• Dieu existe-t-il vraiment ? Est-ce lui qui a créé le Ciel et la Terre ? Et comment accepter quil tolère les guerres, les maladies, le Mal ? Peut-on croire à la résurrection de Jésus ? Quelle est la différence entre le Dieu des chrétiens, celui des juifs,

  • « J'avais 10 ans en 1940, qqand éclata la première grande bataille de la Seconde Guerre mondiale, en France. Elle se termina par la victoire du dictateur allemand Adolf Hitler. À Dunkerque, où je vivais.
    J'avais 10 ans, et je rêvais, je voulais, je croyais que les Français allaient gagner, comme ils l'avaient fait vingt ans plus tôt, sur la Marne et à Verdun. Mais j'ai connu le drame d'une défaite comme mon pays en avait rarement subi.
    Et j'étais au coeur de cette bataille.
    J'ai vu les troupes anglaises la quitter, pour rentrer chez elle. J'ai aussi assisté, dans ma rue, aux tristes défilés de milliers de prisonniers français dont bon nombre avaient protégé ce départ, en luttant jusqu'à la dernière nuit, au soir du 3 juin. Depuis, j'ai toujours cherché à comprendre les raisons et le sens de la tragédie de Dunkerque, fouillé bien des archives. C'est pourquoi je veux apporter ici mon témoignage et le résultat de les recherches.»

    C'est avec ces mots que s'ouvre le livre de Jacques Duquesne. Mêlant la grande histoire aux souvenirs de son enfance à Dunkerque, il raconte avec le talent qu'on lui connaît cette tragédie oubliée, enfouie dans les mémoires par les quatre années de conflit qui suivirent. Face aux Allemands, irréductibles et impétueux, la défaite des Alliés fut particulièrement cuisante. Quel jeu jouèrent vraiment les Anglais? L'ultime polémique de cette guerre est-elle toujours d'actualité?

  • Dieu, malgré tout

    Jacques Duquesne

    • Stock
    • 2 Novembre 2005

    Génocides, attentats, tsunamis... La sinistre actualité peut chaque jour nous faire douter de l'attention que Dieu porte aux hommes et même reposer la question de son existence. Dans ce monde troublé, l'Église se cramponne trop souvent à des certitudes d'un autre temps. Parce que Jacques Duquesne est tout à la fois un honnête homme, un grand connaisseur de la pensée de l'Église et un catholique engagé, il remet tout à plat pour que chacun puisse savoir ce qu'il faut conserver et ce qu'il faut rejeter de deux mille ans de pensée chrétienne. Cet essai magistral permet de mieux comprendre nos propres questionnements en réabordant les sujets essentiels : le Bien, le Mal, la place de Dieu et celle de l'Homme.
    />
    Dans cette lettre ouverte solidement documentée, Jacques Duquesne nous aide à trouver des réponses aux vraies questions que se posent tous les chrétiens : comment Croire et vivre sa Foi malgré tout, comment continuer d'espérer le Salut ? Avec ce livre, les incroyants ne pourront qu'être sensibles à ce dépoussiérage de la pensée chrétienne.

  • Alice van meulen

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 20 Mars 1985

    Elle ne se comporte pas comme tout le monde, Alice Van Meulen, elle ne se plie pas à l'esprit de son temps, celui de la France de 1881. Femme, elle prétend diriger une usine et fonder un négoce. Jeune veuve issue de la bourgeoisie catholique, mère d'un petit garçon, elle veut épouser un anticlérical, dans une France qui se déchire à propos de l'Ecole et de l'Église. Cet homme, elle le conquiert et le demande en mariage. Pourtant, Alice Van Meulen souffre, aime, lutte et nous séduit autant par sa fragilité que par sa force et sa tendresse.
    Autour d'elle on retrouve tous les personnages qui ont fait le succès du dernier roman de Jacques Duquesne, à commencer par Maria Vandamme elle-même, Blaise Riboullet le maçon creusois, et la famille de l'industriel Arthur Rousset. Et les Flandres enfin, hautes en couleur et riches en traditions.

