Robert Laffont

  • Entre «L'esprit de famille» et «Marie-Tempête», le combat d'une femme et d'une mère, lancée dans la guerre impitoyable de la politique locale.0300Rien n´a préparé Charlotte, épouse d´un industriel strasbourgeois et mère heureuse de trois enfants à se lancer dans la politique. Pourtant, la mort brutale de son père l´oblige à retourner dans le village de son enfance où elle découvre avec stupéfaction que l´entreprise familiale de jouets en bois est au bord de la faillite et que son père allait être chassé de son poste de maire dont il était si fier. L´homme qui veut profiter de cette situation et détruire la paix du village pour y implanter un hypermarché est justement celui à cause duquel elle a fui quand elle avait vingt ans. Charlotte refuse d´accepter cette situation. Pour l´honneur de son père, pour l´amour de son village et de ses habitants, elle va tenter de sauver l´entreprise paternelle et briguer le fauteuil de maire.Mais cette décision jette le trouble dans son existence paisible. Son mari ne comprend pas l´activisme soudain de sa femme et le ressent comme une infidélité inacceptable. La famille se déchire... Julie, la fille aînée, prend le parti de son père ; Nicolas, le fils, et Millie, la petite dernière, la battante, celle qui rêve d´être un jour journaliste d´investigation, se lancent aux côtés de leur mère sans l´ombre d´une hésitation.Après les accusations d´incompétence, viennent les menaces, les intimidations, les ragots, les calomnies les plus viles, le chantage. Charlotte va apprendre à se bagarrer, à rendre coup pour coup. Elle va apprendre à faire le tri entre les amis et les ennemis, à déjouer les traquenards de la vie politique locale, à mesurer les vrais enjeux derrière les discours mensongers. Si l´on retrouve à travers le personnage de Charlotte le ton et l´univers qui plaît tant au large public de Janine Boissard, on découvre aussi avec bonheur la voix de Millie, la fille cadette. Cette adolescente battante est une Zazie alsacienne qui découvre et décrit le monde qui l´entoure avec une lucidité rare et une franchise qui lui vaudra bien des déboires. Elle sera pour sa mère la plus efficace des collaboratrices... mais aussi la plus dérangeante.

  • « On se tait, on se tient. » Telle est la devise des Saint-Junien. L´arrivée de Nils, « l´enfant prodigue » que personne n´attendait, va faire voler en éclats l´unité de cette famille en apparence si parfaite...Un beau château entouré de vignes, près de Cognac dans les Charentes : c´est celui d´Edmond de Saint Junien, exploitant du « nectar des dieux ». Autour de lui et de sa femme Delphine, leurs trois enfants et leur propre famille vivent sur le domaine. Une seule absente, leur fille Roselyne, qui s´est enfuie le jour de sa majorité, bien des années plus tôt, qui n´a plus jamais donné de nouvelles et qui vient de mourir.

    Quand débarque Nils, le fils de Roselyne (dont personne ne connaissait l´existence), la surprise est de taille - bénédiction pour les uns, méfiance pour les autres. D´emblée, Nils gagne le coeur de ses grands-parents, et de sa cousine Fine, dont il tombe amoureux au premier regard. Charmant, intelligent, il semble se faire rapidement adopter par tous. Jusqu´au jour où un drame affreux se produit : Maria, la fillette des gardiens, est retrouvée assassinée dans la cabane qu´Edmond vient de faire construire à Nils pour ses 18 ans. Et tout l´accuse... Malgré ses protestations d´innocence, Nils est condamné. Libéré pour bonne conduite avant la fin de sa peine, il revient au château, bien décidé à démasquer le vrai coupable, dont il connaît l´identité. Il a enfin entre les mains la preuve qu´il a cherchée pendant des années. Il peut donc faire éclater la vérité. Éclater est le mot : en dévoilant le nom de l´assassin, il risque de briser le coeur de ceux qui lui ont tout donné, qui sont toujours restés à ses côtés, ses grands-parents...

