• « Le 10 mai 1981, nous vivons intensément, rue de Solférino, ce qui va devenir un moment très particulier pour la France : le premier gouvernement de gauche depuis 1936. Je suis pris dans l'euphorie de l'instant que j'espère depuis bientôt dix ans, dont d'autres rêvent depuis bien plus longtemps... Serons-nous à la hauteur des espoirs des quinze millions d'électeurs qui ont voté pour François Mitterrand ?
    Pour beaucoup, le 10 mai 1981 évoque davantage qu'une simple alternance : un ensemble considérable de réformes institutionnelles, culturelles, sociales et économiques. Comme on n'en avait pas vu en France depuis 1945, grâce au Programme commun de la gauche. Des réformes dont le pays bénéficie toujours.
    En ce jour très sombre de février 2021, où tant de drames et de menaces s'accumulent sur le destin de tant de gens, sur mon pays, sur l'Europe, sur l'humanité, sur la vie même, je commence à écrire ce récit. Les idéaux d'autrefois ont explosé ; en France en tout cas, l'espérance de la gauche s'est, au moins provisoirement, effondrée.
    C'est aujourd'hui, au crépuscule de ma vie, que l'envie me vient de me retourner vers le joli mois de mai 1981. Non par nostalgie, quarante ans plus tard, mais parce qu'il faut se souvenir de ce dont on a de bonnes raisons d'être fier. Et parce que le fil de cette histoire retrouvée nourrit la promesse de jours plus heureux encore.
    Je vous invite à une promenade dans mes souvenirs, à une chevauchée au gré des moments qui marquent un parcours. Pour éclairer le présent et l'avenir. »J. A. 
    Ami de François Mitterrand, proche collaborateur du candidat puis du Président, Jacques Attali nous transporte, en toute franchise et avec pudeur, dans l'intimité de la conquête puis de l'exercice du pouvoir. Au coeur d'événements décisifs ou en apparence anecdotiques qui ont contribué à forger l'Histoire. En chemin, il partage ses réflexions sur la mémoire, l'art de gouverner, la responsabilité et le sens à donner à sa vie.

  • «  Voici le récit d'un épisode incroyable, trop souvent censuré, de l'histoire de France, de l'histoire de l'Algérie et de celle de la Seconde Guerre mondiale.
    1943. Une extraordinaire année de dupes, qui éclaire d'un jour nouveau la situation géopolitique mondiale d'aujourd'hui.
    C'est d'abord l'histoire des Juifs d'Algérie qui reçurent, en 1870, la citoyenneté française et qui subirent ensuite des discriminations plus intenses encore que partout ailleurs en France, trouvant leur apogée dans les trois années de domination pétainiste en Algérie.
    Des Juifs à qui deux gouvernements français successifs retirèrent leur citoyenneté  : un gouvernement collaborant avec les nazis  ; puis un autre, dont on ne parle jamais, collaborant avec les Américains.
    Des Juifs à qui des dirigeants français, hors de toute présence allemande, se préparaient à faire porter des étoiles jaunes et qu'ils s'apprêtaient à enfermer dans des camps de concentration sahariens.
    C'est aussi l'histoire du premier débarquement de troupes anglo-américaines en terre de France pendant la Seconde Guerre mondiale  ; un débarquement qu'on ne commémore pas, parce que des troupes françaises y combattirent des troupes américaines.
    Cet épisode incroyable met en scène des vichystes proaméricains, des Américains pétainistes, des résistants maréchalistes, se battant les uns contre les autres.
    C'est enfin une histoire bien plus vaste, parce qu'en fait les dirigeants français craignaient que permettre aux Juifs d'être français n'ouvre le même avenir à tous les Algériens. Cela concerne aussi tous ceux qui réfléchissent aujourd'hui, où que ce soit dans le monde, à ce qu'est une citoyenneté, une nation, une identité. Pour construire un monde enfin libre et heureux.  »
    J. A.