  • Une voix la nuit

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 27 Septembre 1979

    Maméno - ainsi l'appelle Mic, son petit-fils de treize ans - est une vieille dame que la paralysie a clouée sur un fauteuil roulant. Un soir, une nuit, il suffit d'un coup de téléphone pour soudain bouleverser cette vie quiète et résignée : au bout du fil, un inconnu appelle au secours "SOS Isolés". Atteint d'un cancer qu'il croit incurable, il a décidé de se tuer le soir même.
    Surprise, déconcertée, Maméno n'ose pas avouer tout de suite à cet homme qu'il a formé un faux numéro. Ensuite, comment faire ? Il faut entrer dans le jeu. Et c'est ainsi que la grand-mère et son petit-fils entament la plus singulière des courses contre la mort. Exaltante et imprévisible aventure, digne d'un roman policier, il s'agira pour Maméno de maintenir sans cesse le contact avec son mystérieux correspondant, tandis que Mic fonce dans la nuit pour tenter d'identifier le désespéré avant qu'il ne soit trop tard. Y parviendront-ils ?
    Ce serait contraire aux lois du genre que de le révéler, mais on peut assurer qu'au terme de cette quête captivante, ni l'enfant ni la vieille dame ne sont plus les mêmes, comme si la vie ou la mort d'un étranger suffisait à remettre en question les joies, les valeurs essentielles que le quotidien nous fait trop souvent oublier.

  • Le diable

    Jacques Duquesne

    Jésuss'attaque à celui qui va défier Dieu, le premier des anges, le plus intelligent, qui s'appellera Satan et hantera à jamais notre imaginaire.0500 Beaucoup ? davantage qu´on ne le pense ?y croient encore. Il est partout : au cinéma comme dans la peinture,dans le langage comme dans la chanson. Et surtout dans les esprits.
    Beaucoup,pourtant, ignorent son histoire, parfois pittoresque mais souventtragique, qui n´est pas peuplée seulement de sorcières mais aussi desavants. Et qui aboutit à ce constat surprenant : les Egliseselles-mêmes ne savent plus s´il faut y croire.0300 Beaucoup ? davantage qu´on ne le pense ? y croient encore. Il est partout : au cinéma comme dans la peinture, dans le langage comme dans la chanson. Et surtout dans les esprits.
    Beaucoup, pourtant, ignorent son histoire, parfois pittoresque mais souvent tragique, qui n´est pas peuplée seulement de sorcières mais aussi de savants. Et qui aboutit à ce constat surprenant : les Eglises elles-mêmes ne savent plus s´il faut y croire.

  • Une étrange histoire. Voilà des évêques qui se font photographier à Vichy entre Pétain et Laval, approuvent la Révolution nationale, n'ont pas un mot pour protester contre la législation antisémite (même s'ils contribuent à sauver bien des juifs). Et ces mêmes évêques, dans le même temps, préparent le grand bouleversement de l'Eglise, lancent les premiers prêtres-ouvriers et condamnent le capitalisme libéral. Cet apparent paradoxe n'est pas le seul élément surprenant d'une période contrastée, riche en héroïsmes et en lâchetés. Jacques Duquesne a écrit l'histoire la plus complète de ce que fut cette période pour les catholiques de France. Une histoire qui explique la situation actuelle de l'Église et ses rapports avec la société française.

  • La morale, c'est ce que nous souhaitons trouver chez les autres. Comme nos parents l'ont souhaité. Comme leurs ancêtres l'ont souhaité avant nous. Nous souhaitons avoir affaire à des gens qui ne soient ni méchants, ni menteurs, ni traîtres, ni cruels. Et nous savons qu'un monde dont la morale aurait disparu serait un monde barbare, invivable. Ce livre ne prétend évidemment pas apporter des solutions à tous les problèmes. Je souhaite, en revanche, rappeler des principes, les préciser. Non en philosophant sur eux - j'en serais bien incapable - mais en rassemblant quelques textes, des récits, des histoires, des poèmes, des chansons, qui les mettent en valeur, ou font réfléchir" comme on dit. Et parfois en les commentant. Car les principes sont une aide. Et la morale, il faut le répéter à cor et à cri, est faite aider, non pour gêner. En somme, pour trouver le bonheur, grâce aux vertus."

