• Ce livre est le compte rendu des récentes croisières du Pourquoi Pas ? dans le Nord.

    Le lecteur, en s'associant à ces missions scientifiques, visitera les Féroë, Jan-Mayen, Reykjavik, Rockall. Il assistera à la genèse et à la réalisation du hardi projet de colonisation du Groenland.

  • Dans ce journal de bord aux accents littéraires, Jean Charcot nous raconte sa première expédition d'exploration de l'Antarctique à bord du Français.
    Son récit sera une vraie mine d'or pour tous les scientifiques qui lui succéderont, parce qu'il y relate ses découvertes scientifiques mais aussi parce qu'il y décrit les conditions de vie, sur le bateau et lors de l'hivernage.
    Avec ses hommes, ils expérimentent pour la première fois la vie dans le froid de l'Antarctique.

    Son journal prend alors des allures de grand roman d'aventures !

  • Après le succès de sa première expédition à bord du Français, Jean Charcot embarque pour un second voyage d'exploration à bord du Pourquoi Pas ?.
    Encouragé par la communauté scientifique à continuer son important travail de recherches, il part avec son équipage en Antarctique, au sud de l'Amérique du Sud.

    Dans son journal, Jean Charcot fait le récit passionnant de la vie sur le vaisseau et de cette terre australe encore pleine de surprises et d'aventures.

  • Autour du Pôle Sud

    Jean Charcot

    • Eforge
    • 9 Juillet 1905

    Extrait
    Ces livres ne sont pas seulement un émouvant récit de voyage, mais encore une leçon d’initiative et d’énergie d’une haute valeur éducative.
    Au cours des dernières années du XIXe siècle, dans tous les pays de culture scientifique, un très vif courant d’opinion s’était manifesté en faveur de l’exploration des régions antarctiques, le dernier grand blanc existant à la surface de la carte du monde. Autour du Pôle Sud, qu’existait-il ? Un vaste continent ou simplement des îles enveloppées par un immense océan encombré de banquises, telle était la question qui se posait. Pour la résoudre, en 1901, trois expéditions organisées par l’Angleterre, l’Allemagne et la Suède appareillaient, suivies bientôt d’une quatrième équipée par l’Écosse.
    À cet élan qui chez toutes les nations maritimes agitait le grand public aussi bien que le monde scientifique, la France demeurait complètement indifférente. Aucune de nos sociétés savantes ne s’était même préoccupée du problème qui passionnait nos voisins. C’est alors qu’avec l’ardeur qu’insufflent les causes nobles et désintéressées, Charcot assuma, à lui seul, la tâche négligée par les collectivités scientifiques. Pour gagner l’opinion à son projet d’expédition antarctique, d’un bout à l’autre du territoire, il multiplie les appels et les conférences.
    Après six mois d’efforts, grâce au généreux concours du Matin, le succès était assuré, et, le 15 août 1903, Charcot partait sur le Français pour associer notre glorieux pavillon à la croisade entreprise contre les glaces australes.
    Les expéditions arrivées les premières sur le théâtre des opérations avaient, naturellement, pris les meilleures places, de telle sorte que, au moment du départ de la mission française, seul, restait libre, le secteur le plus difficile, celui du Pacifique oriental, entre le méridien de l’Amérique et celui de la Nouvelle-Zélande. Mais, de ce côté, ne continuerait-on pas l’œuvre admirable de Dumont-d’Urville ? Et, animé par cette pensée, quinze mois durant, à l’exemple de son chef, l’équipage du Français lutte contre les circonstances les plus adverses. Qu’importent les périls et les privations ! Ne trouvent-ils pas, ces vaillants marins, la récompense de leurs efforts dans les découvertes dont ils enrichissent la science ?

  • Qu'y a-t-il autour du pôle Sud ? Rien, si l'on en croit les cartes, en ce début de XXe siècle... Ce serait le dernier territoire inconnu, laissé vacant par les expéditions inabouties de Dumont d'Urville. Le grand blanc. Soit tout un monde à découvrir, à étudier comme à défier, pour l'intrépide Jean-Baptiste Charcot.
    Le 31 du mois d'août 1903, le Français quitte donc les côtes du Havre, direction l'inexploré. À bord de cet excellent trois-mâts, une poignée de scientifiques s'élancent à l'assaut des glaces, résolus à en arracher pied à pied tous les mystères, au péril de leur vie...

  • Il rêvait de devenir marin, mais il obéit à ses parents et devint médecin comme son père, le célèbre neurologue Jean-Martin Charcot. Alors, pour assouvir sa passion du grand large, Jean-Baptiste se fi t scientifique explorateur et initia les premières grandes expéditions polaires françaises du XXe siècle en Antarctique et en Arctique, renouant ainsi avec l'esprit de découverte des expéditions australes menées par Dumont d'Urville. Le Français au pôle Sud et Le Pourquoi-Pas ? dans l'Antarctique retracent ses hivernages au pôle Sud de 1903-1905 et 1908-1910. Réunis en un seul volume, ces deux textes forment un formidable récit d'aventures vécues et un témoignage vivant sur l'état de la pensée scientifique française à cette époque. Charcot, ce maître de la glace, du vent et des mers, entreprend ainsi une véritable épopée pour cartographier l'inconnu et commencer à percer les mystères de ces terres vierges et glacées. Il connut trente ans plus tard une mort à la mesure de sa vie, englouti en 1936 dans son navire, seul tombeau digne de sa passion pour la conquête des pôles.