  • D'où vient-il, ce petit bonhomme haut comme trois pommes que Manon, jeune célibataire d'à peine trente ans, découvre un soir sur son paillasson, et qui va mettre sa vie et son coeur sens dessus dessous ?...   0300Hormis son job de présentatrice à la télévision, Manon a mis des barricades autour de tous ses rêves, fuyant une enfance dévastée par un père terrorisant et une mère terrorisée. Elle tient à distance l'amour, ce qui lui reste de famille, les souvenirs, et comme ça elle se croit heureuse, protégée par ses deux mères de substitution, Vic et Armelle, un couple aussi haut en couleur qu'attachant. Et puis arrive ce soir où, rentrant tranquillement chez elle, Manon trouve devant sa porte un tout petit garçon apeuré tandis que, sur son portable, une voix inconnue, masculine, la supplie : « Sauvez-le ! »...  avant de raccrocher brutalement. Elle n'en a aucune envie. Mais l'enfant lève les yeux sur elle : ces yeux, d'un bleu rarissime, unique, ce sont ceux de sa propre soeur, il n'y a pas l'ombre d'un doute. Or cette dernière est morte quatre ans plus tôt dans un incendie, après avoir définitivement coupé les ponts avec Manon et leurs parents. Dès lors, Manon n'a plus le choix : cet enfant tombé du ciel comme un cadeau empoisonné va l'obliger à rouvrir les plaies du passé, à affronter en face tout ce qu'elle s'est évertuée à oblitérer pendant tant d'années. Et surtout à enquêter sur ce qui est réellement arrivé à sa soeur quatre ans plus tôt, devenant à son tour une cible de choix pour les responsables de cette mort tragique maquillée en accident. Heureusement, Manon n'est pas seule dans cette redoutable quête, dont l'amour va bientôt se mêler sous les traits de l'irrésistible Juan, baroudeur au grand coeur...0300Un soir, Manon trouve devant sa porte un tout petit garçon apeuré tandis que, sur son portable, une voix inconnue la supplie : « Sauvez-le ! »... avant de raccrocher brutalement. L'enfant lève les yeux sur elle : ces yeux, d'un bleu unique, ce sont ceux de sa propre soeur, il n'y a pas l'ombre d'un doute. Or cette dernière est morte quatre ans plus tôt dans un incendie, après avoir coupé les ponts avec sa famille... Manon n'a plus le choix : cet enfant tombé du ciel va l'obliger à enquêter sur ce qui est réellement arrivé à sa soeur. Elle devient à son tour une cible de choix pour les responsables de cette mort tragique. Heureusement, elle n´est pas seule dans sa redoutable quête, à laquelle l´amour va bientôt se mêler... Autant d´émotion que de suspense : Janine Boissard mêle à la perfection le rythme d'une intrigue policière aux battements de coeur de son héroïne.

  • D´autant que dans la cour de récré, c´est la pagaille : Mme Lacrué (Cruella, en verlan, et, d´après la rumeur des « anciens », le surnom semble plus que justifié...), la maîtresse des CM1, est en arrêt maladie. Heureusement, une solution est vite trouvée : Hugo Victor, le surveillant le plus populaire du primaire, accepte de prendre en charge France et ses congénères, en attendant le retour de Cruella. Il ne se doute pas que la petite troupe qu´il emmène va se révéler la plus turbulente, mais aussi la plus attachante de toute l´école.
    Ali, Tiphaine, Anne-Laure, Dong, Romain, Maria, le docte Israël, Ludivine... Une classe particulièrement réactive, emblématique du monde d´aujourd´hui, des situations complexes auxquelles les enfants sont confrontés (divorce, familles recomposées ou monoparentales, mélange des cultures....), mais aussi emblématique de l´enfance tout simplement avec sa naïveté, ses rêves, son besoin de repères et de partage, et cette formidable capacité à passer, en un instant, de la gravité à la légèreté, du désespoir à l´espoir.
    Parallèlement à cette vie à l´école, il y a la vie en dehors. Pour France, le refuge que représentent ses grands-parents paternels, la maison qui est souvent un peu triste à deux, et puis, surtout, ce mystère du côté de ce grand-père maternel inconnu qu´elle aimerait tellement retrouver. Ce rêve d´une grande famille dans laquelle il ferait toujours chaud...

  • Depuis son enfance, Margaux Lespoir, fille de paysans, veut être médecin. Son père, Guillaume, lui a toujours dit qu'elle visait trop haut. Il n'a jamais encouragé sa vocation.
    Margaux a réalisé son rêve. Elle est même chirurgien. Elle travaille dans l'hôpital où elle est née: la Chartreuse. Alors que plusieurs hommes auraient pu prétendre au poste d'assistant du docteur Roux, celui-ci a demandé à Margaux de l'accepter.
    Elle est amie avec une infirmière de la maternité, Marie des Ilets, ce qui lui attire l'inimitié de certains, qui trouvent qu'un médecin ne devrait pas autant copiner avec une infirmière. D'autant que Marie n'est pas très bien vue, étant donné qu'elle aime bien prendre du bon temps avec les hommes.
    Margaux a aussi un fils de dix ans, Eric. A vingt-trois ans, elle est tombée follement amoureuse de Benoît, avec qui elle faisait ses études de médecine. Lorsqu'elle lui a annoncé qu'elle était enceinte, il a pris peur. Là encore, Margaux visait trop haut: Benoît venait d'un autre monde qu'elle.