  • «  Depuis toujours, l'homme a besoin de savoir ce qui le menace, ce qui nuit aux autres ou les sert. Et pendant longtemps, seule une poignée de puissants, souverains, religieux, marchands, ont eu le monopole de l'information, de sa fabrication à sa circulation. Une information libre, diffusée par des médias accessibles à tous et établie par des professionnels cherchant la vérité est le fruit d'une histoire récente, inattendue, fascinante. Et elle est à présent terriblement menacée.
    Comment distinguer le vrai du faux, l'information de la distraction  ? Quel rapport entre informer, convaincre, enseigner, distraire  ? Comment la démocratie résistera-t-elle aux formes de censure et de surveillance  ? En quoi le déluge actuel et à venir d'informations, vraies ou fausses, influera-t-il sur notre façon de gérer les grands problèmes d'aujourd'hui et de demain  ? Les réseaux sociaux, outils de surveillance généralisée, qui font de chacun le journaliste de lui-même, seront-ils balayés par une vague technologique plus puissante  ? Les journalistes seront-ils remplacés par des automates ou resteront-ils des acteurs irremplaçables de la démocratie  ?
    Tels sont les sujets de ce livre. Encore une fois, comme pour tous les autres domaines dont j'ai tenté jusqu'ici de prévoir le devenir, celui des médias, vertigineux, ne peut être imaginé et maîtrisé qu'en remontant très loin dans son histoire, ou plutôt ses histoires. Ses passionnantes histoires.  »
      J. A. 

  • «  Que mangeaient les hommes il y a dix mille ans  ? Que mangeront les humains dans un siècle  ? Comment et où sont apparus le feu, l'agriculture, l'élevage  ? Que mangeaient les empereurs romains  ? les empereurs chinois  ? les rois de France  ? Comment mangeaient leurs peuples  ? Comment s'expliquent les interdits alimentaires de chaque religion  ? Le cannibalisme a-t-il vraiment disparu  ? Quels sont les liens entre la sexualité et l'alimentation  ? Comment et où sont apparus les restaurants  ? Qui a inventé la pizza  ? Qui mange des insectes  ? Des algues  ? Que mangent les plus riches aujourd'hui  ? Quels peuples se nourrissent le mieux sur la planète  ? Pourra-t-on nourrir sainement dix milliards d'humains  ? Serons-nous obligés de manger ce qu'une intelligence artificielle nous imposera  ? Mangera-t-on encore ensemble demain  ?
     
    Cette vaste fresque révèle comment nous sommes passés d'une nourriture variée, naturelle et abondante à des produits alimentaires standardisés, industriels et uniformisés, poisons pour l'homme et la nature. Elle nous dévoile la puissance immense, économique, idéologique et politique, de l'industrie agroalimentaire. Elle nous raconte aussi les liens méconnus entre la nourriture et la conversation, entre l'alimentation et le pouvoir, entre ce que nous mangeons et la géopolitique.
    Comprendre cette histoire est fondamental, si l'on veut prendre en main sa propre alimentation, manger sain et bon  ; et sauver la nature, dont dépend la survie de l'humanité.  »J. A.

  • «  Après une enquête planétaire, auprès des meilleures sources, souvent confidentielles, j'ai découvert bien des choses sur les causes et les conséquences de cette pandémie.
    Certains dirigeants, commettant des erreurs sincères ou mentant à leur peuple, ont, en imitant la Chine, conduit à la mort prématurée de plusieurs centaines de milliers de personnes et coûté plusieurs milliers de milliards à l'économie mondiale. Suivre à temps l'autre voie, celle de la Corée du Sud, aurait coûté beaucoup moins d'argent, épargné des milliers de vies et protégé des centaines de millions de travailleurs.
    De tout cela, et de bien d'autres choses que nous aura apprises cette pandémie, en bouleversant nos vies, il faut tirer les leçons. Pour se préparer à ce qui vient  : une crise économique, philosophique, idéologique, sociale, politique, écologique stupéfiante, presque inimaginable  ; plus grave en tout cas qu'aucune autre depuis deux siècles.
    Pour ne pas faire souffrir les enfants d'aujourd'hui de la pandémie à 10  ans, de la dictature à 20  ans et du désastre climatique à 30  ans, il faut passer au plus vite de l'économie de la survie à l'économie de la vie. Elle regroupe tous les secteurs qui se donnent pour mission la défense de la vie et dont on constate tous les jours, très pragmatiquement, l'importance vitale, comme  : la santé, la gestion des déchets, la distribution d'eau, le sport, l'alimentation, l'agriculture, l'éducation, l'énergie propre, le numérique, le logement, la culture, l'assurance.
    Parce qu'il n'y a pas de vie possible si on n'agit pas tout de suite, dans l'intérêt de toutes les vies, d'aujourd'hui et du futur. Si on ne comprend pas que seul le temps des hommes a de la valeur. Que de passionnants combats à mener  !  »
    J. A.

