• Le quotidien d'une petite paroisse rurale bretonne imaginaire à travers le destin de trois familles, au XIX e siècle. Par l'auteur de Fils de ploucs.
    " L'histoire est un roman qui a été ; le roman est de l'histoire qui aurait pu être ", disaient
    les Goncourt. Ici, il s'agit de la restitution d'un monde réel : la vie d'une petite paroisse rurale
    du Finistère de 1829 à 1871, à travers les destins croisés de trois familles - Jézéquel, Santec et
    Guidou. Alliances, amours contrariées, travaux des champs jalonnent un quotidien à la fois
    chaleureux et laborieux. L'auteur décrit aussi les relations souvent tendues entre prêtres, maires
    et instituteurs, l'évolution des méthodes de travail ou des rapports entre générations. Mais
    aussi les superstitions... Comme la peur de l'Ankou, personnification effrayante de la Mort,
    et croyance toute bretonne.
    Une vengeance de l'Ankou, ouvrage rigoureux et documenté, enrichi d'expressions typiques
    utilisées en Bretagne jusqu'à une date récente, dépeint parfaitement ce pays et ses habitants au
    XIXe siècle.

  • Nouvelle présentationAprès avoir retracé le développement de l'histoire littéraire depuis ses origines, cet ouvrage montre la pertinence d'une histoire centrée sur les oeuvres et leurs formes de littérarité (genres, thèmes, structures, styles). Il n'en dissimule pas pour autant les limites. Une histoire moderne de la littérature insère les oeuvres dans une double perspective fonctionnelle : elle s'attache d'une part à la fonction historique de la littérature qui, à chaque époque, tente de résoudre métaphoriquement, par la fonction et l'art, des problèmes insolubles dans l'action, d'autre part, aux conditions matérielles et sociales du travail littéraire (commande sociale, production, édition, diffusion, réception des oeuvres). La convergence des trois objectifs associant une poétique, une esthétique et une sociocritique, conduit à une analyse concrète des textes, des genres et des courants.
    Rapide histoire de l'histoire littéraire. Préalables sur la nature et l'objet de l'histoire littéraire. Pour une histoire de la fonction littéraire. Pour une sociologie historique de la pratique littéraire. Histoire et sociologie des formes de littérarité.

  • L'auteur montre que le tragique racinien est l'expression de l'anthropologie augustinienne bien plus qu'une reproduction de la défunte tragédie grecque. Il démontre l'impossibilité d'une lecture objective des oeuvres littéraires, ridiculise quelques metteurs en scène qui n'écoutent que leur génie et des modes éphémères.

  • Nouvelle présentationCe livre présente les nouvelles interprétations d'une oeuvre apparemment limpide, mais qui a suscité les lectures les plus différentes. Il reprend l'histoire de la réception de l'oeuvre de Racine, la grande querelle des années soixante et les acquis récents de la critique. Il expose les diverses visions du tragique racinien, les analyses qui ont été faites des structures, des thèmes et du style des oeuvres. Puis présente quelques interprétations des cinq pièces majeures : Andromaque, Britannicus, Bérénice, Phèdre et Athalie. Enfin, un guide bibliographique indique, pour chaque aspect de l'oeuvre et pour chaque tragédie, les principaux instruments de travail.
    Réceptions de l'oeuvre de Racine. Vision, structures, thèmes et style. Cinq chefs-d'oeuvre parmi d'autres. Guide bibliographique.

  • Comment cultiver un esprit positif et ouvert au travail ? Comment clarifier ses
    objectifs ? Comment se connecter à ses ressources ? Comment développer sa
    dynamique émotionnelle pour la mettre au service d'une action positive et
    constructive ? Comment calmer son mental et prendre de la hauteur pour voir
    plus loin ? Comment réguler son stress et renforcer sa motivation ? Comment y
    voir clair dans son organisation ? Comment prendre sa place face à autrui dans
    le quotidien ? Comment favoriser la coopération et cultiver l'intelligence collective
    avec ses collègues ?
    Découvrez tous les outils indispensables pour réussir la mise en place d'actions qui favoriseront votre bien-être au travail, votre organisation et vos relations au
    quotidien. 

  • L'empowerment, qui pourrait se traduire par le pouvoir d'agir, est un concept né au début du XXe sièce aux Etats-Unis dans un contexte de lutte sociale. On l'utilise aujourd'hui principalement dans les politiques de développement ou, en France, dans les politiques sociales et de la ville, l'idée étant de favoriser les initiatives locales pour que les gens se prennent plus en charge. Nous sommes donc plutôt dans une vision individualiste et néolibérale.
    Dans le cadre de l'entreprise, et du management en particulier, l'empowerment repose sur trois piliers : vision, autonomie et appropriation. L'équipe concernée sait où elle va (vision), a une marge de manoeuvre suffisante pour y aller (autonomie) et se sent légitime pour mener cette action (appropriation). 
    Cet ouvrage se propose donc d'expliquer en quoi les salariés sont porteurs d'initative et donnent les clés managériales pour mettre en pratique l'empowerment dans l'entreprise.
     