  • Des prêtres quittent le clergé. En claquant la porte ou ayant obtenu de Rome les autorisations nécessaires. Naguère, leurs départs s'expliquaient par des troubles psychologiques, la perte de la foi, ou le désir de se marier. Depuis quelques années, une autre attitude est fréquente : celle des prêtres qui contestent l'Église, veulent la quitter pour purifier leur foi, veulent quitter le clergé pour rester prêtres. Ils dissocient le sacerdoce et le genre de vie imposé aux membres de ce corps social qu'ils pensent condamné. La condition faite aux membres du clergé explique à la fois ces départs, la crise profonde que l'on peut discerner chez ceux qui restent, et la chute des vocations.

    L'Église de demain devra-t-elle donc se passer de prêtres ? Sinon, il faut alors changer radicalement la condition du prêtre. Il faut détruire le "clergé". L'auteur analyse certains des éléments qui devraient permettre la "déclergification" du sacerdoce : mariage, travail professionnel exercé par des prêtres, spécialisation des tâches, nouvelle organisation de l'Église, etc.

    Sans prétendre résoudre entièrement le problème posé, ce livre voudrait ouvrir de nouvelles voies constructives aux débats actuels sur la crise du sacerdoce.

  • Dieu existe-t-il encore pour l'homme d'aujourd'hui ? À cette question essentielle, parfois étouffée par le tintamarre des contestations quotidiennes, la mode est aujourd'hui de répondre par la négative. Au terme d'une vaste enquête, Jacques Duquesne, au contraire, n'hésite pas à donner une réponse positive. Alors que l'on clame la mort de Dieu, il montre que la faim d'un Dieu n'a jamais été aussi vive que dans notre monde tourmenté. Alors que l'on trace un portrait-robot de l'homme moderne animé seulement par les froides impulsions de la raison, il décèle dans l'art, l'astrologie, mais aussi le phénomène hippie ou les événements de mai 1968, les mille signes d'un mouvement de re- sacralisation. Les trois-quarts des Français et des Allemands, la quasi- totalité des Américains affirment croire en Dieu. Mais en quel Dieu ? Sortie de secours pour homme angoissé, divertissement pour homme programmé, père Noël barbu, rival malintentionné, grand architecte de l'univers, ou force lointaine et inconnue le Dieu des hommes d'aujourd'hui présente mille visages, archaïques ou modernes. Mais il est rarement le Dieu de Jésus-Christ même chez les chrétiens, dont la foi est en morceaux. Et à son sujet, les Églises, affairées aux problèmes de leur propre organisation, sont trop souvent silencieuses. Dans ces pages denses, vigoureuses et sereines, Jacques Duquesne brosse en une vaste fresque le panorama des croyances, des incroyances et des refus des hommes d'aujourd'hui : détruisant bien des idées reçues, son livre fera date.

    Collaborateur de l'Express, Europe n° 1, et Panorama aujourd'hui, Jacques Duquesne a déjà publié chez Grasset plusieurs livres : Les Prêtres, Les Catholiques sous l'Occupation, Demain une Église sans prêtres ? qui ont eu un grand retentissement.

  • La Révolution, le Christ : c'est un surprenant mariage. Les catholiques, on les croyait de l'autre bord, ou préoccupés de problèmes de nature différente. Or des chrétiens se retrouvent dans les mouvements gauchistes. Il en est qui adhèrent au parti communiste. Des évêques déclarent que l'Église doit être une force de contestation. Des théologiens élaborent une théologie de la Révolution. Au Chili, les catholiques ont aidé le marxiste Salvator Allende à conquérir le pouvoir. Au Guatemala, une religieuse a pris le maquis. Au Brésil des religieux et des laïcs catholiques sont arrêtés torturés. Également en Espagne et au Sud Vietnam. La fascination de la gauche, voire de l'extrême gauche, s'exerce sur toutes les églises du monde sans que la hiérarchie ecclésiastique s'indigne ou condamne.

    Du coup, toutes les données du jeu politique sont bouleversées et l'équilibre de nations, voire de continents entiers, est menacé puisque l'Église incarnait, de tradition, le plus fidèle soutien des pouvoirs établis, le plus s-r garant de l'ordre.

    Ce livre ne décrit pas seulement, en une fresque surprenante, ce phénomène mondial : il l'analyse et l'explique. Il met à jour ses racines historiques, recense les voies de passage (parfois inattendues) du christianisme à l'extrême gauche, fait le point sur la situation de l'Église et la politique du Vatican, montre les catholiques révolutionnaires en quête d'une difficile conciliation entre Marx et Jésus, évalue leur influence dans le mouvement révolutionnaire.