  • Histoires de la mer

    Jacques Attali

    «  On ne raconte jamais l'histoire des hommes vue de la mer. Et c'est pourtant là que l'essentiel se joue. C'est en lien avec la mer que se sont faites l'essentiel des innovations ayant bouleversé les sociétés humaines. C'est par la mer que circulent, depuis des millénaires, idées et marchandises. C'est en s'assurant le contrôle des océans que les empires se sont hissés au sommet de leurs ambitions. C'est quand ils perdent le contrôle des mers qu'ils déclinent. À l'avenir, c'est encore par et grâce à la mer que surgiront les plus grandes superpuissances.
    L'importance de la mer devrait donc s'imposer à nous, d'autant plus qu'on commence à comprendre son rôle écologique fondamental et la gravité des menaces qui risquent de la condamner à brève échéance. Nous devrions tout mettre en oeuvre pour la protéger. Pourtant, il n'en est rien.
    Que peut-on faire  ? D'abord, raconter l'histoire de la mer depuis les premiers instants de l'univers jusqu'à après-demain, prendre conscience de son rôle dans la perpétuation de la vie et dans l'histoire de l'humanité. De ne plus être à son égard dans une attitude de consommateur, mais de partenaire, respectueux et émerveillé.  »
    J. A.

  • Le 2  octobre 2018, le PDG d'une des plus grandes firmes de la Silicon Valley est assassiné dans sa suite de l'hôtel de Crillon à Paris. Porte close, fenêtre fermée de l'intérieur. Le mystère est total. A-t-il été tué par un de ses collaborateurs  ? Par un concurrent  ? Par les services secrets  ? Quels noirs desseins nourrissait le fondateur de Boromir Technologies, le numéro un mondial de la prévision technologique, économique et géopolitique, en tentant un rapprochement avec une petite entreprise française produisant des drones militaires  ?
    La commissaire Fatima Hadj, chargée de l'enquête, se retrouve plongée dans la vie cachée des plus puissants patrons du monde, en même temps qu'elle découvre les côtés les plus sombres de la finance et de la technologie. Car cet assassinat n'est que l'annonce de l'attentat le plus meurtrier de l'histoire et d'autres désastres plus terribles encore.
    La nouvelle enquête époustouflante de la commissaire Fatima Hadj explore les dangers d'une humanité devenue esclave de ses prouesses technologiques.

  • Devenir soi

    Jacques Attali

    « Dans un monde aujourd'hui insupportable et qui, bientôt, le sera bien plus encore, il est temps pour chacun de se prendre en main, sans attendre indéfiniment des solutions miraculeuses. Il ne s'agit pas de résistance, ni de résilience. Mais de devenir soi.
    De Gandhi à Steve Jobs, de Bouddha à Picasso, ils sont nombreux, ceux qui se sont libérés des déterminismes et des idéologies, pour choisir leur destin et changer le monde.
    Aujourd'hui, mille trajectoires humaines, célèbres ou anonymes, donnent le signal d'une nouvelle Renaissance. Toutes incitent à réfléchir au chemin que chacun peut emprunter, pour choisir et réussir sa vie.
    Plus nombreux seront ceux qui ne se résigneront pas, plus profonde sera la démocratie, plus seront libérées des énergies, plus seront créées des richesses.
    Où que vous soyez, qui que vous soyez, agissez comme si rien ne vous était impossible.
    Ayez le courage d'agir. Prenez le pouvoir sur votre vie ! » J. A.
    Après avoir dit qu'il était urgent de réformer notre pays, après avoir exposé le détail des réformes à mettre en oeuvre, Jacques Attali, ancien conseiller spécial de François Mitterrand, président de PlaNet Finance et auteur de nombreux ouvrages, appelle ici chacun de nous à ne plus rien attendre de personne et à faire sa propre révolution. Il explique quelles étapes suivre pour y parvenir. Nous avons tout à y gagner.

