Littérature générale

  • L'aïeul, Markus, nous parle d'outre-tombe pour nous rappeler que nous sommes des morts en sursis. Le père, Mathias, juif polonais immigré, est dentiste autodidacte. Il organise ses rendez-vous de façon à provoquer des rencontres dans sa salle d'attente. Sa femme, Martha, se meurt de la tuberculose. Leur fils, Martin, fabrique des utérus en plastique. Une méditation cruelle sur l'existence. Copyright Electre

  • Jean-Aubert Loranger (3 février 1896 - 28 octobre 1942 à l'âge de 46 ans) est un écrivain et un journaliste québécois. Il est un des premiers poètes modernes au Québec avec Guy Delahaye et Marcel Dugas. Il a publié quelques haïkus. En 1970, le critique Gilles Marcotte sort Jean-Aubert Loranger de l'oubli en publiant aux éditions HMH Les Atmosphères suivi de Poèmes. Extrait : L'automne dernier, il avait abattu deux beaux chevreuils d'une seule balle. On n'avait pas voulu le croire au village, même qu'on lui faisait l'affront, depuis, de l'appeler Lauzon-la balle. Le père Lauzon avait un passé riche en coups de fusil merveilleux et tous ces gens étaient des jaloux. -~C'est pareil, se dit-il, comme si je les avais eusse embrochés. Et s'excitant de plus en plus : -~Six chevreuils alignés dans un même rang et le père Lauzon tuera six chevreuils d'un même coup. On ne l'appelle pas quand même la balle pour rien, le père Lauzon. Mais entre toutes ces émotions, l'homme préférait celle que provoquait la course au gibier blessé, couteau en main.

  • Jean-Aubert Loranger (3 février 1896 - 28 octobre 1942 à l'âge de 46 ans) est un écrivain et un journaliste québécois. Il est un des premiers poètes modernes au Québec avec Guy Delahaye et Marcel Dugas. Il a publié quelques haïkus. En 1970, le critique Gilles Marcotte sort Jean-Aubert Loranger de l'oubli en publiant aux éditions HMH Les Atmosphères suivi de Poèmes. Extrait : Habitué qu'il était, par sa vie d'homme qui travaille, de ne voir dans le corps humain que des attributs du travail, il ne put pas concevoir l'existence en soi d'une partie qui fût inutile. Avec des bras, il tirait tout le jour des rames qui pèsent du bout d'être dans l'eau ; il traversait d'une rive à l'autre des charges qui faisaient enfoncer son bac d'un pied. Avec des jambes, il marchait au devant de l'argent, ou se tenait debout pour l'attendre. Certes, il savait le dos nécessaire, ne fût-ce que pour se coucher dessus quand on est trop fatigué. Mais des reins, ça ne servait à rien, sinon à faire souffrir, quand on les attrape. Mais il vint l'heure de sortir et de travailler, et comme la souffrance de son dos le suivait partout, dans sa chaloupe et dans son bac, il lui fallut bien s'admettre qu'il avait quelque chose là. Comme cette chose ne se tenait pas agrippée à son épaule ni à ses hanches, il finit par reconnaître l'existence en lui des reins, et il en fut consterné.

  • Contes I

    Jean-Aubert Loranger

    Jean-Aubert Loranger (3 février 1896 - 28 octobre 1942 à l'âge de 46 ans) est un écrivain et un journaliste québécois. Il est un des premiers poètes modernes au Québec avec Guy Delahaye et Marcel Dugas. Il a publié quelques haïkus. En 1970, le critique Gilles Marcotte sort Jean-Aubert Loranger de l'oubli en publiant aux éditions HMH Les Atmosphères suivi de Poèmes. Extrait : Rempli d'appréhension quant à cette solitude, je croyais la vieille Blanchette capable de m'adresser, dans la mort, quelques reproches sur mon manque antécédent de respect lorsqu'elle passait, appuyée sur son bâton, dans les rues du village. Le voyou que j'étais lui avait même lancé quelques petits cailloux. J'oublie aujourd'hui les sobriquets dont je la gratifiais. Or, agenouillé près du cadavre, et seul dans la maison, je priais sans quitter des yeux le suaire blanc qui la recouvrait. La coutume le veut ainsi, lorsque le défunt est seul dans sa chambre mortuaire. Pendant les chaleurs, craignait-on les mouches ? Encore, je l'ignore. Si la vieille était en chapelle ardente, c'est à la chaleur qu'elle le devait, et à mon énervement plus qu'aux décors de la pièce.

  • Contes II

    Jean-Aubert Loranger

    Jean-Aubert Loranger (3 février 1896 - 28 octobre 1942 à l'âge de 46 ans) est un écrivain et un journaliste québécois. Il est un des premiers poètes modernes au Québec avec Guy Delahaye et Marcel Dugas. Il a publié quelques haïkus. En 1970, le critique Gilles Marcotte sort Jean-Aubert Loranger de l'oubli en publiant aux éditions HMH Les Atmosphères suivi de Poèmes. Extrait :

empty