  • Les 13-16 ans

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 23 Octobre 1973

    Jacques Duquesne présente une enquête de l'Ifop.

    Les adolescentes de 13 à 16 ans " contestent " beaucoup plus volontiers que les garçons du même âge. Les jeunes du milieu ouvrier sont bien plus attachés aux valeurs familiales traditionnelles que les enfants des cadres. De nombreux adolescents " en ont ras-le-bol de l'école " mais jugent leurs professeurs avec sympathie. Un tiers seulement estiment qu'ils n'ont pas assez de liberté dans les relations entre garçons et filles. Ils vont de moins en moins à la messe et, à leurs yeux, l'Église n'a pas tellement changé depuis quinze ans. Ils se méfient de la politique mais trouvent normal de manifester.

    Ce sont quelques-unes des mille et une informations apportées par l'enquête-sondage de l'Ifop, la plus vaste jamais réalisée en France sur cette génération surprenante et déroutante. Jacques Duquesne, déjà auteur d'un livre sur " les 16-24 ans " aujourd'hui Rédacteur en chef du " Point ", présente et commente cette enquête, à la lumière des travaux de nombreux chercheurs, sociologues, psychologues et éducateurs. Il brosse ainsi le portrait d'une nouvelle génération plus " traditionnelle " qu'on ne le croit, et plus " révoltée " qu'il n'y paraît.

  • Catherine courage

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 13 Janvier 1993

    Parce qu'un jour de printemps un enfant est mort dans ses bras, le destin de Catherine, la fille de Maria Vandamme, a basculé : elle a décidé de devenir médecin. Mais, dans le monde de 1891, une telle ambition est folie pour une femme : toutes les portes, ou presque, sont closes. Catherine va les ouvrir une à une, se lancer dans les aventures les plus risquées avec obstination, générosité et courage, tout comme sa mère, vingt-cinq ans plus tôt. Aimée et désirée d'abord par Paul, un jeune journaliste qui, pour autant, ne comprend guère son ambition, puis par Jérôme qui, lui, saura l'aider, encouragée autant que détestée par son entourage, elle traverse, depuis le Nord jusqu'à Paris, les salons et les taudis, les salles de rédaction et celles des hôpitaux. Et trouve enfin le succès et l'amour.

    Catherine Courage complète la trilogie commencée avec Maria Vandamme et Alice Van Meulen.

  • Laura C.

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 16 Février 1994

    Il y a quelques années, Jacques Duquesne a reçu d'un notaire l'avis qu'une Laura C. s'était suicidée et lui léguait ses manuscrits de romans impubliés. Ce qu'il a découvert l'a bouleversé et il a imaginé, à partir de ces documents, l'histoire que voici : en Allemagne, dans les années 30, la petite Laura vit avec son père hitlérien et sa mère qui a un amant juif. Celle-ci bientôt chassée du foyer, Laura va connaître une longue errance : Berlin, Hambourg, la Suisse, Paris où elle retrouve sa mère. Paris : un sursis. Avec l'arrivée des Allemands, l'errance va recommencer ; d'abord le centre de la France, puis Nice, entre une mère divorcée d'un nazi et un beau-père juif. La France de l'exode, la France de l'Occupation et de Vichy, le cauchemar. A la Libération Laura, victime d'un passé trop lourd, choisira le suicide.

  • Le Dieu de Jésus

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 3 Septembre 1997

    On nous dit : le Dieu chrétien est amour, mais il vous jettera en enfer ou au paradis jusqu'à la fin des temps. Il nous a donné son fils Jésus, il l'a condamné à mourir sur la croix, mais c'est pour racheter nos péchés... On nous dit : le Dieu chrétien est tout-puissant, il peut tout pour l'homme et tout contre lui. Mais si Dieu n'était pas tout à fait celui que nous croyons ? Depuis deux millénaires, l'Église et la tradition ne nous transmettent-elles pas ainsi la vérité d'un Dieu omniscient et omnipotent, vengeur, calculateur ? Ne sommes-nous pas prisonniers d'images archaïques ? Qui donc est ce Dieu qui fonde une religion de souffrance et de larmes ? Et si nous ne connaissions pas le Dieu révélé par la vie et l'enseignement de Jésus ? Et si ce Dieu pouvait échouer ? Et s'il n'avait jamais voulu que son fils meure sur la croix ? Et s'il avait créé un monde inachevé pour un homme inachevé ? Autant de questions qu'on évoque peu... Comme dans son Jésus, Jacques Duquesne explique, argumente : « le Dieu révélé par Jésus était si différent de ce que les hommes pensaient être la divinité, que son visage a été déformé dès qu'il eut cessé de parler directement ».

