• C'est le Ministère qui le dit: les élèves étaient encore plus nuls en anglais en 2002 qu'en 1996. Très officiellement donc, le Mammouth, en plus de 20 ans, n'a pas bougé d'un millimètre jusqu'à aujourd'hui, d'où l'actualité de ce récit. Au cours d'une longue carrière, Jean-Louis Grenier a naïvement essayé de titiller la bête pour la faire avancer un peu, à des niveaux très divers: partout la même incommensurable inertie a bloqué les initiatives. Le récit est donc autobiographique: du nord de la France au Maroc, puis aux Alpes, de la Réunion à la Provence, ce voyage traverse aussi la tourmente de Mai 68.

  • « Le mouton noir que je suis préfère rester au bord de la falaise, à profiter d'un monde qui offre encore pour quelque temps sans doute des merveilles pas totalement abîmées sous l'effet des délires de mes chers contemporains. » Jean-Louis Grenier, sympathique octogénaire qui n'a pas sa plume dans sa poche, s'est forgé en autodidacte une pensée critique qui vise à remettre en question les idées reçues et les préjugés dans les domaines de l'art, la musique et la religion. Avec une irrévérence jubilatoire, il défend avec bon sens sa liberté d'esprit face au point de vue souvent dogmatique, formaté ou réactionnaire de nombre de ses contemporains. En toute humilité, il formule le souhait de construire un monde meilleur pour les générations futures, basé sur des valeurs telles que la raison, la beauté ou encore la laïcité. Citant abondamment un large panel de penseurs pour étayer ses propos, l'ouvrage invite à une réflexion riche et stimulante.

  • En complément des sujets corrigés les plus représentatifs des oraux des concours ENS, Agro-Véto et G2E en physique-chimie BCPST, cet ouvrage propose :Des points méthodes et des rappels de cours ;Des conseils de rédaction et des remarques sur les questions ;Les rapports de jurys.Toutes les clés pour réussir ses oraux sont à retrouver dans la collection Les oraux de concours.

  • Le thème du territoire impose la prospection, l'exploration, le mouvement. Il résonne depuis toujours dans notre littérature, dans nos imaginaires. Que dire aujourd'hui, dans la cartographie connue du monde connu, dans la planète Google accessible de partout du bout du doigt? Qu'intime le territoire aux écrivains d'ici, alors que les déplacements GPS se calculent en nombre de minutes restantes, de tracés prédéfinis et sans surprise, que les paysages défilent sous la poésie d'une voix robotisée servant momentanément de copilote? Le territoire se redéfinit et l'immensité s'amenuise comme peau de chagrin. À la limite des territoires, subitement, la menace du seul et du même, du standardisé et du sans rêve. Les imaginaires se doivent de contre-attaquer. C'est dans cette urgence que Mathieu Blais a suggéré ce projet d'un numéro sur le territoire.

empty