• "L'histoire de ma génération est l'histoire de ceux qui n'ont pas fait la guerre (ni la révolution ni rien du tout)."
    Trop jeune pour être soixante-huitard, trop vieux pour se brancher et se mondialiser, Jean-Christophe Brochier est éditeur dans une grande maison d'édition.

  • Si chaque presse nationale est lourdement tributaire de son passé et si la presse française restera la principale référence et souci d'étude, le présent dossier se propose néanmoins de décrire la presse écrite comme activité en général, et vaut donc pour tous les pays. La presse y est envisagée dans un premier temps, dans ses rapports avec la société et avec les grandes composantes qui la définissent : économiques, socio-politiques, idéologiques. C'est alors que cet ouvrage pourra aborder l'explication de son mode de production et de son économie. Puis, une fois que ses principaux mécanismes auront été démontés, il insistera sur les problèmes de main-d'oeuvre, qui demeurent une de ses caractéristiques les plus spécifiques. Enfin il s'agira de prendre conscience de l'extrême diversité des produits de presse et rappellera, si besoin est, que si la presse peut être étudiée isolément, c'est dans son ouverture au monde qu'elle possède ses intérêts majeurs. Le dernier chapitre étudie d'ailleurs quelques particularités nationales.

  • Comment raisonnent et travaillent les sociologues ? Quels sont les principes de base qu'ils appliquent ? De quelle manière doit-on utiliser le vocabulaire sociologique ? Comment conduire une courte enquête sociologique et rédiger un compte-rendu de recherches ?
    C'est à ces questions et d'autres encore sur la pratique de la sociologie que ce manuel d'initiation se propose de répondre. Il est destiné aussi bien aux étudiants de sociologie, qui cherchent un rappel des bases ou le moyen de passer de la théorie à la pratique, qu'à des étudiants non sociologues (en droit, gestion, économie, STAPS, etc.) désireux de saisir les logiques de cette discipline.
    Les premiers chapitres exposent le mode de raisonnement de la sociologie, c'est-à-dire certaines règles pratiques de pensée qu'utilisent les sociologues. Le lecteur verra pas à pas les principes à suivre aussi bien que les écueils à éviter. Les chapitres suivants donnent quelques notions concrètes et utiles concernant l'usage du vocabulaire sociologique et les questions à se poser dans l'étude des organisations et des administrations. La partie finale montre au débutant, mais aussi à l'étudiant plus avancé souhaitant débuter la recherche, comment collecter des données et préparer un rapport de stage ou un compte rendu d'enquête sociologiquement fondé.
    Ne nécessitant pas un bagage préalable en sciences sociales, illustré de nombreux exemples, ce livre constitue un outil pour apprendre, découvrir et pratiquer la sociologie autrement.

  • Le Brésil semble avoir définitivement pris le chemin d'une certaine modernité, mais les problèmes de violence dans les favelas continuent d'alarmer l'opinion et les spécialistes de sciences sociales. Si la scolarisation des adolescents pauvres est apparue aux autorités comme l`une des manières de traiter le problème, les objectifs quantitatifs priment sur la qualité de l'enseignement et les niveaux de maîtrise des savoirs demeurent très faibles. Comment le passage à l'école est-il vécu par ces adolescents ? Quels sont les conditions et les effets de cette scolarisation populaire ? À partir d'une enquête par observation participante dans une favela de Rio de Janeiro, l'auteur étudie le quotidien des adolescents pauvres dans leur quartier et dans les classes. Cette approche permet de constater que les jeunes favelados ne sont pas du tout hostiles à l'école qui contribue à meubler les journées, mais qu'ils ne sont pas disposés à effectuer les efforts nécessaires à la réussite scolaire. Dans un contexte qui demande aux enseignants d'insister sur la « citoyenneté », de ne pas « exclure » et de limiter les redoublements, l'école publique est devenue pour ses élèves un lieu social dénué de contraintes. Les établissements sont ainsi des lieux de distraction et de socialisation ludique pour des élèves qui ont compris que l'institution voulait les retenir afin de les éloigner de la rue. Pour les enseignants, ce nouveau visage de l'école publique se traduit par des tensions croissantes et une pénibilité accrue du métier. Ce livre pose la question des effets à moyen terme de cette forme de traitement de la « question sociale » au Brésil. En l'absence d'une amélioration de la situation économique des classes populaires, comment l'institution scolaire peut-elle, à elle seule, résoudre à la fois les problèmes de chômage, de pauvreté et de délinquance ?

empty