Langue française

  • Le vin de Bourgogne

    Jean-François Bazin

    • Dunod
    • 2 Septembre 2020

    Chaque année, deux cents millions de bouteilles emportent le vin de Bourgogne dans le monde entier. Tout juste une goutte de bon vin dans l'océan des produits de la vigne, mais qui exprime l'âme et l'esprit de ce vignoble d'exception apparu il y a vingt siècles.
    Cet ouvrage, dont c'est ici la deuxième édition, dessine le portrait du vignoble bourguignon sous tous ses aspects : historiques, culturels, vitivinicoles, oenologiques, économiques et sociaux. S'appuyant sur une cartographie détaillée et une riche iconographie, il raconte chaque climat du vignoble, de Chablis au nord jusqu'à Mâcon au sud, de l'appellation régionale Bourgogne aux grands crus prestigieux.
    Il ouvre également de larges perspectives sur la vigne et le vin à venir au xxie siècle, s'interrogeant sur le phénomène bio, la mondialisation, les grandes questions rencontrées par le vin.
    Écrit dans une langue pleine de vie et de chaleur, clair et concis, c'est le livre que tout oenophile se doit de posséder.

  • Dans les Hautes-Côtes de Beaune, mars 1971. Chez les Cruchaudet, on est tonnelier de père en fils depuis plusieurs générations. Alors que Bénigne décide de s'inscrire au lycée viticole de Beaune pour obtenir son CAP, la nouvelle tombe : le CAP de tonnelier est supprimé! La décision a été prise à Paris, où l'on juge que l'avenir est aux contenants en béton ou en Inox et que le tonneau de chêne est
    condamné.
    Révolté par cette lubie de technocrates, Bénigne entraîne alors ses amis tonneliers dans une longue croisade. De vignoble en vignoble, de la Bourgogne au Bordelais, de l'Alsace au Val de Loire en passant  par l'Allemagne et jusqu'en Californie, il n'aura de cesse de faire triompher cette vérité : il n'est de bons vins que ceux qui naissent du mariage du chêne et du raisin.

  • Bourgogne ou Bordeaux ?Pour les festivités de la Saint-Vincent à Gevrey-Chambertin, les familles Papillard et Boissard se retrouvent en cette année 1980 dans leur demeure ancestrale, face à la maison des Marchand, leurs vignerons depuis plusieurs générations.
    Que va devenir la propriété maintenant que tous vivent à Paris ? Même Max, avocat d'affaires et héritier du Clos des Monts-Luisants, ne vient plus guère que pour les vendanges. Pourtant, quand sa femme - une Bordelaise - hérite d'un château en Saint-Émilion et se passionne pour ce destin viticole, Max piqué au vif se découvre une âme vigneronne. Il reçoit un renfort inattendu lorsque sa fille s'éprend d'un jeune aristocrate anglais qui n'a qu'une ambition : s'enraciner en Bourgogne. D'un vignoble à l'autre, il faut se mettre au diapason d'un monde du vin qui se globalise, composer avec le goût des oenologues anglo-saxons, percer les secrets du phénomène bio, s'introduire dans les coulisses des ventes aux enchères de grandes bouteilles, pourchasser jusqu'aux États-Unis les escrocs en fausses étiquettes...

  • Une grande saga de vignerons en terre bourguignonne   Bénigne Papillard, notable à Dijon, passe chaque été en famille à Gevrey-Chambertin dans la maison bourgeoise qui fait face à la modeste demeure de son vigneron Baptiste Marchand. Quand l'épidémie du phylloxéra survient, au début des années 1880, les deux hommes vont tout mettre en oeuvre pour préserver leurs vignes et sauver le vin.    Tandis que Lucie s'épuise aux côtés de son mari Baptiste à défendre « la vigne française » plutôt que de greffer sur plants américains, Adèle, née de Saint-Aignan, doit s'attacher à protéger la fortune et l'honneur de Bénigne son époux.   Commence ainsi une suite d'événements aux couleurs de la vie, mêlés de larmes et de bonheurs, qui nous conduiront à Prague sur les pas de Berthe, la petite vigneronne, et jusqu'en Californie où Charles, le fils cadet de Baptiste, partira planter des ceps...

  • Vous connaissez le kir  : composé d'un vin blanc sec de Bourgogne, l'aligoté, et de crème de cassis de Dijon, cet apéritif entré dans la langue universelle a fait le tour du monde. Un nom propre devenu nom commun, ayant sa place dans les dictionnaires et sur les cartes de restaurant. Car le chanoine Kir a vraiment existé  ! Jean-François Bazin nous raconte l'existence hors du commun de ce prêtre et homme politique, qui illustre un siècle de relations entre la société politique et la société religieuse. Incarnant la Résistance, il est élu maire de Dijon en 1945 à l'âge de 69 ans. Il s'agit, pense-t-on alors, d'un mandat de gratitude et d'estime. Mais à sa mort en 1968, il porte toujours l'écharpe tricolore sous sa soutane  ! Député dans le même temps, il est deux fois doyen de l'assemblée nationale. Don Camillo devenu Peppone, le dernier député en soutane de la République doit sa gloire à cet apéritif qu'il n'a pas inventé.