  • Au XIIe siècle, à Cordoue où les trois monothéismes ont choisi de se respecter, de s'admirer, de se nourrir les uns les autres, un artisan énigmatique eut le temps, avant d'être torturé et pendu, de révéler à son neveu comment obtenir le livre le « plus important à avoir jamais été écrit par un être humain ». Lancé dans cette quête qui le mène à travers l'Europe et le Maroc, le jeune juif, Maïmonide, croise un jeune musulman, Averroès, entraîné dans la même recherche. L'un comme l'autre, qui deviendront des géants de la pensée, sont poursuivis par un groupe mystérieux qui semble décidé à tout faire pour les empêcher d'aboutir : la Confrérie des Eveillés.
    La plupart des personnages de ce roman ont vraiment existé. Si incroyables qu'ils soient, la plupart des événements politiques et personnels qu'ils traversent ont eu lieu. Les idées, les façons de vivre sont d'époque. Tout donne à penser qu'en ce moment crucial de l'histoire du monde, le plus grand des penseurs juifs et le plus grand des philosophes musulmans ont dialogué exactement comme ils le font ici.
    Tout, enfin, dans l'Histoire, s'est toujours déroulé et se déroule encore exactement comme si le complot évoqué dans ces pages avait vraiment eu lieu. Comme si les « Eveillés » étaient encore parmi nous, porteurs d'un secret essentiel pour l'avenir de l'humanité, mais à jamais perdu. A moins que...

  • Juillet 2018 : l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Italie, la Belgique sont touchés par une terrible vague d'attentats ; les tensions en mer de Chine font craindre le début d'une troisième guerre mondiale. La France semble épargnée, jusqu'à ce qu'on retrouve un cadavre, calciné et mutilé, attaché à un arrêt de bus, puis un deuxième.
    Au troisième corps supplicié découvert place Beauvau, un mystérieux correspondant annonce l'imminence d'une catastrophe : la France est prise de panique. Le président de la République demande que l'enquête soit confiée à une jeune et brillante commissaire, Fatima Hadj. Elle a vingt jours pour arrêter l'auteur de ces assassinats barbares. Sinon...
    Pour la première fois, Jacques Attali livre un thriller haletant dans lequel on croise des politiciens sans foi ni loi, des policiers borderline, des mercenaires prêts à tout, des espions plus ou moins doubles, des journalistes mythomanes. Et nous plonge au coeur de secrets d'État, qu'il connaît intimement.
    Une enquête trépidante dans un futur proche et chaotique, terriblement vraisemblable.

  • « Plus de dix ans après la crise de 2007, rien n'est réglé. Partout, on a retardé les solutions politiques, économiques, technologiques : plus de monnaie, plus de dette, plus de procrastination, plus de promesses ! Avec l'espoir que le progrès technique, la croissance ou la Providence résoudront tout...
    La question n'est pas de savoir si une prochaine crise va éclater, mais quand, et quels seront le déclencheur et le déroulement. Qu'elles soient financières, écologiques ou géopolitiques, ou qu'elles s'enchaînent par un effet de domino, ces crises trouveront leur source dans la priorité donnée au flux sur le stock, à la consommation sur l'épargne et l'investissement, au plaisir sur le patrimoine. J'en imagine ici les différents scénarios probables à court terme et leurs conséquences dévastatrices au niveau planétaire.
    L'heure n'est toutefois ni au pessimisme ni à la résignation, mais à l'action positive. C'est aussi l'objet de ce livre que d'aider chacun à se protéger de ces crises qui s'annoncent, et même à en tirer le meilleur. On peut avoir le sentiment que tout cela est hors de portée. Cela ne l'est pas. Cela pourrait le devenir, dans vingt ans, si l'on n'a rien fait d'ici là. Si on agit, je suis convaincu que le siècle à venir peut être prodigieux de paix, de bonheur et de sérénité pour tous. »J. A.

  • Une vie vouée à la tolérance pour résoudre les impasses du monde, la preuve que la vérité et les forces de l'esprit peuvent l'emporter en efficacité sur les solutions violentes.
    A l'approche du 60e anniversaire de la mort de Gandhi, une grande leçon pour l'humanité.

  • « Une vie bonne, libre, épanouie le sera davantage si on la traverse en ayant la chance de fréquenter aussi souvent que possible les plus grands chefs-d'oeuvre de la création humaine. Ils constituent un formidable moyen de découvrir les autres, le monde et soi-même.
    Aussi m'est-il venu l'idée d'oser dresser une liste des principaux romans, essais, films, oeuvres musicales, tableaux, monuments, sculptures et sites de toutes les cultures. J'ai mis plusieurs décennies à établir cet inventaire. C'est une immense joie que de partager cet essentiel humble et subjectif auquel chacun devrait avoir accès. Un essentiel à portée de tous. Un essentiel qui surprendra, quelle que soit sa culture d'origine.
    Et maintenant, lisez, écoutez, regardez, vivez ! »J. A.  Écrivain, Jacques Attali est l'auteur de plus de soixante-dix romans, essais, biographies, pièces de théâtre. Il est le fondateur de cinq institutions internationales, dont Positive Planet, qu'il préside aujourd'hui. Il a également dirigé plusieurs orchestres à travers le monde.