    Couverture : Création Studio Flammarion Photo : Le Pourquoi Pas ? le 15 août 1908 au Havre. © BnF

  • Le plus illustre neurologue de son temps accorde à l'homme le droit au traumatisme, au rêve, au désir, à l'expression corporelle et aux excès représentatifs et passionnels d'"Eros et de Polemos". Il démontrait que la grande névrose n'était pas l'apanage du beau sexe, mais un nouveau continent ouvert à l'exploration dans la traversée de ses apparences. Parmi ses spectateurs fascinés, se trouvait Sigmund Freud.

  • Matha, sur un des promontoires de la baie Nord, la pointe de Vanssay, se livre avec Rallier du Baly à la mensuration exacte et très minutieuse d´une base. Turquet empaille, met en bocaux, étiquette tout ce qu'il trouve ou ce qu'on lui apporte?; Gourdon classe ses cailloux, Rey vérifie ses instruments, et Pléneau, toujours gaiement, avec un entrain et une verve intarissables, aide à tout, donne un coup de main à chacun, tantôt à l'état-major, tantôt à l'équipage.

  • BnF collection ebooks - "16 décembre 1908. - Par beau temps calme, nous appareillons de Punta-Arenas à 9 heures du soir. M. Blanchard, le si aimable consul de France, venu à bord de son launch la Laurita à 8 h. 30, amenait M. le gouverneur Chaigneau, M. Henkes, un des directeurs norvégiens de la Sociedad Ballenera Magellanes, M. Grossi, négociant italien et nos compatriotes, MM. Poivre, Beaulier, Detaille, Rocca..."

  • Jean-Martin Charcot, le fondateur de la neurologie moderne, s'intéresse ici aux guérisons dites miraculeuses et démontre l'influence qu'exerce l'esprit sur le corps. 

    Il démontre que la Faith-Healing, la Foi qui guérit, peut dans certaines circonstances être assez forte pour guérir des maladies réputées incurables.

    Sigmund Freud, qui fut l'élève de Charcot, s'en inspira plus tard pour ses analyses sur l'inconscient.

  • On a beaucoup écrit sur l'état mental des hystériques, mais, chose singulière, tous les auteurs ou à peu près qui ont traité de ce vaste sujet l'ont fait avec une arrière-pensée. Pour eux, l'esprit de « simulation » prime tout chez ce genre de malades ; c'est le mobile de leurs moindres actions. Aussi quel tableau bizarre on nous fait de l'esprit des hystériques ! Elles ont tous les défauts : coquettes, menteuses, exagérées en tout, cherchant à se faire valoir, à tromper leur monde par toutes leurs actions.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les mémoires qui suivent sont connus ; ils ont été publiés à diverses époques, dans divers recueils scientifiques, et ont été appréciés par les physiologistes et les psychologues qui s'occupent des questions de cet ordre. Il en est qui sont comme classiques.
    J'ai eu en effet l'honneur de faire entrer dans la science les études qui en font le sujet.
    Le premier, en France, j'ai répété les expériences de Braid, et j'ai ainsi arraché l'hypnotisme à la crédulité et au charlatanisme.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • 27 Janvier 1904. - A 8 heures du soir, nous avons appareillé quittant la baie Orange et nous dirigeant vers le Sud.28 Janvier. - A 2 heures du matin, nous avons dépassé le faux cap Horn ; notant plus abrités, nous sentons la grosse houle d'Ouest, et le « Français » se met à rouler. Je ne suis pas sans une certaine inquiétude, car notre longue traversée de France en Amérique nous a bien prouvé que nous avions un bateau capable de supporter n'importe quel temps à la mer, mais il se trouve actuellement dans des conditions toutes particulières et qui peuvent être défavorables.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « M. le Dr Jean Charcot rend compte ici, pour le grand public, de sa seconde campagne dans l'Antarctique. Il exposera, en d'autres publications et avec l'aide de ses collaborateurs, quels sont les travaux poursuivis, les résultats géographiques, maritimes, scientifiques, obtenus pendant les deux années de labeur et de danger passées loin des hommes et des terres habitables. »

  • Extrait : "16 décembre 1908. - Par beau temps calme, nous appareillons de Punta-Arenas à 9 heures du soir. M. Blanchard, le si aimable consul de France, venu à bord de son launch la Laurita à 8 h. 30, amenait M. le gouverneur Chaigneau, M. Henkes, un des directeurs norvégiens de la Sociedad Ballenera Magellanes, M. Grossi, négociant italien et nos compatriotes, MM. Poivre, Beaulier, Detaille, Rocca..." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes.  LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants :  o Livres rares o Livres libertins o Livres d'Histoire o Poésies o Première guerre mondiale o Jeunesse o Policier

empty