• Novembre 1956, en Hongrie. La révolution agonise sous les chenilles impitoyables des blindés de la répression. Dans une région montagneuse du pays, un petit groupe d'insurgés s'apprête pour son dernier combat. Assoiffés de grandeur, tourmentés à la fois par la volonté de ne pas faillir et par le désir vague de s'en tirer tout en faisant oeuvre utile, ces six hommes et deux femmes souhaitent- que se présente à eux un objectif qu'ils briseront, ou contre lequel eux-mêmes se briseront. Un journaliste américain, Steve Marton, a été obligé de se joindre pour quelque temps au groupe. Il n'a aucunement le désir d'épouser les passions de ces hommes, encore moins celui de participer, de quelque façon que ce soit, à leur action. Mais l'objectif tant attendu se présente soudain. Des tanks stationnent dans un vallon proche. Ils sont au nombre d'une vingtaine, protégés par un puissant armement et disposés de façon à rendre impossible toute tentative d'approche. Curiosité professionnelle ? Steve Marton décide d'aller les observer. Son opinion est vite faite : il est impossible d'attaquer un pareil objectif. Tenter cela serait une folie qui conduirait le groupe à une extermination aussi complète qu'inutile. Mais les tanks maudits sont là, tout à côté. Leur présence exacerbe les passions dans le groupe des insurgés. « N'existe-t-il vraiment aucun moyen ? » C'est la question qui, désormais, hante chacun.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Martinique, 1830. L'esclavage chancelle sous l'assaut des idées nouvelles qui bouleversent le monde. Une riche famille de « Grands Blancs », les Despan, et leur domaine de Canaan, immenses étendues de terres consacrées à la canne à sucre où vivent et travaillent des centaines d'esclaves. David Despan règne en maître absolu sur un univers menacé de profonds changements. Rien ne semble devoir jamais l'abattre, sinon sa crainte de ne pas avoir d'héritier mâle. En effet, après la naissance difficile d'une fille, sa femme Marthe ne peut plus avoir d'enfant. Mais pour David, avoir un fils est une nécessité depuis qu'il se sent vieillir : la pérennité de son domaine l'exige, chaque jour avec plus d'acuité. Aussi, après une longue lutte et au prix d'un terrible marché, David va-t-il obtenir de sa femme qu'elle simule une grossesse et accepte la maternité de Joal, un bâtard que vient de lui donner Médée sa concubine Peul. Joal est élevé dans l'ignorance de ses origines et il grandit en véritable Despan. Mais Marthe ne peut supporter cette usurpation. Englobant dans une même haine ces deux êtres qui, à ses yeux, l'ont profondément avilie, elle aussi mène son propre combat. Et contre toute attente, à la suite de soins obstinés, elle parvient, quelques années plus tard, à donner naissance à un fils. Dès lors, Joal va devoir apprendre qui il est exactement. Et vivre comme ceux que son éducation de « Grand Blanc » lui a jusque-là fait considérer en inférieurs. Les lecteurs et les lectrices de Jean-Louis Cotte connaissent bien son exceptionnel pouvoir de recréer la vie intime des êtres au sein des diverses conditions humaines et sociales. Les Semailles du ciel, roman puissant et direct qui dépeint magistralement cette vie coloniale du début du XIXe siècle, restera sans doute comme son meilleur livre. En une vaste fresque généreuse et lucide, il pose et condamne le douloureux problème de la ségrégation raciale.

