Dervy

  • Et si le pape François, figure charismatique quasiment intouchable par la doxa populaire catholique et romaine, n'était qu'un mythe mystérieusement fabriqué par l'Ordre noir des Jésuites, à grands renforts de casuistique destructive ? Si le pape François portrait le masque que dénonçait en son temps le philosophe Pascal ? Si le souverain pontife actuel était cet évêque de Rome, venu d'Argentine, que la célèbre prophétie de saint Malachie prévoit dans sa dernière sentence marquant la fin du Vatican ? Voilà la thèse anticonformiste et sulfureuse élaborée par Jean-Luc Maxence dans cette étude implacable aux relents prémonitoires. Tout est ici élucidé : le secret du renoncement de Benoît XVI, le rôle de feu le cardinal Martini, le catéchisme déchiré de l'Église de Rome, le « capuchon noir » du pape jésuite, la fourberie de la Compagnie de Jésus, la face cachée des Missions, les liens ambigus avec L'Opus Dei et la franc-maçonnerie, l'avènement d'une nouvelle contre-réforme cachée... une trahison larvée de l'âme catholique, une « caporalisation » intégriste de la foi chrétienne. Jean-Luc Maxence est psychanalyste d'inspiration jungienne, poète et fondateur du bimestriel Rebelle(s). Expert en histoire des religions, il est l'auteur d'un best-seller sur la prophétie de saint Malachie et renoue ici avec sa vocation de fin décrypteur des apocalypses annoncées.

  • Ce dictionnaire marie harmonieusement l'inspiration jungienne déclenchant le processus d'individuation et la démarche initiatique du Franc-maçon. S'adressant aux initiés comme aux profanes, ce premier dictionnaire comparatif entre le vocabulaire de la clinique des profondeurs de Carl Gustav Jung et celui de la Franc-Maçonnerie universelle constitue une initiative inédite mais encore il ouvre sur l'ébauche d'une nouvelle thérapie de toute première importance pour ce début de siècle en manque d'équilibre personnel et collectif. L'auteur explique en termes clairs et accessibles à tous, que l'Art Royal base sa pratique en loge sur le langage des symboles et leur mise commune en situation, impliquant une graduelle transformation de l'être humain et se découvrant par là même de multiples connivences avec la clinique selon Jung. Avec sa règle, ses rites, ses concepts signifiants, une sorte de " maçonnerie jungienne " à effets thérapeutiques peut-elle alors naître et se développer ? se demande ici Jean-Luc Maxence avec une audace avouée et assumée

  • Depuis la nuit des temps, homo sapiens engendre et perpétue des univers mythiques, légendaires, imaginaires qui structurent sa vie quotidienne. La Franc-maçonnerie ne fait pas exception et témoigne d'un corpus légendaire riche d'enseignements spirituels et éthiques. Deux regards croisés, l'un psychanalytique, l'autre anthropologique, s'allient pour expliquer l'originalité et la pertinence des principales légendes maçonniques issus du REAA (Rite Ecossais Ancien et Accepté), du RF (Rite Français), du RER (Rite Ecossais Rectifié) et du RAPMM (Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraim) dans une société occidentale qui a été jusqu'ici très démythisante. L'ouvrage de Jean-Luc Maxence et Frédéric Vincent nous propose de redécouvrir les légendes maçonniques sous le signe d'Eranos, ce groupe d'intellectuels créé en 1933 soucieux d'étudier et d'expliquer la pensée mythique et qui réunissait le psychanalyste Carl Gustav Jung, l'historien des religions Mircea Eliade, l'orientaliste Henry Corbin, l'anthropologue Joseph Campbell ou encore le théoricien de l'imaginaire Gilbert Durand. Jean-Luc Maxence et Frédéric Vincent établissent également des parallèles inédits entre les figures maçonniques (Hiram, Salomon, Joaben, Noé, Phaleg) et les héros postmodernes (Dark Vador, Harry Porter, Batman, Bilbo). Au fil des pages, ils démontrent avec force et vigueur comment les légendes maçonniques peuvent nous guider dans notre cheminement intérieur.

empty