  • Que vais-je devenir ? Serai-je heureux en amour ? Dans mon travail ? Quand et comment vais-je mourir ? Que réserve l'avenir à ceux que j'aime ? À mon pays ? À l'humanité ? À la planète ?
    À toutes ces questions, les hommes ont longtemps cherché - et cherchent encore - les réponses dans des techniques à l'efficacité incertaine - les astres, les cartes, les lignes de la main, le hasard... Aujourd'hui, dans un monde de plus en plus interdépendant, des machines ultra-performantes semblent à la veille d'être vraiment capables de prédire notre destin. En anticipant nos comportements dans bien des domaines, elles menacent d'instaurer une dictature de la prédiction, au profit de quelques puissances. Car le savoir sur l'avenir a toujours été un instrument de pouvoir.
    Pour ma part, je ne veux pas croire que notre liberté sera ainsi définitivement perdue. Il me paraît au contraire possible de prévoir son propre avenir. Non pour s'y soumettre, mais pour décider du cours de sa vie. Pour être à l'avant-garde de soi même.
    Je vous livre ici ma méthode, faite de raison et d'intuition, pour vous aider à déchiffrer ce que sera votre destin, notre destin. 
     

  • "Il y avait un homme qui, à douze ans, avec des barres
    et des ronds, avait créé les mathématiques ; qui, à seize, avait fait
    le plus savant traité des coniques qu'on eût vu depuis l'Antiquité ; qui,
    à dix-neuf, réduisit en machine une science qui existe tout entière dans
    l'entendement ; qui, à vingt-trois, démontra les phénomènes de la pesanteur
    de l'air, et détruisit une des grandes erreurs de l'ancienne physique
    ; qui, à cet âge où les autres hommes commencent à peine de naître, ayant
    achevé de parcourir le cercle des sciences humaines, s'aperçut de leur
    néant et tourna ses pensées vers la religion ; qui, depuis ce moment jusqu'à
    sa mort, arrivée dans sa trente-neuvième année, toujours infirme et souffrant,
    fixa la langue que parlèrent Bossuet et Racine, donna le modèle de la
    plus parfaite plaisanterie, comme du raisonnement le plus fort ; enfin
    qui, dans les courts intervalles de ses maux, résolut, par abstraction,
    un des plus hauts problèmes de géométrie, et jeta sur le papier des pensées
    qui tiennent autant du Dieu que de l'homme. Cet effrayant génie se nommait
    Blaise Pascal.

  • L'auteur :
    Polytechnicien, énarque, ancien conseiller spécial du président de la République pendant onze ans, créateur et premier président de la BIRD, Jacques Attali a brillé comme auteur dans de nombreux genres différents : histoire (1492), essais (La Figure de Fraser), mémoires (Verbatim), romans (Le premier jour après moi, La Vie éternelle, Au-delà de nulle part, La Femme du menteur), et enfin théâtre : une pièce jouée en janvier avec Gérard Depardieu dans le rôle de Charles Quint (Les Portes du ciel). Il s'est déjà essayé avec grand succès à la biographie dans Un homme d'influence, consacré au banquier G. Warburg, et Blaise Pascal ou le génie français.

    ***
    Par Jacques Attali, romancier et essayiste, conseiller de François Mitterrand et biographe de Pascal, fondateur de la BIRD et auteur d'Un homme d'influence consacré au grand banquier Warburg, voici la première fresque historique sur un sujet aussi passionnant que sulfureux puisqu'il n'a cessé d'alimenter l'antisémitisme avec la caricature du juif en accapareur, usurier et avare : les relations de ce petit peuple nomade, pourchassé, relégué et dispersé avec le maître du monde : l'Argent.