  • Martinique, 1830. L'esclavage chancelle sous l'assaut des idées nouvelles qui bouleversent le monde. Une riche famille de « Grands Blancs », les Despan, et leur domaine de Canaan, immenses étendues de terres consacrées à la canne à sucre où vivent et travaillent des centaines d'esclaves. David Despan règne en maître absolu sur un univers menacé de profonds changements. Rien ne semble devoir jamais l'abattre, sinon sa crainte de ne pas avoir d'héritier mâle. En effet, après la naissance difficile d'une fille, sa femme Marthe ne peut plus avoir d'enfant. Mais pour David, avoir un fils est une nécessité depuis qu'il se sent vieillir : la pérennité de son domaine l'exige, chaque jour avec plus d'acuité. Aussi, après une longue lutte et au prix d'un terrible marché, David va-t-il obtenir de sa femme qu'elle simule une grossesse et accepte la maternité de Joal, un bâtard que vient de lui donner Médée sa concubine Peul. Joal est élevé dans l'ignorance de ses origines et il grandit en véritable Despan. Mais Marthe ne peut supporter cette usurpation. Englobant dans une même haine ces deux êtres qui, à ses yeux, l'ont profondément avilie, elle aussi mène son propre combat. Et contre toute attente, à la suite de soins obstinés, elle parvient, quelques années plus tard, à donner naissance à un fils. Dès lors, Joal va devoir apprendre qui il est exactement. Et vivre comme ceux que son éducation de « Grand Blanc » lui a jusque-là fait considérer en inférieurs. Les lecteurs et les lectrices de Jean-Louis Cotte connaissent bien son exceptionnel pouvoir de recréer la vie intime des êtres au sein des diverses conditions humaines et sociales. Les Semailles du ciel, roman puissant et direct qui dépeint magistralement cette vie coloniale du début du XIXe siècle, restera sans doute comme son meilleur livre. En une vaste fresque généreuse et lucide, il pose et condamne le douloureux problème de la ségrégation raciale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pour peu qu'elle ait flairé l'appât, la bête est condamnée. Elle va perdre ses qualités naturelles, abandonner, bon gré, mal gré, toute prudence et s'approcher irrésistiblement du piège... jusqu'à y tomber. En cela encore, les humains sont semblables aux bêtes, et il n'existe pas de meilleur appât pour eux qu'un trésor. Kadar, ce maître du trafic d'armes en Méditerranée, qui va mourir lynché par la foule, a eu le tort de parler de son trésor. Dès lors, la chasse commence, ardente et impitoyable, dans cette île des Baléares qui a nom Formentera. Île mystérieuse et peu visitée, où forment encore, tant sous les eaux bleues des criques que sur les plateaux couverts de lentisques et de romarins, les vestiges de civilisations passées. Dans ce décor sauvage de marams salants et de plages désertes, face à l'infinie beauté de la mer, les héros de L'APPAT vont lutter, souffrir, mourir et aimer.

  • En 1921, David Masabret achète une concession au Cameroun. Il se place sous la protection de Dieu, et, au prix d'un labeur acharné, il réussit. Aux côtés de David et de sa femme Rachel grandissent leurs trois fils. L'aîné, Jérémie, est né dans des conditions si particulières que les indigènes le considèrent comme maudit. Ses deux frères jumeaux, Samuel et Josias ne s'entendent pas entre eux. Rachel, en 1939, est assassinée. Les trois frères vont se retrouver face à face. Sur le domaine de son père, Josias continue à vivre tout près de la nature. Jérémie, devenu pasteur évangéliste, a épousé une jeune femme, Isa. Il se croit destiné à évangéliser les indigènes qui le considèrent toujours comme maudit. Samuel revient de la guerre mutilé, décidé à tout détruire, les personnes et les âmes. Il manoeuvre tant et si bien qu'il jette le trouble entre ses frères. Isa devient suspecte à son mari. En même temps, Samuel pousse les indigènes à se révolter. Il obtiendra ce qu'il cherche : le feu et le sang. Mais n'y aura-t-il pas choc en retour ? Ce roman emporte dans un mouvement heurté personnages et épisodes pathétiques. Des images violentes dont s'emparera peut-être un metteur en scène - on sait que « Colonne de fer » sera bientôt tourné - naît tout un climat africain authentique. Notons que Jean-Louis Cotte s'oppose résolument aux thèses des « Racines du Ciel », notamment en ce qui concerne les éléphants.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En 1942, l'Ange du Pacifique, un vieux caboteur fuyant Manille en feu, aborde sur une île des Philippines. Là, le père Eric Hechiman, aidé de sa nièce Eva, soigne les habitants du village et s'imagine ne rien avoir à redouter des Japonais. Mais la guerre les rejoindra vite...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty