Société des écrivains

  • « Beaucoup de vérités, des mensonges parfois, vengeances de jalouses. En tout cas, c'est bien au bras d'Augustine qu'il rentra dans l'église le jour de leur mariage, vêtu d'un costume qu'il avait acheté de moitié avec son frère qui se mariait la semaine suivante. Marcel ne prit plus jamais le bras d'une autre femme. Augustine a beau se dire qu'il lui en a fait voir, il reste définitivement son héros. Néanmoins, elle reste une femme libre et lui dira toujours ce qu'elle a sur le coeur. » À quatre-vingt-six ans, Augustine voit surgir du néant le fantôme de son mari Marcel, disparu depuis une trentaine d'années. Celui-ci lui propose de venir le rejoindre dans la mort pour «?vivre un bonheur éternel?». Cette incroyable apparition occasionne pour la vieille dame solitaire une intense introspection. Elle se souvient de son amour trop tôt envolé et se laisse progressivement convaincre de faire le dernier voyage. Gérard Grenier Barbedette conte une merveilleuse histoire d'amour qui défie les lois de la nature comme afin d'en prouver les pouvoirs insoupçonnés.

  • « Le mouton noir que je suis préfère rester au bord de la falaise, à profiter d'un monde qui offre encore pour quelque temps sans doute des merveilles pas totalement abîmées sous l'effet des délires de mes chers contemporains. » Jean-Louis Grenier, sympathique octogénaire qui n'a pas sa plume dans sa poche, s'est forgé en autodidacte une pensée critique qui vise à remettre en question les idées reçues et les préjugés dans les domaines de l'art, la musique et la religion. Avec une irrévérence jubilatoire, il défend avec bon sens sa liberté d'esprit face au point de vue souvent dogmatique, formaté ou réactionnaire de nombre de ses contemporains. En toute humilité, il formule le souhait de construire un monde meilleur pour les générations futures, basé sur des valeurs telles que la raison, la beauté ou encore la laïcité. Citant abondamment un large panel de penseurs pour étayer ses propos, l'ouvrage invite à une réflexion riche et stimulante.

empty