  • Contrariant les ambitions de son père, maître pipier à Saint-Claude dans le Haut-Jura, Ulysse Vuillard choisit d'apprendre  le métier de tailleur de diamant.En cette  fin de XIXe siècle, Saint-Claude est le seul centre français de l'industrie  diamantaire, en plein boom depuis la découverte des  mines fabuleuses d'Afrique du Sud. En plus de faire son  apprentissage afi n de devenir un tailleur accompli, un « maître  de la Lumière », Ulysse prend des cours d'anglais. Aussi est-ce  vers lui que l'on se tourne à Saint-Claude quand on ouvre à  Londres un bureau de représentation. Son épouse, Julie de  Belleroche, Jurassienne de bonne souche, indomptable de  caractère, dont il est éperdument amoureux, l'accompagne.Mais le démon de la taille ne le quitte pas. Ulysse ambitionne  de créer le diamant dont rêverait le monde entier. Projet  dévorant qu'il poursuit sans relâche, au risque de perdre  ce qui vaut plus que la pierre la plus pure : l'amour de sa vie...
      Jean-François Bazin signe un roman à l'intrigue  scintillante dans le monde feutré et fascinant des diamantaires.

  • La grande saga du vignoble bourguignon.Au lendemain de la Grande Guerre, bouleversé par la disparition de son aîné dès 1914, Bénigne Papillard cède peu à peu sa propriété de Gevrey-Chambertin à son benjamin, Philippe, ainsi qu'à ses filles, mariées à deux frères négociants en vin beaunois. La crise frappe. La révolution d'Octobre assèche le marché russe. Les débouchés américains se tarissent avec l'entrée en vigueur de la Prohibition. Plus que jamais les vignerons veulent s'affranchir de la dépendance des négociants. Ils sont de plus en plus nombreux à mettre eux-mêmes en bouteilles, à s'unir et à se battre pour faire reconnaître leurs appellations d'origine, leurs crus, leurs climats.
    Entre ses beaux-frères qui font feu de tout bois pour sauver leur maison de négoce et Philippe, qui épouse la cause des propriétaires et tente de reconstituer parcelle après parcelle un vignoble historique dans le but de la faire classer grand cru, le ressentiment devient inévitable...

  • Tour à tour royaume, duché, province, région, la Bourgogne a toujours su préserver son identité, épanouir sa personnalité. Son histoire illustre l'une des aventures humaines les plus passionnées. Souvent au cours des siècles, le destin bourguignon a accompagné celui de l'Europe, l'éclairant de valeurs de culture et de civilisation qui demeurent d'actualité.

  • « Mais ici le diable, c'est le flotteur.
    Et l'enfer, la rivière... »
    Clamecy, vers 1850. Clovis Judas est flotteur. Il conduit des trains de bois au fil de l'Yonne et de la Seine jusqu'à Paris : neuf bûches sur dix mises à feu proviennent des forêts du Morvan. Comme la plupart de ses compagnons, il est républicain dans le sang. Il appartient à une société secrète qui se bat contre le retour d'un régime autoritaire.
    En mission pour repérer de nouvelles recrues parmi les bûcherons du Morvan, Clovis trouve l'âme soeur, Madeleine. Il l'emmène à Clamecy avant de s'embarquer pour l'aventureuse expédition des flotteurs vers la capitale. À l'aide d'une simple perche, il guidera jusqu'au port de Bercy à Paris son énorme radeau de bois, long de soixante-quinze mètres.
    Alors qu'il entreprend de faire à pied le chemin en sens inverse, les événements se précipitent. À l'annonce du coup d'État de Napoléon III, les habitants de Clamecy, du Morvan se soulèvent, se retranchent dans la ville. À son retour, Clovis est emporté dans leur révolte impétueuse. Sans savoir comment sauver Madeleine du drame qui se prépare...À travers l'épopée d'un flotteur intrépide, Jean-François Bazin, journaliste, écrivain, ancien président du Conseil régional de Bourgogne, ressuscite avec brio un métier pittoresque et nous fait partager une page tragique de l'histoire de la Bourgogne et de la France. Un périlleux voyage dans le grand flot des passions humaines...

  • Pour découvrir le parc naturel du Morvan, au coeur de la Bourgogne.