    Margaux admire beaucoup le docteur Roux. Il est son professeur. Pour elle, il est irréprochable. Un jour, pendant une opération, il commet une erreur. Erreur qui aurait pu être fatale à l'opérée, si Margaux n'était intervenue le lendemain. Le père de la petite fille opérée porte plainte. Et c'est là que Margaux va perdre certains de ses idéaux: le docteur Roux l'accusera, elle, d'avoir commis l'erreur lors de la première intervention.

  • Où l'on retrouve Margaux Lespoir, l'héroïne d'Une femme en blanc, l'un des plus grands succès de Janine Boissard.0300Quand nous avons laissé Margaux Lespoir, elle était chirurgien en Bourgogne. Son hôpital n'était plus menacé, l'opération de la jambe de son fils avait réussi, et elle avait trouvé l'amour avec le restaurateur Bernard de Montpensy. Un grand bonheur, donc, enfin, et la naissance d'une petite Aurore pour le couronner. Et puis un jour, tout s'est écroulé : Bernard, renversé par un camion, amené sur la table d'opération de Margaux, qui n'a pu le sauver. C'était il y a trois ans. Margaux a alors rangé à jamais sa blouse de chirurgien, et a quitté la Bourgogne pour Paris. Elle a été embauchée au ministère de la Santé, où elle s'occupe des problèmes d'enfance. C'est là que nous la retrouvons.Elle est chargée d'élucider le suicide d'une petite fille de onze ans, qui s'est jetée du grenier de la Maison des enfants, une association auxerroise s'occupant d'enfants à problèmes. La mère a porté plainte. Si Margaux détermine qu'il y a eu négligence, le ministère fera fermer l'établissement. Retourner en Bourgogne n'enchante pas Margaux, qui doit affronter là-bas le fantôme de l'homme dont elle n'a jamais fait le deuil. Mais dès sa première visite à la Maison des enfants, elle est envoûtée. Ils sont une dizaine, avec des problèmes plus ou moins graves, tous attachants, tous en demande. Les cadres de l'association ? Un directeur, formidable, qui a mis tout son argent dans le projet, une cuisinière généreuse, un pédiatre et une psychomotricienne, éducateurs attentionnés et inventifs. Une solidarité sans faille unit tous ces gens, pour les enfants. Et quand Margaux détermine que le suicide de la fillette n'était pas de leur responsabilité, quand l'équipe et les enfants lui font la fête pour la remercier de son impartialité, quand une petite Cambodgienne la supplie de ne pas l'oublier... Pour la première fois depuis longtemps, Margaux se sent vraiment utile, enthousiaste, passionnée, vivante enfin. Alors Margaux quitte le ministère, Paris, et rejoint la Maison. Elle est chargée d'établir un lien entre l'équipe, les familles et les enfants, lien indispensable pour que ces derniers dépassent leurs blocages. Mais si chaque joie et chaque progrès confortent notre médecin dans sa décision, l'orage gronde autour de l'établissement, qui en dérange plus d'un, et pour des raisons pas toujours avouables. L'heure est peut-être venue pour Margaux de livrer un nouveau combat.

  • Fille de boulanger, Laura a grandi entre mer et pommiers dans un village de la côte normande. À l´adolescence, c´était sur sa soeur, la «belle» de la famille, que tous les garçons se retournaient. Sa soeur qui en «jetait». Alors, la «petite» Laura, première à l´école, a décidé d´en «jeter» à sa manière: elle est devenue attachée de presse dans le show-biz et s´occupe de jeunes chanteurs pleins d´avenir. Jusqu´au jour où son patron lui confie une mission autrement délicate: remplacer au pied levé l´attachée de presse du grand ténor Claudio Roman.Claudio est une star internationale. Et une star particulièrement difficile à vivre depuis qu´une agression sordide lui a coûté la vue. De théâtre en théâtre, il continue de subjuguer des salles combles en interprétant de sa voix bouleversante les plus beaux lieder du répertoire, mais l´opéra est fini pour lui. Dur et blessant, bourreau des coeurs, il accueille avec un cynisme bien rôdé la «petite» Laura, sa nouvelle attachée de presse qui ne tiendra probablement pas plus longtemps que la précédente.Prévenue, Laura entre dans sa vie sur la pointe des pieds. Mais, dès qu´elle l´entend chanter, c´est le coup de foudre, un coup de foudre absolu, irrémédiable ? quel qu´en soit le prix à payer. Peu à peu elle devient, plus que le «guide» dont Claudio a quotidiennement besoin, la confidente des nuits noires d´angoisse, la seule à percer la douleur dont l´âme du chanteur est emplie.Un soir, Claudio l´appelle, désespéré. Elle accourt chez lui et le trouve, ivre, devant une version télévisée de «La Traviata», l´opéra qui a éveillé sa vocation. Puisqu´il ne pourra jamais être Alfredo sur scène, il décide d´arrêter de chanter, définitivement. Autant dire de se suicider. Cette nuit-là, Laura se refuse à lui mais se fait une promesse: le convaincre de tenter l´opération qui lui rendrait la vue et qu´il a toujours refusée. Seule contre tous, Laura va soulever des montagnes. Par amour pour son chanteur, et au prix du plus grand sacrifice: renoncer à lui. Car si Claudio revoit, il n´aura plus besoin d´elle...