  • Phares ; 24 destins

    Jacques Attali

    « Voici vingt-quatre personnages dont les destins sont plus fous, plus riches en péripéties et en contradictions que ceux des héros de n'importe quel roman. Vingt-quatre découvreurs, artistes, philosophes, révoltés, utopistes qui ont donné un sens au devenir du monde. Chacun d'eux tente de répondre à la même question : comment devenir soi quand tout se ligue pour vous en empêcher ? Tous ne sont pas des modèles ; il n'empêche, ils me guident vers l'abri, le refuge, le port. Ils sont des lueurs dans la nuit de l'ignorance, de l'aveuglement ou du désarroi. Des sources de jubilation aussi, par ce qu'ils disent de la grandeur de l'Esprit. C'est de ceux-là que je vais raconter les aventures. Ce sont ceux-là, j'en fais le pari, dont la compagnie sera bientôt la plus recherchée : notre monde a besoin de phares. » J. A.Confucius, Aristote, Açoka, Boèce, Hildegarde de Bingen, Ibn Rushd, Maïmonide, Thomas d'Aquin, Giordano Bruno, Caravage, Thomas Hobbes, Madame de Staël, Simon Bolivar, Charles Darwin, Abd el-Kader, Walt Whitman, Shrîmad Râjchandra, l'empereur Meiji, Walther Rathenau, Thomas Edison, Marina Tsvetaïeva, Richard Strauss, Hô Chi Minh, Amadou Hampâté Bâ

  • Certains sujets exigent le théâtre. Il serait vain de les traiter autrement. Il y faut une confrontation physique du spectateur avec l'enjeu, faire vivre des dialogues, imaginer tout ce qui glisse entre les mots et qui leur donne leur sens. On doit y trouver tout ce qui fait la vie : les rires, les larmes, les silences, les balbutiements.J. A.

  • - 50%

    L'Union européenne (UE) est devenue une forteresse ultralibérale. D'élargissement en élargissement, de guerre économique en ouverture des marchés, le piège de la construction européenne s'est refermé sur les peuples, priés d'accepter cet eurolibéralisme à marche forcée. Devant le mécontentement grandissant des citoyens, certains partis appellent à réformer « l'Europe » de l'intérieur, sans jamais dire comment y parvenir. Rien de surprenant, puisque les institutions furent verrouillées pour, justement, interdire tout changement d'orientation. Des gouvernements traînent parfois des pieds, et retardent la transcription de directive quitte à se faire tirer l'oreille. Mais ils finissent toujours par se plier aux exigences libérales du droit communautaire. Pour rompre avec cette Europe du capitalisme, il faut assumer une autre position : celle de la désobéissance européenne. Mettre en place des politiques sociales et environnementales nécessitera souvent de construire un droit national en rupture avec le droit européen. Il faudra inverser la hiérarchie des normes pour que ce droit national prime à nouveau sur le droit communautaire. Tout le monde le sait, mais personne ne le dit. C'est la raison pour laquelle les programmes politiques de nombreux partis progressistes sont totalement incohérents et conduisent à l'échec électoral. Face au plus grand tabou politique de notre époque, ce livre met les pieds dans le plat : des États courageux, à commencer par la France, doivent provoquer une crise institutionnelle salutaire en désobéissant à l'UE.

  • " Penser la modernité, son histoire et son avenir, est d'une redoutable urgence. Penser son histoire permet de comprendre l'idée qu'une société, siècle après siècle, se fait de son futur, à travers son gouvernement, ses moeurs, son art, ses modes, ses utopies. Et penser son avenir, c'est imaginer l'idée qu'on se fera, à l'avenir, de l'avenir. Tâche particulièrement fascinante.
    Aujourd'hui, pour l'essentiel de la planète, la modernité, c'est l'Occident. Faut-il s'en réjouir ? Faut-il revenir aux conceptions antérieures de la modernité, qui ne voyaient l'avenir que dans l'espérance religieuse ? Ou faut-il faire fleurir les germes artistiques, scientifiques, culturels, politiques d'une nouvelle modernité, altruiste, une utopie modeste qui fera du bonheur de l'autre, en particulier de celui des générations à venir, la condition du nôtre ? " J.A.

