Langue française

  • ´R dix-sept ans, élcve de philosophie au lycée d'Alger, Albert Camus eut pour professeur Jean Grenier. Ainsi commença une amitié qui devait durer toujours. Et Camus a dit lui-meme assez souvent l'influence qu'avait eue, sur sa pensée et sur son style, l'auteur des Îles.
    Le livre de Jean Grenier n'est ni une biographie ni un commentaire de l'uvre de Camus. C'est une suite de souvenirs strictement personnels, un témoignage dont la discrétion volontaire n'exclut pas la précision. Jean Grenier est ainsi amené ´r parler de questions qui se sont posées ´r Albert Camus touchant la politique, la religion, l'Algérie, la création littéraire, etc.
    Un portrait se dégage peu ´r peu de cette suite de souvenirs ou la vérité est obtenue avec une grande sobriété de moyens et ou sont abordés indirectement des problcmes qui nous concernent tous.

  • L'art et la vie de Gérard Garouste sont peuplés de fantômes et de hantises. L'artiste livre ici, sans aucun fard, tous les tourments intimes qui ont façonné son parcours : la violence et l'antisémitisme de son père, la dyslexie, l'échec, la folie, la dépression, l'incompréhension.

    Nous entraînant au coeur des rouages de la création, cet entretien révèle un personnage à la franchise déconcertante, teintée d'humour et de tendresse. Garouste y décrit toutes les étapes de son art et les chocs heureux qui l'ont conduit à des choix décisifs. Autodidacte initié tout d'abord par l'art brut pratiqué par son oncle, réfractaire à l'enseignement des Beaux-Arts, il a emprunté une voie singulière, souvent à contre-courant. L'artiste désigne ses maîtres : Duchamp, en qui il découvre une radicalité indépassable, le Tintoret, le Greco, Zurbarán, Manet, De Chirico...

    Témoignant de ses découvertes et de ses engagements, il évoque aussi sa passion pour l'étude talmudique, sa conversion au judaïsme, ainsi que la création de La Source, association artistique dédiée aux enfants défavorisés.

  • Quels sont les effets psychiques et relationnels des violences de l'autre-celles d'un proche ou d'un agresseur anonyme-sur un enfant ou sur un adulte? Plus spécifiquement, dans la dépression traumatique, quels sont les rapports entre l'autodestruction et certains états de détresse affective?

    Dans ce livre, la psychanalyste Louise Grenier se fait historienne de l'enfance. Puisant dans les expériences de ses patients et la fiction littéraire, elle trouve matière à comprendre ce qui entre en jeu dans toute violence infligée. Dans une situation d'impuissance, affirme-t-elle, la survie consiste trop souvent à retourner la souffrance contre soi-même. Pourtant, l'auteure propose ici une voie nouvelle: celle d'une mise en récit qui permet de reconstruire son image, de réparer la figure blessée de l'autre et de renouer avec le désir. Cette réconciliation peut se faire grâce à la psychanalyse et à l'histoire qui s'entendent sur une chose: la nécessité de faire parler les silences du passé.

    Louise Grenier est psychologue et psychanalyste en pratique privée. Elle est aussi chargée de cours au département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal. Membre de l'Ordre des psychologues du Québec, elle a rédigé de nombreux articles et participé à plusieurs ouvrages collectifs portant sur diverses problématiques féminines. Elle a également publié Filles sans père, L'absence d'une mère et Femme d'un seul homme aux Éditions Québecor.

  • o Comment vivre l'absence physique, affective ou psychique de sa propre mère?
    o Comment un enfant peut-il se construire autour de cette absence?
    o Comment cet événement se manifestera-t-il dans la vie du sujet selon ses différents âges?


    Voilà quelques-unes des questions auxquelles Louise Grenier répond dans cet ouvrage. Fondant sa démarche théorique et sa réflexion sur des récits cliniques, des témoignages d'écrivains, des biographies de psychanalystes et des oeuvres de fiction littéraire, l'auteure démontre que les divers modes d'absence de la mère (la mort, le rejet, l'abandon, l'indifférence, la maladie physique ou mentale) ont tous un impact douloureux sur la personne touchée. Elle explique également à quel point les discours tenus par l'entourage en relation avec cette absence ont une incidence sur l'enfant qui se construit. Le but de la cure psychologique ou analytique, écrit-elle, sera alors de rendre conscientes les images de la mère, car ce sont ces dernières qui déterminent le désir du sujet, ses errances et ses choix relationnels.