  • Elles ont aimé l'Empereur. Elles ont partagé sa destinée. Elles l'ont séduit et désarmé. Il les a marquées à jamais. Joséphine des Trois-Ilets. Marie Walewska, la Polonaise. Marie-Louise d'Autriche... Trois regards qui ont su reconnaître, au-delà des événements, la solitude de l'Empereur. C'est la première fois que Janine Boissard fait de l'Histoire la trame de ses récits. Mais elle donne aux situations et aux personnages que nous connaissons tous, les couleurs et le rythme du roman. Car ce livre est un merveilleux roman d'amour. Ou plutôt, le roman des amours impossibles : celui de Bonaparte pour Joséphine, celui de Marie Walewska pour Napoléon et celui de l'Empereur pour la postérité. Avec "Trois femmes et un empereur", Janine Boissard redonne enfin vie aux silhouettes inoubliables et si féminines qui ont approché l'Empereur.

  • Quatre amies trentenaires, quatre célibataires. Il fallait à ces inséparables un lieu pour tout partager: dans La Chaloupe, maison magique des bords de Loire, Janine Boissard réinvente «L'Esprit de famille» de l'amitié.0300Elles sont quatre, comme les mousquetaires: Julie, la narratrice, journaliste sur la radio locale, qui rêve du grand amour mais se méfie de ses rêves; Zabelle, la forte en gueule, décoratrice en vogue de la région nantaise, maman d´un petit garçon qui vit avec son père car elle «n´a pas la fibre maternelle»; Brune la métisse, chercheuse à l´hôpital, qui ne veut pas d´homme dans sa vie: «trop occupée, trop compliqué»; et Bobine la complexée qui vend du bien-être en kit dans sa boutique de diététique chinoise «en attendant de se laisser ligoter». À seize ans, elles ont passé les plus beaux jours de leur vie dans cette maison. À l´époque, La Chaloupe s´appelait Cybèle et elles y rejoignaient chaque fin de semaine la belle et altière Violaine, une grande du lycée qu´elles vénéraient. Puis Violaine a disparu à la suite d´un drame mystérieux. Quand elles ont su que Cybèle était à vendre, elles n´ont pas eu de peine à convaincre le père de leur amie de les choisir. Mais à peine s´y installent-elles que d´étranges phénomènes se produisent. Comme si un maléfice pesait sur la maison, comme si elle leur demandait à la fois de la laisser tranquille et de percer son secret, celui de Violaine. Pour la faire revenir? Quand les secrets et les fantômes de la Chaloupe se réveillent, la maison du bonheur vacille et entraîne ses occupantes dans une étrange histoire de sorcellerie symbolisée par un talisman en forme de soleil...Dans ce premier tome consacré à Julie et à Zabelle, Janine Boissard met en place la fresque de quatre héroïnes attachantes où s´entrecroisent l´histoire et les amours de chacune et le mystère de la cinquième, que résoudra le tome 2 de «La Chaloupe», «L´Aventurine», à paraître en mai 2005.0400Aujourd´hui, nous avons acheté une maison. Une maison sur une île, serrée entre deux bras de Loire, face au bourg de Mauves, tout près de Nantes.Nous? Quatre amies autour de la trentaine, avec un point commun: nous vivons toutes les quatre en solo comme on dit, sans époux ni compagnon. Un jour fanfare, l´autre spleen. Nous cherchions depuis un moment un endroit où nous retrouver les soirs de blues, les fins de semaine solitaires, quatre murs où conjuguer le mot magique «ensemble», et, au printemps dernier, comme une déflagration au coeur, l´incroyable nouvelle: Cybèle était à vendre!Cybèle, la maison des plus beaux jours de notre vie, comme on le crie en étouffant de bonheur à seize ans: la maison de notre amie Violaine. Presque chaque fin de semaine, nous la rejoignions sur son île: neuf minutes de train, un pont à traverser, le petit chemin à droite, le moulin. C´était là et c´était le paradis. Nous goûtions au fruit défendu en nous baignant dans l´indomptable fleuve, entre deux panneaux d´interdiction ornés de tête de mort, nous nous passions en boucle les tubes de nos chanteurs favoris et, le soir, nous attendions les garçons. Mais la vie s´y prend en douce pour défaire les liens et les rêves. Nos princes charmants n´étaient pas venus, la musique s´était tue, les danseurs séparés et nous avions perdu Violaine de vue. On la disait partie à l´étranger, on parlait d´un feu qui aurait ravagé la maison. Si Cybèle avait brûlé, elle nous le cachait bien. Allongée au-dessus du fleuve dans son court jardin, éclats de schiste coiffé de gris, on aurait dit qu´elle nous attendait.