  • Les prêtres français, séculiers et réguliers, sont aujourd'hui au centre d'un passionnant débat. Le grand mouvement qui entraîne l'Église depuis Jean XXIII remet en cause les conditions de l'exercice du ministère sacerdotal dans une société française en pleine transformation. Qui sont les prêtres, d'où viennent-ils, comment sont-ils formés, comment vivent-ils, comment évoluent-ils, quels sont, en France, leurs problèmes ? Ces questions, les laïcs se les posent, mais aussi les prêtres eux-mêmes, partisans ou non de cette évolution, qui se demandent quelle est leur place dans le monde moderne et ce qu'elle sera demain. Les recherches, les incompréhensions, les heurts, mais aussi les espérances et les expériences des uns et des autres ont fait l'objet d'une longue enquête de Jacques Duquesne. Elle est publiée aujourd'hui dans ce livre important, écrit sans parti-pris polémique.

  • Les prêtres français, séculiers et réguliers, sont aujourd'hui au centre d'un passionnant débat. Le grand mouvement qui entraîne l'Église depuis Jean XXIII remet en cause les conditions de l'exercice du ministère sacerdotal dans une société française en pleine transformation. Qui sont les prêtres, d'où viennent-ils, comment sont-ils formés, comment vivent-ils, comment évoluent-ils, quels sont, en France, leurs problèmes ? Ces questions, les laïcs se les posent, mais aussi les prêtres eux-mêmes, partisans ou non de cette évolution, qui se demandent quelle est leur place dans le monde moderne et ce qu'elle sera demain. Les recherches, les incompréhensions, les heurts, mais aussi les espérances et les expériences des uns et des autres ont fait l'objet d'une longue enquête de Jacques Duquesne. Elle est publiée aujourd'hui dans ce livre important, écrit sans parti-pris polémique.

  • Aurélie n'a pas tout à fait vingt ans. Elle est belle, décidée, croyante, engagée dans les grèves et les troubles de l'avant-guerre, et amoureuse passionnée d'un jeune militant communiste qui va participer à la guerre civile espagnole. Mais, dans la vie d'Aurélie, le drame côtoie toujours l'amour. Parce qu'elle est une enfant perdue, pourtant toujours recherchée par sa famille de riches industriels du nord de la France, une famille que sa disparition déchire. Parce qu'elle-même, Aurélie, prend mal les engagements de son fiancé. Parce que les ambitions se heurtent dans le monde de la presse, du travail, des affaires. Dans ce deuxième tome de la grande saga Les Héritières, ils sont tous de retour : Aline, la soeur aînée, Blandine, qui, avec son mari, a fui l'Allemagne nazie pour se réfugier en France, Céline, rentrée en catastrophe de Madrid, où son mari diplomate était en mission, pour diriger un magazine féminin, Laurent Surmont-Rousset, enfin, le vieux chef de l'empire industriel familial. De Paris à Madrid, de Munich à Cognac et Lille, mêlés à l'agitation et aux drames d'une époque joyeuse et menacée, forts et faibles à la fois, ils s'affrontent, se retrouvent, et se croisent sans toujours se reconnaître.

  • C´est l´histoire d´un jeune professeur qui veut savoir comment son père, cultivateur, a combattu en Algérie.

    Et qui va de découverte en découverte.



    C´est aussi l´histoire d´un poste de soldats français presque isolé dans une zone montagneuse.



    Et c´est encore l´occasion d´une réflexion sur la violence et le mal.



    Mais c´est d´abord un roman.