    Membre de l'Ordre des psychologues du Québec, Louise Grenier est psychologue et psychanalyste en pratique privée. Elle est également coordonnatrice du Groupe d'études psychanalytiques interdisciplinaires (GEPI) de l'Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle a écrit de nombreux articles et participé à plusieurs ouvrages collectifs portant sur des sujets cliniques. Aux Éditions Quebecor, elle a publié Filles sans père, Femme d'un seul homme et Les violences de l'autre.

  • Le but d'Albert Grenier - professeur au Collège de France, puis directeur de l'École Française de Rome - consiste, dans cet ouvrage, à déterminer le germe psychique du génie romain. Celui-ci, sans doute, résulte de mélanges ethniques et de certaines conditions de vie, mais il se manifeste à un moment donné dans l'histoire, et l'on peut suivre le génie de ce peuple à travers les influences diverses avec lesquelles il a dû composer. Les traits dominants du Romain sont le sens pratique, la volonté et l'action. Ce pragmatisme essentiel marque son empreinte sur la religion, la littérature et l'art. À défaut d'imagination poétique, ou plastique, ou métaphysique, le Romain applique aux pratiques religieuses l'esprit juridique, qui est chez lui très développé. Il n'a d'attention que pour ce qui est susceptible d'application pratique : dans les lettres, par exemple, il est d'abord intéressé par la législation, l'éloquence, l'histoire.
    Ce livre est une importante étude de psychologie historique, conduite avec sympathie, et réussie grâce à une connaissance achevée du sujet. On peut connaître Rome de bien des façons, mais il faut avoir lu l'oeuvre d'Albert Grenier pour connaître les Romains.

  • Le Dictionnaire de l'Ancien Régime a pour objectif de présenter de façon simple mais précise la France moderne dans ses aspects politiques, sociaux, culturels, économiques mais aussi artistiques. Le dictionnaire compte au total quelques 900 entrées, de "abbaye" à "volonté générale" en passant par "anoblissement", "Bastille", "pacte de famine", "révocation de l'Edit de Nantes" ou "rococo". Mais il ne s'agit pas d'un dictionnaire au sens restrictif du terme car son principe est de bien différencier les entrées : celles qui nécessitent seulement une définition et celles qui demandent des développements plus conséquents comme "absolutisme", "jansénisme" ou "monnaies" et qui occupent une à deux pages.
    Ce livre est ainsi un intermédiaire entre le simple dictionnaire et l'encyclopédie et permet à l'étudiant de maîtriser le vocabulaire de base mais aussi de bien comprendre les notions essentielles.

  • Selon certains, l'économie d'Ancien Régime ne serait qu'une période de transition entre le système féodal et l'ère industrielle, dont l'intérêt ne tiendrait qu'à ce qu'elle laisse apparaître de la genèse du capitalisme. Le projet de Jean-Yves Grenier est tout autre.
    Par son étude des archives sur les prix, les salaires et les documents de la pratique (rapports d'intendants ou d'inspecteurs de manufactures), par sa relecture des textes de Quesnay, Turgot, Necker et des économistes du XVIIIe siècle, le directeur de la rédaction des Annales, chargé de recherches au CNRS, définit les principales caractéristiques d'un monde économique incertain. Marchés instables, institutions financières faibles, comportements imprévisibles, absence de vraie régulation : l'économie des XVIIe et XVIIIe siècles, soumise à des ajustements permanents, a pour cadre une temporalité marquée par l'aléatoire.
    S'inscrivant dans la lignée de l'historiographie française d'Ernest Labrousse à Emmanuel Le Roy Ladurie, Jean-Yves Grenier parvient à spécifier la nature des échanges et de l'activité économique à l'âge préindustriel, et réhabilite une période qui mérite d'être considérée pour elle-même avec le plus grand sérieux.

empty