  • Dans la veine de «L'Esprit de famille», un Janine Boissard du meilleur cru et tous les atouts d'un vrai succès populaire pour cette saga prochainement adaptée à la télévision.0300À seize ans, elles y ont passé les plus beaux jours de leur vie: à l´époque, la Chaloupe s´appelait Cybèle et elles y rejoignaient chaque fin de semaine la belle Violaine qu´elles vénéraient. Puis Violaine a disparu à la suite d´un drame mystérieux. Quand elles ont su que Cybèle était à vendre, elles n´ont pas eu de peine à convaincre le père de leur amie de les choisir. Mais à peine s´y installent-elles que d´étranges phénomènes se produisent, comme si un maléfice pesait sur la maison...Au début de ce tome 2, la Chaloupe ne ressemble plus du tout à la «maison du bonheur», et il est maintenant évident pour ses quatre nouvelles propriétaires que quelqu´un cherche à les en chasser.Pour Bobine, c´est presque fait: de plus en plus terrorisée, elle craque le jour où elle apprend la manière dont la mère de Violaine a détruit la vie de sa fille, faisant appel à la sorcellerie pour l´empêcher de suivre son fiancé en Australie, provoquant l´incendie de sa maison et son propre suicide. Elle décide donc de revendre sa part et court se réfugier chez ses parents, brisant le pacte des «mousquetaires»...Zabelle et Julie ne veulent pas renoncer aussi facilement ? elles ont trop voulu leur Chaloupe pour fuir aux premières intimidations. Et puis, malgré leur peur, elles veulent comprendre, percer le secret de Violaine.Mais c´est Brune la plus déterminée. Sans doute parce que, dernière en date des «mousquetaires», et n´ayant pas connu Violaine, elle a moins peur de découvrir une vérité peut-être bien amère. Sans doute aussi parce qu´elle a le don de sentir les phénomènes paranaturels. Le jour où l´on tente d´empoisonner son chien, la métisse décide de passer à l´attaque, et bientôt ses intuitions deviennent une certitude: Violaine est revenue, c´est elle le mystérieux fantôme qui hante la Chaloupe...

  • Une série diffusée sur France 2. Réalisée par Denis Malleval avec Anne Jacquemin dans le rôle de Marie.0300" On n'est pas marin si on n'est pas sauveteur " : une nuit d'automne, au large de Kersaingilles, petit port breton, un pêcheur est emporté par une lame en secourant un plaisancier. C'est ainsi qu'à l'aube Marie Delaunay apprend qu'elle a perdu son Pierre. Marie a trente-neuf ans, deux enfants adolescents, une modeste maison et des traites à rembourser. Alors, pour la mémoire de Pierre, pour sauver La Sonate, son chalutier, elle décide de prendre la relève. Une femme patron pêcheur, avec deux marins sous ses ordres, on n'avait jamais vu ça... Marie aura d'abord tout le port contre elle, sans compter ses enfants qui voudraient la garder à la maison. Son courage, sa ténacité la feront peu à peu accepter de tous. Hormis de ce jeune pêcheur qui la poursuit de sa haine : pourquoi ? Et la tempête n'en a pas fini avec Marie... Un secret surgi du passé bouleverse sa nouvelle vie. Marie manque de sombrer, tout abandonner. Où puiser encore la force de lutter ? Peut-être dans l'amour, retrouvé en la personne de Yann ? Belle et indépendante, mère tendre, coeur passionné, Marie-Tempête est une femme d'aujourd'hui, qui mène de front travail, enfants, amours, et prend encore le temps de se battre pour ses amis.

empty