  • Rade foraine : « Ouverte aux vents et aux vagues du large » (Dictionnaire Robert). Un architecte, que sa femme, Clémence, a quitté depuis longtemps, vit retiré, avec sa fille Isabelle, dans une maison qui domine un village provençal. Il a reçu commande de préparer la maquette d'une nouvelle ville portuaire de la côte atlantique, qui devra s'élever sur les ruines de l'ancienne, détruite par les bombardements. Or, il se trouve que c'est précisément sa ville natale, celle où il a passé son enfance, et où il a connu sa femme. Tandis qu'il édifie soigneusement la maquette, au moyen d'ingrédients de fortune : carton, sable, bois, coton hydrophile, soie, l'emprise du passé devient telle, qu'il oublie de plus en plus le plan des urbanistes de la ville neuve. Il reconstitue telle rue, telle place, tel quartier, moitié avec ses souvenirs, moitié avec ses rêves. La maquette devient un théâtre en miniature, où il croit revoir les acteurs du passé. Ainsi, apparaissent l'Occupation allemande, mais aussi les Guerres de Religion, l'embarquement des forçats pour Cayenne... Et, surtout, certains lieux aident l'architecte à ne pas perdre le souvenir de sa femme, à éclaircir les motifs de sa fuite. Les lecteurs qui ont aimé "Le bateau des îles", prix Valery Larbaud 1971, reconnaîtront avec plaisir, dans ce livre, les thèmes qui font l'originalité de Guy Rohou.

  • Au bord de l'Indre, dans une calme sous-préfecture, une vieille dame et son locataire habitent la même paisible maison. Mme Legat, veuve d'un professeur de lettres, et Rémi, entomologiste qui essaie d'oublier ses amours contrariées avec Patricia, partagent ainsi, au long d'une partition écrite à deux voix, l'atmosphère feutrée de la province et la couleur gris tourterelle des lieux, qui donnent au roman son unité. Lorsque la vieille dame confie au jeune homme sa maison, qui est à la fois l'image et le centre de sa vie pour aller, à la demande de son gendre, s'occuper de sa petite-fille à Paris, Rémi va de découverte en découverte. Les promenades des citadins, les habitudes des commerçants, les jeunes pensionnaires de l'Institution Sainte-Catherine, telles que les voit - ou les devine - Rémi, contrastent avec les grands magasins, le jardin du Luxembourg et le musée du Louvre, que la vivacité et la tendresse de sa petite-fille font découvrir à Mme Legat dans un Paris inconnu. Aveugle et malade, elle reviendra dans sa maison pour y mourir pendant que Rémi, bouleversé par la disparition de sa vieille amie, s'interrogera sur le sens nouveau que cette mort donne à sa propre vie. Gris tourterelle est le roman de la nostalgie et de la tendresse. L'écriture recrée la poésie secrète de la vie provinciale. Ce livre enchantera tous ceux qui ont gardé un goût pour les récits faits à mi-voix, comme une confidence du coeur.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Passionné d'histoire naturelle, le narrateur rencontre par hasard, dans une maison isolée du Jura, un copiste que son intérêt pour le tableau d'un peintre hongrois du XIXe siècle mène à de singulières démarches. Peut-on choisir entre la mémoire et le pur bonheur de l'instant, entre la vie et sa copie ? Le portrait de la Femme à la cage, qui est au coeur de cette étrange affaire, conduira les deux hommes vers l'espace magique du peintre, à la recherche d'une réalité dont les images se découvrent en retournant le sablier du temps. On retrouve dans La Femme à la cage, l'univers subtil et mélancolique qui avait valu à Guy Rohou pour son premier roman, Le bateau des îles, le prix Valery Larbaud.

  • S'abandonnant au flux et au reflux du souvenir, le narrateur évoque son enfance dans un port de l'Ouest pendant la guerre. Mais le thème majeur du récit, ce sont les rapports extrêmement subtils qu'entretiennent le narrateur et son frère aîné. La complicité, l'hostilité, la dépendance mutuelle, tous ces liens invisibles resteront tissés au-delà de l'absence et même de la mort. Leur jeu se poursuit par personne interposée, à travers des femmes. À jamais le jardin de la vieille maison retrouvée restera celui de l'enfance dominée par Romulus, c'est-à-dire l'aîné.

  • C'est l'histoire d'un enfermement dans l'antre de la folie, celle d'une soumission, d'une astreinte au silence, l'histoire d'un tourbillon, et je vous mets en orbite. Vous allez y observer mon corps et sa chute, mon âme et ses peurs. Je vais vous décrire la mécanique de dépossession de soi, vous expliquer la douleur et le vide d'un travail sans objet.
    Ça se passe là où personne ne pourrait se douter qu'y cohabitent bêtise et harcèlements mécanisés. Ça se passe dans une université française.

empty