  • Vézelay, Autun, Paray-le-Monial, Fontenay. Pour découvrir aussi les petites églises.

  • " C'est l'histoire d'un grand basculement. Elle met en scène des ambitions peu communes et des trahisons d'une qualité rare. Elle raconte à la fois un échec sans précédent, puisque soldé par un renoncement lui aussi inédit, et une conquête d'une audace incroyable, puisque partie de rien, si ce n'est des rêves d'un jeune homme à l'appétit carnassier. Emmanuel Macron est l'enfant du règne. Le double et le contraire. L'héritier et l'inverse. Qui dit mieux, au moins dans la conquête ? Celle-ci n'a pas été le fruit d'une improvisation. Elle vient de loin. Ella a été préméditée. C'est en cela que le crime fut parfait. La victime et l'assassin l'ont souvent admis, à l'heure des confi dences. Tout cela a été fait "avec méthode', comme l'a dit un jour l'ancien président. Et maintenant ? Personne ne saura jamais ce que pensaient vraiment Emmanuel Macron et François Hollande lorsque, un matin de la mimai 2017, à l'Élysée, l'un est devenu retraité et l'autre président. On fera ici l'hypothèse qui en vaut bien d'autres qu'ensemble, fût-ce un bref instant, ils se sont remémoré cette histoire de cinq ans qu'ils ont vécue côte à côte, chacun à sa façon, et qu'il s'agit de raconter à présent dans sa totalité parce qu'on n'en reverra pas de sitôt de plus ébouriffante. " F.B.

  • L'étonnante histoire de Jacques Pilhan, ce conseiller de l'ombre décédé en 1998, qui a façonné les relations de deux présidents, François Mitterrand et Jacques Chirac, avec les Français.
    Jacques Pilhan (1943-1998) était un homme de l'ombre. Mais tout en cultivant le goût du mystère et de la clandestinité, il a su se rendre indispensable à deux chefs d'Etat successifs : François Mitterrand en 1981 et 1988, puis Jacques Chirac en 1995. Pour élever la présidence de la République au-dessus de la mêlée, il a théorisé la rareté de la parole élyséenne. En retraçant le parcours de cet homme qui a révolutionné la communication politique en France, l'auteur nous fait entrer dans les coulisses du pouvoir. Il nous dévoile les mises en scène de certaines décisions, la préparation des émissions politiques ou encore le coaching des chefs de gouvernement et des ministres en vue. Car, de Lionel Jospin à Alain Jupé, en passant par Michel Rocard, Bernard Tapie ou Martine Aubry, toute une génération politique a fait appel aux services du " sorcier de l'Élysée ". A travers son portrait, c'est un aspect méconnu de l'histoire de la Ve République qui est révéléFrançois Bazin est le chef du service politique du Nouvel Observateur. Cet ouvrage a obtenu le prix du livre politique 2010." Dans la passionnante et talentueuse enquête qu'il a consacré à Jacques Pilhan, François Bazin rappelle une loi absolue édictée par cet alchimiste de la communication : " Parler quand on est impopulaire, c'est comme marcher dans les sables mouvants. Plus on s'agite, plus on s'enfonce " Le Monde " L'un des meilleurs livres politiques de ces dernières années." L'Express

  • La déception, puis la colère, enfin, plus grave, l'indifférence signent la fin des dernières espérances de Hollande. Mais rien n'est dû au seul hasard. Ce livre est un essai de compréhension.La déception, puis la colère, enfin, plus grave, l'indifférence signent la fin des dernières espérances de Hollande. Mais rien n'est dû au seul hasard. Ce livre est un essai de compréhension. En janvier 2015, dans la vague d'attentats qui a frappé le pays, François Hollande a été à la hauteur de sa fonction. Il a ainsi sauvé sa réputation. Les Français ne le regarderont plus jamais comme avant.
    Et pourtant... C'est le même homme qui, au mitan de son quinquennat, semblait promis à un désastre sans pareil dans l'histoire de la Cinquième République
    Les nouvelles pages qui s'écrivent sous nos yeux n'effacent pas les précédentes. Elles les complètent, elles les précisent et entraînent du même coup, une relecture complète du roman de Hollande.
    Quelles sont les convictions de ce curieux président ? Quelle est sa vraie carte d'identité ? Qui est-il vraiment pour que le regard que portent sur lui les Français oscille sans cesse entre sympathie et mépris ?
    Dans un essai qui mêle politique, histoire et psychologie, François Bazin dévoile le vrai Hollande, celui qui a failli sombrer, celui qui se cramponne, celui qui ne renonce jamais alors même qu'il est l'expression achevée d'une gauche moribonde à force de paresse intellectuelle et d'une manière trop souvent hors d'âge de faire de la politique.

empty