie de lui-même. Il sort du Récit qui écrit le nom, dans tous les sens, avec les fragments de « visions » qui traversent le champ biographique - champ ouvert et dissous par le récit qui commence - et saute d'un fragment à l'autre avec le seul fil de ses lettres. Récit est suivi d'un non-récit : les éléments déposés, séparés dans des listes, la fiction et l'ordre de la liste se séparent, se fixent. Jeu intervient alors comme ensemble, qui reprend les fragments et les relance. Et la Méthode vient à la fin, pour commencer. Jeu n'est pas à lire comme un « poème ». Les groupements, les images, n'y sont pas pour être goûtés, isolés en suivant. Ils y sont par rapport à leur suite, qui les vide, en retournement, sous la forme à la fois de l'application et de la loi - pour saisir la pensée quand elle agite les bases, en traversant la « philosophie », la « biographie », le « moment présent ». Ce n'est pas un jeu, il n'est pas un plan ; mais c'est un jeu : il jette.

empty