  • Voici aujourd'hui l'état de la théorie des modèles politiques. Le lecteur sera sans doute un peu déçu par le caractère généralement sommaire, parfois même naïf, maintes fois souligné tout au long de ce livre, de certains modèles ou de certaines analyses. Nous espérons seulement qu'il sera convaincu qu'il s'agit là des premiers balbutiements d'une science nouvelle. Les méthodes et les concepts dégagés ici sont plus importants que les résultats proprement dits, évidemment sommaires, et parfois très contestables. Cette remarque est importante, à un moment où la théorie politique dans son ensemble est à la croisée des chemins : la multiplicité des concepts, des idées, des thèses qui s'affrontent ; la complexité des situations concrètes dans lesquelles elles s'inscrivent ; la concurrence de plusieurs méthodes d'analyse récemment proposées rendent de plus en plus difficile l'énoncé de règles générales et prédictives concernant l'évolution des sociétés et des remèdes à apporter aux faiblesses de leur organisation.

  • Quelle vie ! Et quelle histoire... Celle de Denis Diderot, sans doute le plus grand esprit du XVIIIe siècle. Il est d'abord resté dans l'histoire pour avoir mené à bien, luttant pendant vingt ans contre toutes les censures, l'extraordinaire aventure de l'Encyclopédie, premier recueil mondial de l'état de sciences et des idées, mais il est aussi un philosophe et un écrivain génial qui s'est essayé à tous les genres, le roman, le théâtre d'avant-garde, les premières critiques d'art... Esprit universel, mû par un insatiable curiosité, Diderot couvre tous les champs du savoirs, des mathématiques à la poésie, de la science politique à la biologie, où ses intuitions annoncent celles de Darwin. Eternel rebelle, refusant de courtiser les princes et rêvant de les conseiller, ami de Rousseau, D'Alembert, Condillac, Helvetius - et de la plupart des grands esprits de son temps qui lui doivent souvent beaucoup de leurs idées -, il est aussi un formidable amoureux. En témoigne sa correspondance avec Sophie Volland, un sommet de littérature amoureuse. Diderot incarne le bonheur de penser, dont il a fait une activité à plein temps, aussi vitale pour lui que manger ou boire pour d'autres. Avec le souffle qui ont fait de ses biographies de Gândhî et de Karl Marx des succès, Jacques Attali livre une fascinante vie de Diderot, une vie qui nous donne à réfléchir à ce que l'homme peut être de meilleur, à un moment où le XVIIIe siècle paraît se répéter, pour le meilleur ou pour le pire.

  • Lors d'une conférence à Genève, en janvier 2015, Tristan, brillant professeur de mathématiques à l'université de Princeton, tombe sous le charme d'une mystérieuse jeune femme, Yse, qui semble disposer, comme lui, de dons de prescience...
     
    Saura-t-il empêcher l'immense catastrophe qu'elle prévoit ? La guerre mondiale qu'il devine aura-t-elle lieu ?De Rome à Paris, de Venise à Angkor, de Vârânasî à Jérusalem, Yse l'entraîne à la recherche de savoirs anciens qui pourraient l'aider à relever ces défis.En racontant leur histoire d'amour et l'étrange pacte qui les lie, Jacques Attali rompt l'ordonnancement du temps et pose les questions qui hantent l'humanité depuis ses commencements : peut-on échapper à son destin, tel que les autres le prévoient ou le décident ? Pouvons-nous faire en sorte que notre vie ne se réduise pas à ce que les autres en disent ? Écrivain, Jacques Attali est président de PlaNet Finance. Il livre ici son huitième roman, après La Vie éternelle, roman, Le Premier Jour après moi et La Confrérie des Éveillés.

  • « Ce qui se joue aujourd'hui est une question de vie ou de mort. Pour la démocratie. Pour la France. La crise est là, et peut-être pour longtemps. Confronté à l'impitoyable concurrence des autres nations, notre pays peut encore s'en sortir. Il peut tout autant décliner jusqu'à l'effondrement. Que faire ? Agir dès maintenant. Dans les douze mois. Mettre en oeuvre une série de réformes précises dont je livre ici le détail. Avant tout, il s'agit d'une question de volonté: sommes-nous prêts à affronter le monde comme il est, en nous en donnant les moyens, avec le sourire de la confiance ? Ce livre est un programme d'action, une incitation à remettre en cause les situations de rente, une supplique en vue de penser à l'intérêt des générations à venir. Mon ambition est d'aider les Français, et pas seulement les gouvernants, à prendre conscience de cette urgence, de leurs atouts comme de leurs lacunes, et à parcourir au plus vite le chemin qui les conduira à l'action. Avant que d'autres forces, hélas bien plus sombres, ne nous imposent d'emprunter la même voie au pas de l'oie. » J.A.

empty