  • « Le Nord ne se livre pas aisément. Je le sais : j'en suis. Je lui appartiens comme l'aube appartient à la terre. Pourtant, il m'arrive toujours, au hasard d'un voyage ou d'une rencontre, de découvrir une richesse inconnue, une beauté insolite, une histoire forte, plaisante ou tragique. Car cette région pudique est chaude comme un coeur, bigarrée comme un marché, mystérieuse comme un rêve. Pour la contraindre à livrer peut-être son secret, j'ai déambulé dans ce livre à travers mémoire collective et souvenirs personnels. »J.D.Jacques Duquesne, journaliste et écrivain, est un homme du Nord. Né à Dunkerque, il est toujours demeuré profondément attaché à ses origines qui ont inspiré ses meilleurs romans, notamment Maria Vandamme (Prix Interallié 1983) et Alice Van Meulen qui ont connu un succès considérable.

  • Maria vandamme

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 21 Septembre 1988

    Voici l'histoire d'une femme et d'un amour, et aussi l'histoire d'un peuple. Au temps des crinolines, alors que surgissent les somptueux grands magasins et les immenses usines qui annoncent l'entrée de la France dans une ère nouvelle, Maria Vandamme, jeune femme du Nord, belle et ardente, qui compte pour rien, aspire à devenir quelqu'un. Habitée de la passion de comprendre le monde, d'être heureuse et d'aimer, elle sera entraînée, de Lille en 1862 à Versailles au temps de la Commune, dans un tourbillon d'aventures. Autour d'elle, Céleste et Arthur Rousset, les industriels du textile, le cocher belge Aloïs, Blaise Riboullet, maçon creusois, le pieux docteur Dehaynin, Baleine, le vieux marin, et des dizaines d'autres forment une vivante fresque, animent ce beau et grand roman où alternent scènes intimistes et tableaux de la vie collective. Un bonheur de lecture.

  • Au debut d'un bel ete

    Jacques Duquesne

    • Grasset
    • 3 Février 1988

    Mère envolée, père surmené, Jérôme, treize ans, apprend silencieusement la solitude et le besoin d'amour. Son seul ami, Gavroche, l'enfant de toutes les libertés. Quand un cambrioleur s'introduit dans l'appartement, c'est en pensant au courage de Gavroche qu'il trouvera celui de le faire arrêter. Et puis Jérôme disparaît. Sans raison apparente, sans explication. Jeune fugueur comme tant d'autres, il lance ainsi un signal de détresse. Il sera entendu. Par Brendalyne, qui a son âge, et son garde du corps le chat Zarathoustra, par Fiacre, cinq ans, abandonné lui aussi. Leur petite famille bizarre connaîtra bien des aventures avant que tout ne rentre dans l'ordre mais quel ordre ?
    Jacques Duquesne a choisi de cacher sous la tendresse, le rire, le pathétique, la violence secrète d'une société attachée en priorité à son confort et qui en oublie d'aimer avec douceur, de rêver. Les enfants, eux, savent encore. Souvent ils le paient cher.

  • Durant plus de 6 mois, du 14 avril au 5 novembre, Paris et l'Exposition vont devenir le centre de la civilisation, la synthèse du siècle écoulé, le phare du XXe siècle naissant. En 6 mois, 51 millions de visiteurs sont venus parcourir les 112 hectares de cette manifestation.

  • L'Occident connut au XVIIe siècle l'un des plus grands chambardements de son histoire. L'ère de la Méditerranée s'achevait. Le monde capitaliste moderne s'organisait autour de la mer du Nord et, d'une guerre à l'autre, quelques pays se disputaient les atouts de la puissance et de la richesse. Dans cette formidable compétition d'où naîtrait la nouvelle Europe, quelques hommes jouèrent un rôle décisif, trop souvent méconnu ou déformé : les corsaires. Au premier rang de ceux-ci, le légendaire héros dunkerquois, Jean Bart, enfant du peuple que Louis XIV allait anoblir en récompense de sa bravoure, de ses exploits, et du tour nouveau qu'il donnait à la bataille sur mer, à la guerre économique. Du cœur des combats jusqu'aux palais des princes, c'est cette histoire étonnante que Jacques Duquesne raconte dans ce livre où la plume du romancier s'est mise avec bonheur au service de la rigueur de l'historien.
    Jacques Duquesne, né à Dunkerque, journaliste et écrivain, collaborateur du Point (dont il fut longtemps le PDG) et d'Europe 1, a publié plusieurs romans, notamment Maria Vandamme (prix Interallié 1983), qui connut un très grand succès en librairie et à la télévision, mais aussi des livres d'histoire comme Les Catholique français sous l'Occupation et Saint Éloi.

empty