Sciences humaines & sociales

  • Vous connaissez le kir  : composé d'un vin blanc sec de Bourgogne, l'aligoté, et de crème de cassis de Dijon, cet apéritif entré dans la langue universelle a fait le tour du monde. Un nom propre devenu nom commun, ayant sa place dans les dictionnaires et sur les cartes de restaurant. Car le chanoine Kir a vraiment existé  ! Jean-François Bazin nous raconte l'existence hors du commun de ce prêtre et homme politique, qui illustre un siècle de relations entre la société politique et la société religieuse. Incarnant la Résistance, il est élu maire de Dijon en 1945 à l'âge de 69 ans. Il s'agit, pense-t-on alors, d'un mandat de gratitude et d'estime. Mais à sa mort en 1968, il porte toujours l'écharpe tricolore sous sa soutane  ! Député dans le même temps, il est deux fois doyen de l'assemblée nationale. Don Camillo devenu Peppone, le dernier député en soutane de la République doit sa gloire à cet apéritif qu'il n'a pas inventé.

  • Tour à tour royaume, duché, province, région, la Bourgogne a toujours su préserver son identité, épanouir sa personnalité. Son histoire illustre l'une des aventures humaines les plus passionnées. Souvent au cours des siècles, le destin bourguignon a accompagné celui de l'Europe, l'éclairant de valeurs de culture et de civilisation qui demeurent d'actualité.

  • " C'est l'histoire d'un grand basculement. Elle met en scène des ambitions peu communes et des trahisons d'une qualité rare. Elle raconte à la fois un échec sans précédent, puisque soldé par un renoncement lui aussi inédit, et une conquête d'une audace incroyable, puisque partie de rien, si ce n'est des rêves d'un jeune homme à l'appétit carnassier. Emmanuel Macron est l'enfant du règne. Le double et le contraire. L'héritier et l'inverse. Qui dit mieux, au moins dans la conquête ? Celle-ci n'a pas été le fruit d'une improvisation. Elle vient de loin. Ella a été préméditée. C'est en cela que le crime fut parfait. La victime et l'assassin l'ont souvent admis, à l'heure des confi dences. Tout cela a été fait "avec méthode', comme l'a dit un jour l'ancien président. Et maintenant ? Personne ne saura jamais ce que pensaient vraiment Emmanuel Macron et François Hollande lorsque, un matin de la mimai 2017, à l'Élysée, l'un est devenu retraité et l'autre président. On fera ici l'hypothèse qui en vaut bien d'autres qu'ensemble, fût-ce un bref instant, ils se sont remémoré cette histoire de cinq ans qu'ils ont vécue côte à côte, chacun à sa façon, et qu'il s'agit de raconter à présent dans sa totalité parce qu'on n'en reverra pas de sitôt de plus ébouriffante. " F.B.

  • L'étonnante histoire de Jacques Pilhan, ce conseiller de l'ombre décédé en 1998, qui a façonné les relations de deux présidents, François Mitterrand et Jacques Chirac, avec les Français.
    Jacques Pilhan (1943-1998) était un homme de l'ombre. Mais tout en cultivant le goût du mystère et de la clandestinité, il a su se rendre indispensable à deux chefs d'Etat successifs : François Mitterrand en 1981 et 1988, puis Jacques Chirac en 1995. Pour élever la présidence de la République au-dessus de la mêlée, il a théorisé la rareté de la parole élyséenne. En retraçant le parcours de cet homme qui a révolutionné la communication politique en France, l'auteur nous fait entrer dans les coulisses du pouvoir. Il nous dévoile les mises en scène de certaines décisions, la préparation des émissions politiques ou encore le coaching des chefs de gouvernement et des ministres en vue. Car, de Lionel Jospin à Alain Jupé, en passant par Michel Rocard, Bernard Tapie ou Martine Aubry, toute une génération politique a fait appel aux services du " sorcier de l'Élysée ". A travers son portrait, c'est un aspect méconnu de l'histoire de la Ve République qui est révéléFrançois Bazin est le chef du service politique du Nouvel Observateur. Cet ouvrage a obtenu le prix du livre politique 2010." Dans la passionnante et talentueuse enquête qu'il a consacré à Jacques Pilhan, François Bazin rappelle une loi absolue édictée par cet alchimiste de la communication : " Parler quand on est impopulaire, c'est comme marcher dans les sables mouvants. Plus on s'agite, plus on s'enfonce " Le Monde " L'un des meilleurs livres politiques de ces dernières années." L'Express

  • La déception, puis la colère, enfin, plus grave, l'indifférence signent la fin des dernières espérances de Hollande. Mais rien n'est dû au seul hasard. Ce livre est un essai de compréhension.La déception, puis la colère, enfin, plus grave, l'indifférence signent la fin des dernières espérances de Hollande. Mais rien n'est dû au seul hasard. Ce livre est un essai de compréhension. En janvier 2015, dans la vague d'attentats qui a frappé le pays, François Hollande a été à la hauteur de sa fonction. Il a ainsi sauvé sa réputation. Les Français ne le regarderont plus jamais comme avant.
    Et pourtant... C'est le même homme qui, au mitan de son quinquennat, semblait promis à un désastre sans pareil dans l'histoire de la Cinquième République
    Les nouvelles pages qui s'écrivent sous nos yeux n'effacent pas les précédentes. Elles les complètent, elles les précisent et entraînent du même coup, une relecture complète du roman de Hollande.
    Quelles sont les convictions de ce curieux président ? Quelle est sa vraie carte d'identité ? Qui est-il vraiment pour que le regard que portent sur lui les Français oscille sans cesse entre sympathie et mépris ?
    Dans un essai qui mêle politique, histoire et psychologie, François Bazin dévoile le vrai Hollande, celui qui a failli sombrer, celui qui se cramponne, celui qui ne renonce jamais alors même qu'il est l'expression achevée d'une gauche moribonde à force de paresse intellectuelle et d'une manière trop souvent hors d'âge de faire de la politique.

empty